Pour aborder ce thème, on peut présenter aux élèves les documents suivants :

a) - texte d'Armand Frémont in France, géographie d'une société, collection "Géographes" Flammarion 1988 repris par F. Damette et J. Scheibling in La France Permanences et mutations p.54 (déjà cité). Pour une bonne approche, seul le 3e paragraphe débutant par "la France des 36000 communes..." sera présenté aux élèves ;

b) - texte "Montceau-les-Mines justifie-t-elle toujours de s'appeler les Mines ?" in manuel d'élève, Géographie 1ère, Bertrand-Lacoste, page 52 ;

c) - les deux cartes p. 120 in Bertrand-Lacoste "Géographie 1ère" - carte du réseau routier de la Gaule romaine et carte du réseau ferroviaire électrifié ;

d) - carte p. 97 in Nathan "Géographie 1ère" - carte le rail, nombre de voyageurs transportés chaque jour ;

e) - carte p. 52 in "La France : Permanences et mutations" (déjà cité) - autoroutes, TGV, axes, hiérarchisation des réseaux ;

f) - carte p. 70 in Bréal "Géographie 1ère" - carte IGN du relief de la France ;

g) - carte p. 75 in Nathan "Géographie 1ère" - anamorphose de la population des départements ;

h) - quelques photos (3 à 4) bien "tranchées" exemples : méditerranée, vignoble champenois, laiterie normande...

Il est demandé aux élèves de regrouper les documents autour des deux éléments du paradoxe français : très forte centralisation et très grande diversité.

La diversité apparaît bien dans les documents : le texte a) apporte un éclairage intéressant mais, juxtaposé avec le texte b) on est en droit de se poser la question si la très forte centralisation n'a pas eu pour effet d'accentuer la diversité vu sous l'angle de l'auteur du texte b). La diversité se lit sur la carte f) et est bien sûr confirmée par le choix des photos. Le poids des mentalités additionné aux réalités des paysages aboutit, sans nul doute, à cette très grande diversité réelle, affichée et très souvent défendue (langues régionales, gastronomie...)

On peut ensuite, afin de bien  fixer les différents éléments, commenter le montage suivant :

 

 Le décryptage du "montage" ci-dessus permet d'embrasser toute la complexité de l'organisation du territoire français. En effet :

1) La France, une mosaïque de villages gaulois

La Tour Eiffel, symbole de la France éternelle au rayonnement mondial, enfonce ses quatre pieds dans la France profonde.

Philippe PERCY (La France :le fait régional - Hachette supérieur - 2000) le souligne bien lorsqu'il écrit : "En réalité, la France, plus qu'aucun autre territoire de l'Europe, se prête à une "régionalisation" selon des échelles multiples. Le patrimoine paysan a laissé une marqueterie de micro-régions qui perdurent alors que la polarisation urbaine organise l'espace à l'échelle de régions de plus vaste ampleur".

Cette réalité, je propose de l'aborder d'une manière ludique à travers le tour de Gaule d'Astérix et d'Obélix. C'est l'occasion de rappeler les particularismes régionaux, ici par le biais de la gastronomie mais on l'étendra aussi aux patois, à la trop fameuse législation d'Alsace-Lorraine...

Mais, le choix d'Astérix et d'Obélix a également été guidé pour esquisser que la France, depuis longtemps (en rapport avec le cours d'histoire) a évolué au coeur d'un espace homogène à bien des égards.

2) La France, une et indivisible

Le premier étage de la Tour Eiffel présente une France prisonnière (présence de chaînes). La carte, celle des lignes ferroviaires électrifiées (Lacoste 1ère p.120), est représentative de cette volonté de centralisation autour de Paris, le coeur sans lequel la France se meurt...

Cette partie sera l'occasion de se pencher sur la centralisation dont Félix Damette et Jacques Scheibling dans La France : Permanences et mutations (Hachette 1999) nous disent : "(...) la France est aussi un territoire politique qui a conservé, à travers les différents régimes, son centralisme tout en pratiquant une gestion administrative homogène".

3) La France revue et corrigée

Le deuxième étage de la Tour Eiffel présente une France calquée sur le disque d'une scie électrique. C'est la France "organisée" par un aménagement du territoire descendu tout droit de Paris...

La carte (Hachette 1ère p. 168) qui figure sur le disque est celle des grands projets d'aménagement du territoire en 1966.

Ce sera l'occasion de rappeler "Paris et le désert français" et le "déménagement de la France" etc...

4) La France s'arrime à l'Europe

Le troisième étage de la Tour Eiffel qui se perd dans les brumes d'une Europe en construction traduit bien la réalité : celle d'une Europe devenue incontournable mais aussi celle d'une Europe qui se cherche... et dans tous les cas que le développement de la France s'inscrit dans l'espace européen.

Conclusion :

Après cette brève approche, je vous présente la leçon sur la France version cartographique uniquement.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Aucun vote)
Loading...

Mathieu

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide