« Les Sociétés humaines sont confrontées à 2 grands types de risques : les risques naturels et les risques technologiques. »

Mais en quoi le niveau de développement rend-il les sociétés humaines plus
ou moins vulnérables aux catastrophes ?

La partie supérieure du globe terrestre est formée d'une mosaïque de plaques
glissant sur du magma. Ces plaques tectoniques peuvent s'éloigner
l'une de l'autre, ou bien au contraire se rencontrer, l'une glisse
alors sous l'autre, c'est le phénomène de subduction... Enfin,
elles peuvent coulisser l'une contre l'autre, ce qui entraîne des
failles à l'origine de violents séismes ( Faille de San Andreas en
Californie ).

La majorité des séismes et des édifices volcaniques correspondent aux limites
des plaques, particulièrement sur le pourtour de l'océan Pacifique
( La « ceinture de feu du Pacifique » ).

L'énergie d'un tremblement de terre se libère à partir du foyer ( lieu situé
en profondeur où se produit le choc initial ). Elle se propage par
des ondes et gagne la surface : l'épicentre ( point à la verticale
du foyer ), touchant un espace plus ou moins grand. La secousse
principale s'accompagne de secousses atténuées, les répliques.

La violence des séismes est mesurée de deux manières :

  • L'échelle de Richter évalue la magnitude, c'est-à-dire l'énergie libérée
    au foyer du séisme. Elle comporte 9 degrés.
  • L'échelle EMS ( échelle macrosismique européenne ) mesure l'intensité,
    c'est-à-dire les dégâts provoqués ( graduée de 1 à 12 ).

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Aucun vote)
Loading...

Mathieu

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide