Les ménages interviennent sur le marché pour acheter des biens, donc en tant que consommateurs.

Les choix qu'ils ont a effectuer vont être dépendant de leurs préférences mais surtout de leurs revenus.

C'est sur ceux-ci que nous allons nous attarder dans cette fiche.

Les revenus primaires

Attention à bien sommer l'ensemble des revenus d'un ménage Les revenus peuvent prendre des formes diverses qui s'additionnent

Les revenus d'activités

Les revenus salariaux

Le travail salarié au service des revenus des ménages Le travail salarié : une des sources du revenu

Les revenus salariaux constituent l'une des grandes catégories de revenus que peut percevoir un salarié.

Le salarié est lié à son employeur par un contrat de travail. Ce contrat de travail représente le lien entre le salarié qui va effectuer un travail pour le compte de son employeur. Ce travail étant rémunéré sous la forme d'une rémunération.

Cette rémunération n'est cependant pas unique, mais elle est constituée de plusieurs grandes catégories :

  • Le salaire de base : c'est le salaire perçu par le salarié tous les mois, sans modification ni changement. Il peut être calculé soit en fonction du nombre d'heures de travail effectuées, soit en fonction d'une mission réalisée, soit en fonction d'un nombre d'éléments réalisés
  • Les compléments du salaire : ceux-ci constituant l'ensemble des revenus qui ne sont pas versées tous les mois mais qui complètent ce revenu de base. Ce sont par exemple les primes ou les commissions pour un commercial

Ainsi les revenus salariaux respectent la formule suivante : revenus salariaux = salaire de base + complément du salaire

Il est également possible de décomposer les revenus du travail salarié d'une autre manière qui est celle qui suit et qui comprend trois grands axes :

  • Les rémunérations monétaires immédiates, aussi appelées rémunérations monétaires directes (qui sont perçues de manière mensuelle) : Celles-ci comprennent
    • le salaire de base (auquel peut s'ajouter éventuellement les heures supplémentaires)
    • les primes (comme par exemple la prime de 13ème mois, la prime de Noël, les primes d'ancienneté,...)
    • les commissions (comme dans le cas d'un commercial qui toucherait un supplément pour chaque vente générée)
    • les indemnités (pour compenser une dépense du salarié ayant avancé par exemple des frais kilométriques pour les commerciaux)
    • les gratifications
  •  Les rémunérations différées : celles-ci sont ne sont pas versées immédiatement mais plus tard dans le temps et sont par exemple constituées des éléments suivants :
    • la participation
    • l'intéressement
    • le plan épargne entreprise
    • les stocks-options
    • les avantages retraites
    • les complémentaires santé...
  • Les rémunérations en nature : certaines rémunérations de la part de l'employeur envers l'employé peuvent en effet ne pas être versées sous forme de rémunération monétaire mais directement en nature. Par exemple on peut trouver :
    • un logement ou bien un véhicule de fonction
    • des avantages financiers : par exemple une société peut accorder des réductions sur les produits qu'elle fabrique ou produit
    • des prêts accordés à des taux préférentiels

Les revenus des travailleurs indépendants

Tous les travailleurs ne sont pas salariés, et à ce titre tous les travailleurs ne reçoivent pas un salaire fixe tous les mois en échange de leur travail envers un employeur, les deux parties étant liées par un contrat.

L'entrepreneur individuel disposera tout d'abord de revenus non fixes et qui peuvent évoluer d'un mois sur l'autre.

Il en est de même pour les professions libérales telles que les avocats, les médecins ou bien les experts-comptables par exemple. Ces professionnels-là toucheront un revenu nommé honoraire pour les services qu'ils proposent.

Les revenus du patrimoine

Le travail n'est pas le seul et unique moyen de générer un revenu, et à côté de celui-ci le patrimoine joue également un rôle fort.

Mais avant tout, qu'est-ce que le patrimoine ? Le patrimoine correspond à la propriété, c'est-à-dire à ce que possède un individu. Ce sont donc les revenus que génèrent ces propriétés que l'on appelle revenus du patrimoine.

Ces patrimoine et donc ces propriétés associés sont classées en trois grandes catégories :

  • Les biens immobiliers qui correspondent aux appartements, aux maisons ou à tout autre actif immobilier. Les revenus qu'ils génèrent s'expriment à travers un revenu que l'on nomme loyer
  • Les biens fonciers : contrairement aux biens immobiliers, ils ne correspondent pas à des constructions mais aux terrains en eux-mêmes. Cependant tout comme les biens immobiliers, ils génèrent un revenu à travers un loyer
  • Les titres financiers : ceux-ci s'expriment sous la forme d'actifs financiers comme les actions, les obligations ou une multitude d'autres types de titres financiers. Ils génèrent des revenus en fonction du type d'actif qu'ils représentent : les actions génèreront pas exemple des dividendes et les obligations des revenus sous forme d'intérêts financiers

Ainsi chaque individu peut obtenir des revenus dont les sources sont diverses : revenus salariaux à travers un emploi salarié qui peuvent eux-même se combiner avec des revenus immobiliers et financiers si l'individu possède par exemple un appartement en location ainsi que des actions sur un compte.

Le concept de revenu disponible

Les revenus de transfert ou de réaffectation

Les revenus de transfert illustrées à travers les pensions de retraite Les pensions de retraite : un exemple de revenu de transfert

Il existe une catégorie de revenus autre que les revenus du travail et les revenus de la propriété que les ménages vont pouvoir percevoir : il s'agit des revenus de transfert qui ont pour origine la redistribution.

Il existe en effet de très grandes disparités de revenus entre les différents individus de la société française, et l’État cherche en permanence à corriger en partie ces inégalités à travers son rôle de redistributeur.

Il va alors prélever une partie des revenus primaires, qui correspondent aux revenus directement liés à une participation des ménages au processus de production, pour ensuite les redistribuer sous forme de revenus de transferts à l'ensemble des agents économiques qui en auraient besoin. Le but de cette redistribution étant de diminuer au global les inégalités et ainsi augmenter la consommation.

Ces revenus de transfert, aussi appelés revenus secondaires, peuvent prendre des formes multiples et variées parmi lesquelles on retrouve :

  • les prestations en cas de chômage
  • les allocations familiales
  • le RSA
  • l'assurance maladie
  • les pensions de retraite

Il n'y a pas de contrepartie au versement de ces revenus. En revanche certaines conditions de ressources sont parfois nécessaires pour déclencher leur versement et ainsi faire face à certains évènements comme une naissance pour les allocations familiales, la perte d'un emploi pour le chômage ou bien encore le départ en retraite pour les pensions de retraite.

Ces différents évènements déclencheurs sont appelés risques sociaux et sont susceptibles d'avoir un impact sur la vie d'un individu ou d'induire une modification de ses revenus comme une augmentation de ses dépenses ou bien une diminution de ses rentrées financières.

Ces risques sociaux peuvent être classés en deux catégories distinctes :

  • les risques personnels : ils concernent la vie de l'individu en dehors du monde professionnel. Parmi ceux-ci on retrouve par exemple la maladie, la situation de handicap, la maternité ou bien encore la vieillesse
  • les risques professionnels : ils concernent la vie de l'individu à l'intérieur du monde professionnel. Ce sont par exemple les accidents du travail, le chômage ou bien encore les maladies professionnelles.

Les prélèvements obligatoires

Les revenus générés par le travail ou bien par la propriété immobilière, foncière ou bien de titres financiers ne seront pas reversés tels quels à l'individu et ceux-ci devront faire l'objet d'un ensemble de prélèvements.

Ces prélèvements sont en fait les impôts et les taxes qui vont être prélevées sur la richesse créée par les agents économiques.

Ces prélèvements obligatoires peuvent être effectués à différents niveaux :

  • au niveau des revenus
  • au niveau du patrimoine
  • au niveau des dépenses

De plus, ces prélèvements obligatoires prennent deux grandes formes principales

La fiscalité directe

La fiscalité directe correspond à l'ensemble des impôts et taxes prélevés directement. Ceux-ci représentent environ 40% de la totalité des prélèvements obligatoires. Parmi ces derniers on retrouve notamment :

  • l'impôt sur le revenu des personnes physiques (c'est-à-dire prélevés sur les salaires des salariés ou bien sur les revenus des entrepreneurs individuels)
  • l'impôt sur les sociétés qui correspond à 33,33% des bénéfices nets générés par les entreprises
  • les différents impôts sur le patrimoine tels que les droits de succession ou bien l'impôt de solidarité sur la fortune remplacé récemment par l'impôt sur la fortune immobilière

Certains de ces impôts et taxes directs peuvent également être prélevés non pas par l’État mais par les collectivités territoriales. Parmi ceux-ci on retrouve par exemple :

  • la taxe d'habitation
  • la taxe foncière

La fiscalité indirecte

La fiscalité indirecte est essentiellement constituée par la TVA c'est-à-dire la taxe sur la valeur ajoutée.

D'autres impôts existent également comme ceux sur les boissons alcoolisées, sur le tabac et les cigarettes ou encore sur les produits pétroliers c'est-à-dire principalement l'essence et le gazole

 Le revenu disponible

La notion de revenu disponible expliquée à travers sa formule La formule pour calculer le revenu disponible (source : Surfeco21)

Nous avons vu que les revenus que touchaient les ménages pouvaient avoir différentes origines telles que le travail, le patrimoine ou bien encore les revenus de transfert.

Nous avons également vu que des impôts et taxes allaient également être prélevés sur ces revenus.

Comment dès lors connaître le montant qui sera réellement à la disposition des ménages ? Le montant en quelque sorte "net" qu'elles auront réellement sur leur compte et qu'elles pourront choisir de dépenser ou bien d'épargner ?

La notion de revenu disponible répond à cette problématique et permet de calculer la part du revenu qui restera effectivement entre les mains des ménages une fois taxes et cotisations payées et prélevées.

Il se calcule grâce à la formule suivante :

Revenu disponible = revenus primaires + revenus de transfert - impôts directs et cotisations

 

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (4,00/ 5 pour 5 votes)
Loading...

David

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide