Biographie

Fils de Lorenzo di Maldo Lully (meunier) et de Catarina del Sera (fille de meunier), il est remarqué vers 1645 par Roger de Lorraine (1624-1653), chevalier de Malte. Arrivé en France l'année suivante[2], il entre comme garçon de chambre au service de la Duchesse de Montpensier (la Grande Mademoiselle), qui désirait parfaire ses connaissances de la langue italienne.

À l'âge de treize ans, manifestant de sérieuses dispositions pour la musique, il apprit le violon, la guitare, le clavecin, se montra excellent danseur et rejoignit la Grande Bande des Violons du Roi, composée de 24 instruments. En 1653, Lully dansa avec le roi dans le Ballet de la Nuit.

Il obtint rapidement la direction d'un nouvel ensemble : La Bande des Petits Violons.

Parfait courtisan et homme d'affaires habile, il devint vite le premier compositeur de la cour, et ses airs et ballets consacrèrent sa réputation. Appuyé par Louis XIV , il devint compositeur de la chambre, puis surintendant de la musique royale.

Naturalisé français en 1661, il épousa quelques mois plus tard Madeleine Lambert, dont le père, Michel Lambert, dirigeait la musique chez Mademoiselle de Montpensier. Ils eurent six enfants, dont trois fils qui furent musiciens à leur tour (Louis, Jean-Baptiste II et Jean-Louis) et trois filles dont l'aînée, Catherine-Madeleine, épousera en 1684 Jean-Nicolas de Francine, qui succédera à Lully à la tête de l'Académie royale de musique.

À partir de 1664, Lully travailla régulièrement avec Molière (qui le surnommait « le paillard »), créant le genre de la comédie-ballet, sans cependant renoncer aux ballets de cour. Les pièces de ce dernier sont alors une combinaison de comédie, de ballet et de chant : L'Amour médecin en 1665, la Pastorale comique en 1667, George Dandin en 1668, Monsieur de Pourceaugnac en 1669, Le Bourgeois gentilhomme et sa turquerie. Mais en 1671 les deux hommes se fâchèrent et devinrent ennemis. Il n'est toutefois pas prouvé que, même s'ils collaborèrent, ils furent amis. Aucun rédacteur de gazette, mémorialiste ou biographe ne fait mention d'une amitié, pas plus que de leur brouille qui fut à l'époque un non-événement.

En 1672, Lully acheta à Perrin le privilège de l'Académie royale de musique[3]. Comblé d'honneurs et de richesses, il composa alors approximativement une tragédie en musique par an, éclipsant par la faveur dont il jouissait auprès du roi, tous les compositeurs dramatiques de son époque : Marc-Antoine Charpentier, André Campra, Louis-Nicolas Clérambault. Son librettiste favori était Philippe Quinault.

Les meilleurs professeurs de Musique disponibles
1er cours offert !
Daniela
5
5 (31 avis)
Daniela
30€
/h
1er cours offert !
Nicolas
4,9
4,9 (33 avis)
Nicolas
35€
/h
1er cours offert !
Stanislav
5
5 (14 avis)
Stanislav
35€
/h
1er cours offert !
Bastos
5
5 (74 avis)
Bastos
30€
/h
1er cours offert !
Edouard
4,9
4,9 (13 avis)
Edouard
30€
/h
1er cours offert !
Shauna
5
5 (45 avis)
Shauna
50€
/h
1er cours offert !
Julie
4,9
4,9 (11 avis)
Julie
35€
/h
1er cours offert !
Elisabeth
5
5 (14 avis)
Elisabeth
40€
/h
1er cours offert !
Daniela
5
5 (31 avis)
Daniela
30€
/h
1er cours offert !
Nicolas
4,9
4,9 (33 avis)
Nicolas
35€
/h
1er cours offert !
Stanislav
5
5 (14 avis)
Stanislav
35€
/h
1er cours offert !
Bastos
5
5 (74 avis)
Bastos
30€
/h
1er cours offert !
Edouard
4,9
4,9 (13 avis)
Edouard
30€
/h
1er cours offert !
Shauna
5
5 (45 avis)
Shauna
50€
/h
1er cours offert !
Julie
4,9
4,9 (11 avis)
Julie
35€
/h
1er cours offert !
Elisabeth
5
5 (14 avis)
Elisabeth
40€
/h
1er cours offert>

La rencontre avec le roi

En 1681, Lully atteignit l'apogée de sa carrière en devenant secrétaire du roi.

Bien qu'il ait eu six enfants, il était connu et décrié par ses ennemis pour son homosexualité. Louis XIV avait en horreur ce qu'on nommait alors les « mœurs italiennes ». Aussi quand en 1685, les relations de Lully avec Brunet, un jeune page de la Chapelle, firent scandale, Lully perdit quelque peu de son crédit auprès du roi qui n'assista pas aux représentations de son dernier opéra, Armide, en 1686. Lully composa sa dernière œuvre complète, Acis et Galatée, pastorale en forme d'opéra, pour la cour plus volage du Grand Dauphin, fils de Louis XIV.

La cause de sa mort fut particulière puisqu'elle intervint à la suite d'une répétition du Te Deum qu'il devait faire jouer pour la guérison du roi. N'arrivant pas à obtenir ce qu'il voulait des musiciens, Lully, d'un tempérament explosif, s'emporta et se frappa violemment un orteil avec son « bâton de direction », longue et lourde canne surmontée de rubans et d'un pommeau richement orné, servant à l'époque pour battre la mesure en frappant le sol. La blessure s'infecta et malgré une amputation , la gangrène se propagea au reste du corps et infecta en grande partie son cerveau[4]. Lully mourut quelque temps plus tard à Paris, le 22 mars 1687.

C'est principalement pour sa contribution à la musique religieuse et à la musique de scène que Lully nous est connu. Il restera dans l'histoire comme le véritable créateur de l'opéra français. Il composa 14 tragédies lyriques dont les plus belles sont peut-être Thésée (1675), Atys (1676), Phaéton (1683) et son chef-d'œuvre Armide (1686). À l'aise aussi bien à l'église qu'au théâtre, il est l'auteur de plus de 20 grands motets, dont le fameux Te Deum de 1677, ainsi que de 11 petits motets d'un style plus italianisant.

Postérité

Admiré par les musiciens de son temps, il fut joué sans discontinuer jusqu'à la Révolution de 1789, et son influence fut immense en France sur ses compatriotes comme François Couperin, Marin Marais, Michel-Richard Delalande, Jean-Philippe Rameau, mais aussi dans l'Europe entière. Les gardiens de sa tradition alimentèrent en 1733 ce que l'on appela la Querelle des Lullystes et des Ramistes. Certains de ses élèves contribuèrent au rayonnement de son style en dehors de la France: dans les pays germaniques Georg Muffat (qui a d'ailleurs décrit dans les préfaces de ses éditions les pratiques de Lully pour l'instrumentation, l'ornementation, les coups d'archet et la discipline de l'orchestre), Johann Sigismund Kusser (qui portait en France le nom de Cousser), Johann Caspar Ferdinand Fischer et les italiens Vincenzo Albrici et Agostino Steffani.

Besoin d'un professeur de Musique ?

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 5,00/5 - 1 vote(s)
Loading...

Philippe

Professeur de musique depuis deux décennies, je vous livre ici mes différents cours !