Les agricultures des pays en développement

1°) Les
Principales Caractéristiques.

Dans les PED, l'agriculture
reste l'activité économique dominante et la population
agricole est souvent majoritaire. Cependant, ces pays se
caractérisent par une situation alimentaire difficile.

L'agriculture
traditionnelle extensive, comme l'agriculture sur brûlis, est
en recul. En effet, cette technique nécessite beaucoup
d'espace, elle ne peut nourrir qu'un petit nombre de personnes et
elle est incapable de répondre à la pression
démographique.

Par contre, les systèmes
irrigués sont performants, en particulier la riziculture
inondée qui est la forme la plus aboutie des agricultures
intensives de ma zone chaude. Si elle suppose un travail
considérable, en retour, elle occupe et nourrit de grandes
quantités de population.

L'agriculture commerciale
progresse dans les PED, parfois au détriment des cultures
vivrières. Les grandes plantations et aussi des petites
exploitations exportent des produits tropicaux ( sucre, café,
cacao ) mais aussi des « cultures nouvelles »
vers les pays développés ( exemples : fleurs de
Colombie, fruits à contre-saison du Chili ).

Mais la situation de ces
agricultures commerciales est fragile : les grandes plantations
appartiennent souvent à de grandes firmes étrangères,
les cours fluctuent dans cesse. La chute des prix des cultures
traditionnelles dans des régions difficiles d'accès
conduit certains agriculteurs à produire des cultures
illicites ( pavot, coca ) destinées aux marchés
mondiaux.

2°) Les
conséquences de ces agricultures sur l'environnement.

Dans les PED, la croissance
démographique a bouleversé un fragile équilibre
et les problèmes sont nombreux :

- Épuisement des sols
et déforestation ( car réduction de la jachère
et déforestation ).

- Le recul des forêts
tropicales entraîne une réduction des précipitations
et de la biodiversité.

- Surexploitation de l'eau
des fleuves et des nappes phréatiques.

- Pollutions diverses ( car
usage croissant d'engrais, de pesticides... ).

Par ailleurs, le bilan de
la conquête de nouvelles terres sur des espaces vierges (
fronts pionniers ) est décevant ( : les sols sont rapidement
épuisés et les rendements deviennent faibles ).

Enfin, les biotechnologies
( OGM ) qui apparaissent comme un espoir pour beaucoup de PED font
l'objet de débats scientifiques sur leurs risques à
long terme sur l'environnement.

Les agricultures des pays développés

1°) Les
Principales Caractéristiques.

Dans la seconde moitié
du XXe siècle, elles connaissent des progrès
technologiques et économiques qui révolutionnent les
productions et les paysages. N modèle « productiviste »
se met en place ( on donne la priorité à la quantité
pour assurer l'autosuffisance alimentaire ).

Dans les grandes plaines et
près des villes, une puissante agriculture s'est mise en place
( Grandes plaines américaines, Bassin parisien, Pampa
argentine ). Elle est fortement mécanisée, obtient des
rendements élevés grâce à l'utilisation
massive de produits chimiques ( engrais, pesticides... ), à la
sélection des espèces. Parallèlement, certaines
régions se spécialisent dans l'élevage intensif:
bovins en feedlots, élevages « hors-sol »
de volailles et de porcs.

Les agriculteurs sont de
moins en moins nombreux, souvent endettés, parfois victimes de
la chute des cours ( due aux excédents ) et sont sous la
dépendance des firmes agroalimentaires : c'est le système
agro-industriel ( ou agribusiness ).

2°) Un Marché
Agricole Contrôlé par les Pays Développés.

Les marchés
agricoles sont en pleine croissance et sont contrôlés
par quelques grands pays exportateurs ( États-Unis, Union
Européenne, Canada, Australie ) qui se livrent entre eux une
guerre commerciale. En outre, les États riches ont développés
des politiques d'aides à leur agriculture ( soutient des prix,
subventions à l'exportation ) dénoncées par les
PED.

Les autres pays
déficitaires leur achètent leurs produits agricoles
excédentaires. Aussi, on parle parfois « d'arme
verte » pour désigner le pouvoir alimentaire qui
est aux mains de quelques États.

C'est dans ces États
développés que sont nées les grandes firmes du
complexe agroalimentaire qui détiennent un pouvoir énorme
sur l'alimentation mondiale. Celles-ci diffusent partout sur la
planète les mêmes types de produits et uniformisent les
goûts.

3°) Les
Conséquences sur l'environnement.

Le modèle
productiviste a permis une augmentation considérable de la
production agricole, une indépendance alimentaire et même
de forts excédents commercialisables. Toutefois, il semble
avoir atteint certaines limites et provoque inquiétudes et
effets pervers :

- Erosion des sols à
la suite de cultures intensives répétées.

- Pollution des eaux par les
excès d'engrais.

- Mise en cause de la santé
des consommateurs : « maladie de la vache folle »,
utilisation d'hormones dans les élevages américains,
etc.

Une autre agriculture possible ?

Dans les pays du Nord, la
prise de conscience des risques fait progressivement émerger
des propositions en faveur d'une agriculture plus durable et plus
équitable.

Ainsi, des modèles
plus extensifs de production et plus respectueux des milieux voient
le jour, par exemple l'agriculture biologique ( sans engrais ni
pesticides chimiques ), mais ses rendements sont plus faibles, ses
produits plus chers, aussi, la production « bio »
reste marginale. Il existe toutefois une demande d'un retour à
une agriculture de qualité, par forcément biologique,
souvent proche d'une agriculture de terroir ( largement
« labellisée » ).

Des initiatives sont
également engagées dans le domaine commercial : les
consommateurs des pays du Nord peuvent ainsi, dans le cadre du
commerce équitable, acheter des produits un peu plus cher (
café, sucre, chocolat... ) mais garantissant aux producteurs
des PED, une rémunération correcte de leur travail. Ici
encore, la consommation de produits issus du commerce équitable
reste marginale.

Promouvoir une agriculture
durable et équitable est un projet difficile et de longue
haleine, en particulier dans les PED, avant tout préoccupés
de nourrir leur population croissante.

Conclusion

L'agriculture à déjà accomplie des progrès énormes mais ils se sont

accompagnés de dégradations de l'environnement, ont
bouleversée les sociétés rurales traditionnelles
et n'ont pas encore réglé le problème de la faim
dans le Monde.

Nourrir
la planète, préserver la santé des consommateur
et respecter l'environnement, tels sont les défis que doit
relever l'agriculture du XXIe siècle !

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Aucun vote)
Loading...

Mathieu

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide