Texte A : Gustave Flaubert, Mémoires d'un fou (posthume, 1901), chapitre X

Texte B : Gustave Flaubert, L'éducation sentimentale (1869), première partie, chapitre I

Texte C : Gustave Flaubert, L'éducation sentimentale (1869), troisième partie, chapitre VI

Texte D : Louis Aragon, Blanche ou l'oubli (1967), troisième partie, chapitre 3, "Une mèche de cheveux n'est pas une hypothèse".

Après avoir lu attentivement les textes du corpus, vous répondrez d'abord à la question suivante (4 points) :

En quoi le texte B est-il une réécriture du texte A et le texte D une réécriture du texte C ?

Vous vous en tiendrez aux éléments principaux

Les quatre textes de notre corpus fonctionnent deux par deux. Le texte B est une réécriture du texte A et le texte D une réécriture du texte C.

Les deux premiers sont rédigés par le même auteur à quelques années d’intervalle. Il y est question d’une rencontre entre un jeune homme et une femme, plus âgée.  Le narrateur de Mémoires d’un fou  est un narrateur interne. On suppose même qu’il s’agit d’un texte autobiographique. Le « je » utilisé dans le texte A n’est pas maintenu dans le texte B.  Le personnage masculin se nomme Frédéric Moreau. Tous deux sont éblouis par le personnage féminin, plus  âgé. Cette femme est brune et les narrateurs en font une description physique assez fine. Nénamoins, le lecteur sent une maturité dans le texte B qui n’est qu’ébauchée dns le premier texte. En effet, l’aspect charnel de cette vision transparaît davantage dans les mots de L’Education sentimentale :  « le désir d’une possession physique » atteste cette préoccupation. La rencontre se fait dans les deux occurrences autour d’un vêtement chu.  Le personnage masculin entre en contact avec la femme pour avoir ramassé ou déplacé l’objet. Enfin , on peut noter la présence de la mer, chère à Flaubert, dans les deux extraits.

Les deux autres textes évoquent des retrouvailles inattendues après une longue séparation. Madame Arnoux refait son apparition dans la vie Frédéric Moreau, personnage principal de L’Education sentimentale (seconde version). Quant au texte d’Aragon, extrait de Blanche ou l’oubli, il s’agit d’un homme nommé Geoffroy Gaiffier qui voit réapparaître sa femme Blanche, qui l’avait quitté depuis longtemps. Les deux femmes sont à l’origine de ces retrouvailles. Toutes deux affirment avoir été marquées par la relation entretenue autrefois . Mais ces retrouvailles ne sont pas heureuses pour autant. Elles sonnent comme un adieu, une vraie rupture. Par ailleurs, les deux femmes ont vieilli et l’homme qui leur fait face se voit contraint de le constater. Une scène marquante leur est également commune : les femmes se coupent une mèche de cheveux et  le geste de Blanche évoque immédiatement chez Geoffroy le texte de Flaubert. Cette mise en abîme, explicite puisque des passages de L’Education sentimentale sont cités en italique, reflétant ainsi la pensée du narrateur, confirme la réécriture.  Le narrateur du texte d’Aragon ne joue pourtant pas le jeu de Frédéric Moreau et laisse partir Blanche sans la regarder.

Tels sont les principaux éléments qui confirment le fait que ces deux textes sont des réécritures.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Aucun vote)
Loading...

Mathieu

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide