Le 20ème siècle a été celui de l'explosion démographique : la population mondiale est passée de 1 milliard 7 en 1900 à plus de 6 milliards en 2000 et cette croissance se poursuit.
Il va être difficile de nourrir la population mondiale lorsque celle-ci aura atteint 10 ou 12 milliards. Aujourd'hui 13 % de la population souffrent de la faim. De plus, le nombre d'agriculteurs ne cesse de diminuer aussi bien dans les pays industriels que dans le Tiers-Monde.

Comment subvenir à nos besoins, faire diparaître les famines sans menacer pour autant un environnement qui semble de plus en plus fragile ?

Croissance des populations, croissances des productions ?

1.1. La Révolution verte

- + - La Révolution verte consiste à apporter de nouvelles techniques de culture pour arriver à l'auto-suffisance alimentaire . Les agriculteurs ont utilisé l'irrigation et les nouvelles variétés de plantes ainsi que des engrais et pesticides. Ce qui mène à une augmentation des rendements (récoltes sont plus abondantes).

1.2. Besoins alimentaires et croissance des populations

Dans les pays pauvres, l'explosion démographique provoque une forte croissance des besoins alimentaires. La pression démographique provoque l'exode rural massif, le surpeuplement, la disette et la famine. La malnutrition concerne 800 millions d'habitants. Néanmoins les situtations sont différentes selon les continents. En Amérique latine et en Asie, la situation est moins catastrophique qu'en Afrique.

Les pays riches, la transition démographique a eu lieu au 20ème siècle et n'a pas entrainé de difficultés alimentaires car elle a été accompagnée d'une révolution agricole (suppression de la jachère) grâce à l'introduction de plantes fourragères. Aujourd'hui les pays riches connaissent une croissance démographique faible et leurs besoins alimentaires sont largement satisfaits.

- + - Transition démographique : Le passage d'un régime démographique ancien avec forts taux de natalité et de mortalité, à un régime démographique moderne avec un faible taux de mortalité et natalité. Dans la première phase la population augmente fortement et c'est là que les problèmes alimentaires sont les plus importants. L'Inde a bien surmonté cette période grâce à la Révolution verte.

1.3. Croissance des productions et des échanges agricoles

Les pays pauvres cherchent à accroître leur production avec plusieurs techniques :
_ étendre les surfaces cultivées en défrichant les zones désertes.
_ en développant l'irrigation et la mécanisation.
_ la mise en place de la Révolution verte.
Les Etats développent aussi des cultures commerciales sources de devises nécessaires à l'achat de produits alimentaires.

Les pays riches, certains de ces pays ont des excédantsqu'ils vendent sur les marchés mondiaux. D'autres pays riches ne peuvent pas couvrir leurs besoins car ils manquent d'espace mais ils ont les moyens d'acheter ce qui leur manque.

1.4. Des solutions imparfaites

Dans les pays pauvres la conquête de nouvelles terres a des limites :
_ l'épuisement rapide des sols
_ la déforestation accélère l'érosion des sols
Remarque : Le développement des cultures commerciales se fait au détriment des cultures vivrières.

Dans les pays riches, on recherche une forte productivité (récolte abondantes) ce qui entraine une utilisation excessive d'engrais et d'eau, de pesticides, de fongicides, ces produites chimiques menacent notre environnement. Ils polluent l'eau.

Quelles agricultures pour nourrir les Hommes ?

2.1. Des agricultures vivrières et des agricultures commerciales

Les agricultures vivrières
Elles permettent de satisfaire les besoins alimentaires de la famille ou du village dans les pays en développement. Elles sont basées sur la maïs en Amérique latine, le riz en Asie, le mil et le sorgho en Afrique. L'élevage reste moderne.

Les agricultures commerciales
Elles produisent des céréales (blé) également du maïs, des oléaginaux (qui sert à faire de l'huile), des fruits et des légumes, du thé, du café, du cacao, du coton. Ces productions sont destinées au marché mondial, à l'exportation vers les pays développés.

Légende :

1. Agriculture à forte productivité

UU Agriculture intensive
UU Agriculture très intensive

2. Agriculture à faible productivité

UU élevage extensif
UU élevage nomade

Il faut pour ces plantations des réseaux de transports et des capacités de stockages importantes.

2.2. Des agricultures extensives et intensives

Les agricultures extensives
Elles se caractérisent par de très grands espaces utilisés mais des rendements faibles.
_ dans les pays du Sud, il s'agit souvent d'une agricultures sur brûlis avec jachère plus ou moins longue et élevage nomade.
_ dans les pays du Nord, c'est la céréaliculture et également les vastes ranchs d'élevage de l'ouest américain ou de l'Argentine.

L'agriculture intensive
Elle se caractérise par des rendements élevés, des parcelles de taille moyenne et utilisation d'engrais et de produits chimiques.
_ dans les pays du Sud, les oasis, fruits et légumes.
_ dans les pays du Nord, cultures maraichères (salades, fraises, vignes).

Agrosystème et environnement

3.1. Système traditionnel

On trouve ce type de système dans les pays pauvres, dnas les pays où il y a une forte croissance démographique. Ce système épuise les sols et entraîne la déforestation car les populations de ce pays pratiquent la culture sur brûlis et coupe les forêts pour créer de nouvelles parcelles. L'intensification des cultures provoquent également la surexploitation de l'eau (fleuves, nappes soouterraines). L'utilisation d'engrais et de pesticides provoque la pollution.

3.2. Système prodictiviste (moderne)

Surtout mis en place dnas les pays du Nord, ou développés, le bilan est contrasté quant aux résultats. Aspect positifs : les produits chimique ont permis avec la mécanisation de mettre en valeur des terres jusque là délaissées. C'est la cas de la Champagne (pouilleuse) en France. Aspect négatif : l'usage massif (en cycle quantité) de produits chimiques et les élevages hors sol provoquent des pollutions. Les terres peu accessibles sont de moins en moins cultivées, il se développe des friches.

3.3. Les manipulations génétiques, une menace pour la planète

Depuis les années 1960, les laboratoires ont élaboré des organismes génétiquement modifiés (OGM). Ces plantes ou ces animaux doivent pouvoir résister aux maladies, aux insectes, à une trop grande sècheresse tout en permettant des rendements élevés. les aspects négatifs restent la réduction du nombre d'espèces animales ou végétales et que ces ogm sont mis au point par des laboratoires et sont la propriété de brevet, de firmes multinationales et se sont ces firmes qui vendent les grains au pays en développement. 

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (3,50/ 5 pour 2 votes)
Loading...

Mathieu

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide