L'agriculture des pays du Nord

 

Les agricultures des pays du nord ont dévellopés la mécanisation et l'utilisation des biotechnologies. Des agriculteurs peu nombreux, des techniciens produisent pour des marchés internationnaux, on assiste au dévellopement d'un Agri-buiseness. Ce système agro-industriel correspond à l'ensemble des activités associées à l'agriculture ( la production, la transformation et la commercialisation). Ce système est contrôlé par les grandes firmes multinationales et nécessite d'importants capitaux, d'importants inverstissements.

Depuis le milieu des année 1990, les superficies consacrées au O.G.M ont fortement augmentées, elles sont passées de 1,7 millions d'hectares en 1996 à 200044,2 millions d'hectares aujourd'hui.

Les O.G.M sont cultivés essentiellement aux Etats-Unis ( 80 % des surfaces) puis au Canada, en Afrique du sud, en Chine et en Australie.

Beaucoup de pays mennent actuellement des essais sur les O.G.M.

Les progrès apportés par les O.G.M seraient de pouvoir résister aux herbicides, de pouvoir laisser échapper une toxine insecticide permettant de tuer des insectes et peut être d'augmenter leur teneur en vitamine dans les prochaines annés. Cela permettrait aussi d'augmenter la production.

Par contre, les O.G.M mettent en danger la biodiversité, ils sont contrôlés par les multinationales et les petits exploitants sont dépendants de ces firmes, ce qui augmente leur pauvreté.

En Europe, les autorités mettent en avant le principe de précaution. En 1999, l'U.E à mis en place un moratoire sur les cultures d'O.G.M. En 2000, elle à imposée l'indication des O.G.M sur les produits alimentaires. En 2004, elle a levé le moratoire mais, en 2005, 20 régions européennes ont signées une charte pour se protéger des O.G.M.

Dans les pays du nord, il y a une agriculture intensive qui dépend du marché mondial, c'est une agriculure productiviste, c'est à dire qu'elle recherche des rendements maximum, une croissance maximale de la production agricole. Elles utilise massivement la mécanisation, l'irrigation et l'utilisation de produits chimiques. Elle dévellope l'élevage hors-sol.

On trouve également des agricultures extensive, elles sont de deux types : la production de masse ( les ranch Américain) et une production de qualitée ( l'élevage en montagne).

Les agricultures des pays du nord rencontrent un certains nombre de problèmes : la surproduction, l'endettement et la dépendance des agriculteurs vis à vis des multinationales et enfin des nuisances pour l'environnement.

L'agriculture des pays du Sud

On trouve différents types d'agricultures : des agricultures vivrières et commerciales :

  • Les agricultures vivrières ( pour nourrir la population locale), elle peut être intensive ( ex : agriculture dans les oasis), elle peut être extensive ( ex : culture sur brûlis : feu pour défricher et fertiliser la terre puis, utilisation des terres pendant 2 ou 4 ans), on dévellope les longues jachères.

  • Les agricultures commerciales : c'est une agriculture tournée vers les marchés intérieur, on produit pour les pays, c'est l'agriculture de plantation ( une seule culture comme le café, le coton...). Elle date le plus souvent de la colonisation et elle nécessite une puissante organisation. L'agriculture commerciale est proche de celle des pays du nord, on produit pour exporter à l'international ( ex : la culture des fleurs en Colombie).

L'agriculture des pays du sud rencontre différents problèmes :

  • L'autosuffisance alimentaire n'est pas assurée partout.

  • Il y a également des problèmes sociaux avec l'inégale répartition des terres entre les paysans.

  • Il y a des problèmes environnementaux ( épuisement des sols, déforestation...).

Les relations entre pays riches et pays pauvres

On constate l'achat ou la location de terres par des pays émergents ( Chine, Inde, Corée du sud) ou dévellopés, riche comme le Japon. Ces acquisitions se déroulent essentiellement en Afrique, en Amérique Latine et en Asie, dans des pays en voir de dévellopement.

Un continent comme l'Afrique est interressant pour des pays qui cherchent à acquérir des terres, car les états louent ou vendent à bas prix des superficies cultivable. En Ethiopie, la location de la terre coûte 1,50 € par hectare et par ans.

L'achat ou la location de ces terres correspond à une nouvelle forme de colonialisme car les pays exploitent les ressources et la main d'oeuvre des pays pauvres sans se préocuper des impacts sur la population et l'environnement.

Ces acquisitions auront des conséquences humaines et environnemental :

  • Les agriculteurs locaux rencontrent des difficultés pour dévelloper l'agriculture vivrière.

  • Il y a une remise en question de l'autosuffisance alimentaire, de problème sociaux avec l'expulsion de paysans.

  • Des impacts négatif sur l'environnement ( épuisement des ressources en eau, des sols...).

Agriculture et environnement

Le dévellopement de nouvelles méthodes agricoles, les réponses aux défis alimentaire mondial menacent-elles l'environnement?

Les ressources alimentaires sont-elles menacées?

A) Transformation de l'agriculture et problèmes environnementaux.

Selon un rapport de l'O.N.U, 70 % de la nature sera détruite d'ici 30 ans si l'exploitation des ressources naturels continue au rythme actuel.

Sous la pression démographique, on a dévellopé massivement la déforestation, on a diminué la durée de jachère ce qui a entrainé un épuisement des sols et une désherbification ( le désert du Sahara avance d'une dizaine de kilomètres par an). L'eau à été surexploitée pour l'irrigation, on a donc une forte diminution des ressources.

B) L'impact environnemental de l'agriculture productiviste.

Elle a transformée les paysages ruraux ( destruction des talus, des haies...).

Elle a poluée les eaux ( nitrate) et, la mer ( alques vertes).

On a une érosion des sols ( épuisement des terres).

C) Des solutions pour une agriculture respectueuse de l'environnement.

On peut revenir à des méthodes traditionnelles en les améliorants. On peut utiliser des prédateurs naturels ( les coccinelles contre les pucerons).

On peut privilégier une agriculture de qualitée et dévelloper les productions biologiques. On peut éviter l'érosion des sols en replantant des plantes, des arbres ( en Chine, on a mis en place une "grande muraille verte" sur plus de 4500 Kilomètres de long et plusieurs centaines de kilomètres de large).

Afin que les sols se régénèrent, on peut cultiver certaines espèces végétales entre les récoltes principales ( le trèfle, la moutarde et le radis-noir contre les récoltes de blé.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Aucun vote)
Loading...

Mathieu

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide