Un poids économique dans le champ international

a)   Les caractéristiques de la population européenne

Avec 455 millions d'habitants, la population de l'Union Européenne représente le 3e groupe humain, après la Chine et l'Inde. Cette population s'accroît lentement et tend à vieillir. L'IDH, qui prend en compte les critères d'espérance de vie, l'alphabétisation et le PIB réel par habitant, place l'UE dans le groupe des pays à développement humain très élevé. Cette population nombreuse, bien formée et de haut niveau de vie est un atout économique, tant pour la production que pour la consommation. Celle-ci est fortement stimulée par l'ouverture des frontières qui offre un marché de plusieurs centaines de millions de personnes

b)   Le 1e espace économique mondial

Cinq des dix Etat les plus riches du monde en font partie : Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie, Espagne. L'UE réalise 30% du PIB mondial

L'agriculture européenne est au 2e rang mondial, grâce aux conditions naturelles favorables (richesse des sols, climats tempérés) et à la Politique Agricole Commune. Elle produit 17% de la production mondial de blé, 42%  de la betterave sucrière et 23% de lait. Les exportations se heurtent néanmoins à la concurrence américaine et aux faibles pouvoirs d'achats des PVD. L'industrie européenne ancienne rivalise avec celle des grands pays industriels (Japon, Etats-Unis) et avec les NPI. L'UE fournit 33% des automobiles mondiales mais seulement 17% de la production mondial d'acier. L'aéronautique et l'aérospatiale sont deux secteurs performants. Par contre les industries électroniques ont pris du retard.

Le commerce extérieur est favorisé par des réseaux de transports denses, surtout l'axe mer du Nord-Rhin-Italie du Nord et il dispose de la 2e façade maritime du monde, Hambourg et le Havre.

L'UE réalise 38% des échanges mondiaux, 65% des échanges se font entre les Etats membres.

Les 2/3 des échanges commerciaux se font avec des pays développées. Les produits industriels représentent 80% des exportations de l'UE et 66% des importations

c)    L'UE ouverte vers le tiers-monde

Des accords ont été signés entre l'UE et les pays en développement ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique). Ils permettent aux produits de ces pays d'accéder librement au marché de l'UE, tandis que les pays ACP, pour protéger leurs propres productions, ne sont pas tenus à la réciprocité.

Le traité de Maastricht a affirmé la volonté de l'UE de jouer un rôle dans le développement. La coopération financière et technique est renforcée avec les ACP et avec les PVD d'Asie et d'Amérique latine

Quarante ans après de Traité de Rome, la création de la CEE, devenue Union Européenne, a permis à l'Europe de rependre la première place économique qui était la sienne au début du XXe siècle

Les résultats de la politique européenne

a)   Agriculture et pêche

Le PAC a encouragé les exploitants à produire toujours plus, parfois en quantités excessives : lait, viande, céréales, sucre, vin. D'où la réforme de 1992 : les prix agricoles sont baissés pour stimuler les exportations hors de l'UE. Pour réduire les productions et protéger l'environnement des quotas laitiers et le gel des terres céréalières sont mis en place. L'élevage extensif et le boisement sont encouragés. La politique commune de la pêche ou « Europe bleue » permet de créer un espace de pêche commun aux 25 Etats. Elle limite les prises afin d'éviter l'épuisement des fonds marins

b)   Les secteurs secondaire et tertiaire

L'aéronautique (Airbus) et l'aérospatiale (fusée Ariane) sont des secteurs de coopérations efficaces. L'UE aide la sidérurgie, les chantiers navals et les textiles, très touchés par la crise, à se protéger de la concurrence mondiale  et à se restructurer. L'électronique et les télécommunications sont l'objet de programmes communs, ainsi que les économies d'énergie et la recherche d'énergies nouvelles.

Depuis le 1er janvier 1993, les marchandises, les capitaux et les services circulent librement dans l'UE. Les droits de douane sont supprimés, mais certaines marchandises des pays extérieurs sont frappées par le tarif commun

L'euro, monnaie unique est adopté par 12 Etats qui ont accepté de réduire leur déficit public et leur inflation. Elle est devenue monnaie légale en janvier 2002.

c)    L'Europe des hommes

Depuis le 1er janvier 1993, les ressortissants de l'UE circulent librement à l'intérieur de l'UE. Ils peuvent s'installer dans chacun des 25 Etats. Les vérifications aux frontières externes de l'UE sont renforcées afin de contrôler l'immigration extra-européenne.

Les travailleurs salariés ou indépendants peuvent exercer leur activité dans toute l'UE. En matière d'embauche, le principe de la préférence communautaire fonctionne. Le chômage touche 18 millions d'Européens : l'UE cherche à développer la formation professionnelle. L'agence Européenne pour l'environnement tente de lutter contre la pollution des eaux et e l'air

Les réalisations effectives et les projets en cours de l'UE couvrent de vastes domaines et infléchissent d'avenir.

L'inégal développement régional

a)   D'importantes différences entre les États

L'Allemagne, la France, l'Italie, le Royaume-Uni réalisent ensemble plus de 2/3 du PNB de l'UE.

Le PNB par habitant des Etats les plus riches (Luxembourg, Danemark, Allemagne) est d'environ 30 mille dollars, celui des pays les moins riches (Portugal, Grèce) avoisine les 10 mille dollars et celui des Etats entrés dans l'UE en 2004 (Hongrie, Pologne) est proche de 5000 dollars. Le chômage affecte environ 10% des actifs européens. Les pays sont différemment touchés : 18% des actifs en Slovaquie et en Pologne sont à la recherche d'un emploi ; 10% en France et en Allemagne : 5% au Royaume-Uni.

b)   Des développements régionaux contrastés

Les régions centrales développées forent un espace discontinu d'intense activité économique du sud du Royaume-Uni au nord de l'Italie. Cet axe regroupe la majorité de sporulation européenne. Il est jalonné par de grandes métropoles : Londres, Anvers, Rotterdam, Francfort, Milan. Les réseaux de transports y sont très denses et les façades maritimes de la mer du Nord et de l'Italie du nord (gênes) concentrent des flux de marchandises, des activités industrielles et de services parmi les plus importants du monde. Des régions actives situées  en dehors de l'axe principal, autour de Paris, de Lyon-Grenoble, de Copenhague, de Hambourg, contribuent à la prospérité et au dynamisme de celui-ci.

Des régions d'activités anciennes (mines, sidérurgie, chantiers navals, textiles) sont en déclin et subissent la concurrence internationale : Pays Noirs britanniques, Wallonie en Belgique, nord et est de la France, Sarre et Ruhr en Allemagne.

La plupart des Etats de l'Europe orientale, l'Irlande, l'est de l'Allemagne, le Portugal, l'Espagne, l'Italie du sud, la Grèce et les départements d'outre-mer français sont des espaces moins développés. Le PNB par habitants y est généralement bas. L'éducation, la santé et les transports révèlent d'importantes faiblesses. L'agriculture y tient encore une large place.

c)    Les moyens de la politique régionale

Le Fond de Cohésion crée en 1993, est destiné à aider les Etats les moins prospères, à réduire les écarts de développement économique et à accroître le niveau de vie des populations, nécessaire à l'accroissement du commerce intracommunautaire.

Les fonds structurels absorbent un tiers du budget de l'UE. Le Fonds Européen de développement régional (FEDER) finance les programmes d'investissement destinés à équiper les régions périphériques en infrastructures de transports, équipements industriels, de services, de santé d'éducation. Le Fond social européen (FSE) se consacre au développement de l'emploi : formation professionnelle et aide à l'embauche. Le Fond Européen d'Orientation et de Garantie Agricole (FEOGA) intervient surtout dans les régions agricoles attardés afin de les aider à développer leurs ressources locales : Ecosse, Massif Central, Italie Centrale, Autriche.

Un développement homogène de toute l'Union Européenne demande une solidarité accrue entre les différents Etats pour corriger les disparités.

L'approfondissement et l'élargissement

a)   Des compétences accrues

L'UE tente d'harmoniser sa politique sociale pour établir une plus grande égalité entre les travailleurs et pour éviter  des transferts d'activités dans les Etats où les lois sociales sont moins contraignantes. Une Charte sociale européenne a été adoptée en 1989. Ses principaux axes sont les suivants :

-         les contrats de travail doivent respecter certains critères : durée du travail, repos hebdomadaire, congés payés, procédures de licenciement

-         des normes européennes sont établies concernant la sécurité du travail et la santé des travailleurs

-         le droit à un salaire décent est affirmé, mais il n'existe pas de salaire minimum garanti européen

-         hommes et femmes doivent connaître une égalité de traitement.

b)   Une Union politique renforcée

Le traité de Maastricht en 1992 consolide les liens politiques entre les Etats. La citoyenneté européenne, illustrée par un passeport européen, donne aux ressortissants du l'UE résidant dans un Etat différent de leur pays d'origine, le droit de vote et l'éligibilité aux élections municipales. Le Parlement européen participe plus activement aux décisions du Conseil des ministres. La coopération intergouvernementale est renforcée dans le domaine de la justice et de la police et le trafic de stupéfiants. La Politique Etrangère et de Sécurité Commune (PESC) veut renforcer les liens entre les Etats pour accroître le rôle de l'UE sur le plan international et créer une future armée européenne.

c)    L'élargissement de l'UE

L'UE a accueilli en 2004 dix nouveaux Etats, regroupant 75 millions d'habitants : Estonie, Lettonie, Lituanie, Pologne, République Tchèque, Slovaquie, Hongrie, Slovénie, Malte et Chypre. Ces Etats sont tous d'anciennes démocraties populaires (sauf Malte et Chypre). Après la chute du communiste, ils se sont rapprochés de l'Europe de l'Ouest afin de consolider la démocratie et la système économique libéral qu'ils ont adoptés. Le niveau de développement de ces adhérents est inférieur à celui des autres Etats de l'UE. Pour  certains, le PNB par habitant  équivaut à 1/10e de celui de l'Allemagne. Pour permettre une intégration, un effort de solidarité devra être entrepris, financé par une croissance globale du PNB de l'UE.

L'UE étudie la candidature de cinq autre pays (Croatie, Bosnie, Serbie, Macédoine, Albanie) qui souhaitent adhérer à l'UE. La demande d'adhésion de la Turquie a fait auparavant l'objet de débats.

L'élargissement de l'UE constitue un profond bouleversement. Les institutions et les procédures (vote à l'unanimité pour les décisions importantes) d'une Europe des six ne sont peut-être pas adaptées à une Europe très élargie. En 2001, une Convention Européenne a été chargée d'élaborer un projet de Constitution Européenne. Soumis à l'approbation des Etats membres le texte de la Constitution a été rejeté par 54% des français lors du référendum de 2005.

Depuis plus de 40 ans, l'UE poursuit sa construction. Le domaine économique reste primordial mais les récents élargissement des compétences et de l'espace de la communauté l'orientent vers une fédération des « Etats-Unis d'Europe », dont l'acceptation chemine lentement et difficilement dans l'opinion publique, comme l'atteste peut-être le rejet du projet de la Constitution par les français.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (5,00/ 5 pour 1 votes)
Loading...

Mathieu

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide