Les étapes et principes fondateurs de la construction européenne

Après la Seconde Guerre mondiale, la prise de conscience du déclin de l'Europe combiné au souhait de ne plus revoir la guerre sur le continent, incita les gouvernements à se rapprocher.

La construction européenne débuta en 1951 avec la création de la CECA ( Communauté européenne du charbon et de l'acier ) à l'initiative des Français Jean Monnet et Robert Schuman ; 6 pays y participent : la France, la RFA, l'Italie et le Benelux . La construction européenne se poursuit progressivement au fil des traités, par exemple :

  • 1957 ( le 25 mars précisément ) : traité de Rome créant la CEE ( Communauté économique européenne ) avec pour objectifs la suppression progressive des barrières douanières entre pays membres, la libre circulation des hommes, des marchandises et des capitaux.
  • 1992 : traité de Maastricht qui transforme la CEE en Union Européenne ; il définit une citoyenneté européenne, prévoit la création d'une monnaie unique : l'euro ( € ).
  •  2001 : le traité de Nice adapte tant bien que mal et provisoirement les institutions européennes à l'élargissement de l'UE prévu en 2004 et 2007 ( 12 nouveaux membres ). En effets, l'approfondissement de la construction européenne s'est accompagné d'un élargissement avec l'adhésion de nouveaux États. De 6 pays en 1957, l'UE compte aujourd'hui 27 États membres.

Les politiques menées par l'Europe

Des politiques communes contribuent à harmoniser le territoire européen. La plus ancienne est la politique agricole commune ( PAC ). Elle a trop bien réussi par rapport à ses objectifs initiaux de croissance de la production et de modernisation de l'agriculture : surproduction chronique et agriculture peu respectueuse de l'environnement. L'intégration des 12 derniers États membres ( en 2004 – 2007 ), dans lesquels l'agriculture occupe une place majeure, met en péril le fonctionnement de la PAC et nécessite une nouvelle réforme. Des dissensions croissantes apparaissent d'ailleurs entre les différents membres de l'UE sur l'avenir de la PAC : la France, premier producteur agricole de l'UE et largement bénéficiaire des aides de la PAC, est très réticente face aux propositions de réformes.

Il existe d'autres exemples de politiques communes plus ou moins efficaces :

  • Les politiques d'aides au développement des États et des régions les plus défavorisées de l'UE.
  • La mise en place d'une monnaie commune, bien que tous les pays de l'UE n'appartiennent pas encore à la zone euro.
  • La convention de Schengen, qui permet un allègement des contrôles aux frontières des pays signataires et leur transfert aux frontières extérieures de ces mêmes pays. Mais tous les États de l'UE n'ont pas signé ces accords de Schengen ( ex : Royaume-Unis, Irlande ) et le développement des flux migratoires clandestins, du terrorisme compliquent l'application de ces accords.

Enfin dans d'autres domaines, l'UE a amorcé la mise en place de politiques communes, par exemple des politiques de l'environnement, de la culture et de l'éducation (projet Erasmus ) ou encore une politique extérieure et de sécurité commune ( PESC )... mais malgré de bonnes intentions affichées, ces politiques communes restent encore très limitées.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Aucun vote)
Loading...

Maelys

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide