La mondialisation s'accélère depuis l'effondrement de l'URSS et l'ouverture de la Chine. Elle se décline avec l'expansion du capital libéral. C'est un phénomène qui s'amplifie et qui se traduit par de importants flux de personnes, de marchandises, de capitaux et d'information.

Désormais, les états nationaux qui organisaient autrefois les relations dans l'espace mondial doivent compter sur d'autres acteurs.

La mondialisation produit un système très hiérarchisé, intégrant certains espaces et marginalisant les autres.

Les échanges à la base de la mondialisation

Les flux humains

Il y a une migration forte en ce qui concerne les ‘’cerveaux’’ (travailleurs). Mais aussi les déplacements postent guerre froide.

Les échanges de services et de marchandises

Le commerce mondial a été multiplié par plus de 100 en un demi-siècle. Les flux de marchandises baissent mais reste largement minoritaire et celui des services augmente légèrement.

Parmi les échanges de marchandises, la part des produits industriels est devenue majoritaire, alors que les produits agricoles (matières premières, énergie,…) diminuent.

Il y a une évolution niveau des transports : l'augmentation des capacités, de la vitesse,… Ce qui engendre une explosion des exportations (les conteneurs facilitent manipulation de marchandises).

Dans le transport maritime, deux tiers des échanges et flux de marchandises empruntaient les grandes routes maritimes qui sont contrôlées par des détroits.

L'essor des flux de capitaux et les flux illicites

Ils sont représentés par les IDE (investissements directs à l'étranger). Les IDE sont réalisés pour acquérir un bien durable dans une entreprise opérant dans un pays étranger. La localisation des IDE édités par un souci de rentabilité, conquérir un marché porteur.

Les flux de capitaux se font essentiellement entre les pays du Nord. Il y a également des flux hors la loi (15 % du commerce mondial, comme le trafic de drogue, de femmes,…)

Les acteurs de la mondialisation

Les Etats

Ils interviennent car ils font des choix politiques et économiques, ils légifèrent en matière de droits de douane, ils décident ou pas d'adhérer aux organisations économiques. Les plus puissants forment le G8.

Les organisations internationales

OMC, FMI et la banque mondiale. Le FMI finançait les politiques libérales, même si elle a un coût social élevé et si elle aggrave les inégalités au niveau local. Ces organisations internationales limitent la marge d'autonomie des États.

Les firmes multinationales

On n'en compte 63 000 qui emploient 75 millions de salariés. Elle réalise les deux tiers du commerce mondial et 100 essentiellement originaire des pays du Nord (les plus importantes sont les américaines). Leur puissance repose sur leur capacité à contrôler des zones de fourniture de matières premières, devant et de production.

Les lieux de la mondialisation

Un espace national fragmenté

Le centre du monde est constitué par les pays de la triade qui contrôle l'essentiel du pouvoir politique et économique du monde, et qui maîtrise des nouvelles technologies de l'information.

La périphérie intégrée constitue des pays qui fournissent des matières premières agricoles (minière ou énergétique), et de la main-d'œuvre (pays pétroliers, de futur géant, la Russie).

Les marges évitées (laissés-pour-compte) : pays qui n'ont rien à offrir aux pays développés. Ce sont dans lesquels on ne peut pas investir (aucune stabilité politique), aucune forme de ressources.

Enfin d'autres pays sont marginalisés à cause de leur gouvernement (Cuba, la Corée du Nord et la Birmanie).

Les localisations privilégiées

  • Zones franches : Ces trois ensembles constituent des hommes de nombreux juridiques et sociaux. Ces territoires dérogent certaines règles jugées trop contraignantes, ce qui attire les entreprises.
    Les zones franches sont des espaces permettant à des marchandises d'être importé, transformer et exporter sans avoir à payer de droits de douane. On n'en compte dans le monde 3000 qui emploie 43 millions de personnes.
  • Paradis fiscaux : ce sont des territoires où les habitants et les entreprises bénéficient d'un régime fiscal particulièrement avantageux.
    Beaucoup de places financières sont reconnues comme la Suisse et le Luxembourg. Mais aussi des places « offshore » comme les îles du Mans entre l'Angleterre et l'Irlande, les îles caïmans et les Bahamas.
  • pavillons de complaisance : ce sont des états très petits qui accueillent la flotte en allégeant les conditions de sécurité, de règles du travail,… Il représente 57 % de la flotte mondiale (Chypre, Malte, les Bahamas,…).

Les littoraux sont privilégiés car les échanges mondiaux sont assurés à 90 % par voie maritime. Les littoraux de l'Europe Atlantique et le littoral du Japon constituent de véritables interfaces (zones d'échanges privilégiés).

Les métropoles concentrent les impulsions. Ce sont des pôles de commandement, de gestion politique, économique (industriels et financiers) symbolisée par les CBD (Central Business district) rencontrées dans toutes les métropoles. Les métropoles ayant des fonctions internationales sont des mégapoles.

Dans les pays de la Triade, de grandes régions urbaines constituées de grandes métropoles forment les mégalopoles.

Les villes fonctionnent en réseau, elles peuvent être complémentaires ou concurrents. Les métropoles attirent tous les flux ce qui renforce leur position. Ce phénomène est appelé ‘‘métropolisation’’.
20 métropoles gèrent 85% des flux financiers et 25 aéroports polarisent 70% du trafic aérien (essentiellement les pays de la Triade).

Dans les pays en voie de développement, les villes ont la même importance que dans les pays développés. Dans les pays du sud les villes connaissent une véritable explosion démographique (fort accroissement de naturel car la transition démographique n’est pas finie, exode rural car ils fuient la misère). Mais les villes du sud ont énormément de mal à faire face à tous les problèmes posés par cette explosion de la population.

Les villes ne sont pas encore capables de fournir assez d’emplois, elles manquent aussi d’infrastructure.

Ce sont des villes qui présentent de forts contrastes (bidons-ville, quartiers luxueux,…). Ce sont des villes ou la violence est forte.

La mondialisation se caractérise entre autre par l’éclatement des frontières. Ce qui pose la question du rôle que doivent jouer les États, ce que pose aussi la question de la facilité avec laquelle les différents trafics, le terrorisme peuvent se propager. Elle se caractérise aussi par des indépendances qui rendent les différentes parties du monde à la fois concurrent et complémentaire.

Concurrente et complémentaire (la division internationale du travail). Cette situation n'interdépendance peut propager la croissance mais aussi les crises. Elle se caractérise aussi par de nouvelles inégalités qu'on peut lire à l'échelle nationale et internationale.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (4,50/ 5 pour 2 votes)
Loading...

Olivier

Professeur en lycée et classe prépa, je vous livre ici quelques conseils utiles à travers mes cours !

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide