En littérature, le courant réaliste s'est développé, en particulier avec Balzac, durant la première moitié du XIXe, et a donné naissance, à partir des années 1860, au mouvement naturaliste, qui sucite scandale et indignation : en effet, le naturalisme est un réalisme poussé à l'extrème.

Au XIXe siècle, la science fait des progrès considérables. En 1859, le savant Charles Darwin publie De l'origine des espèces au moyen de la sélection naturelle, ouvrage dans lequel il montre que les espèces animales sont conditionnées, dans leur évolution, par le milieu dans lequel elles vivent. En médecine, on découvre, sous l'influence de Claude Bernard et de Prosper Lucas, les lois du déterminisme, ou comment chaque individu est déterminé, conditionné par son hérédité (par les caractéristiques que ses parents, grands-parents et aïeuls lui ont transmises), et aussi par son environnement, par son appartenance sociale...

L'écrivain Émile Zola est fasciné par la démarche rigoureuse de ces scientifiques qui, tels des enquêteurs, observent la nature et recueillent des indices, des faits, réels, à partir desquels ils analysent les mécanismes du fonctionnement des êtres vivants. Et Zola veut adopter, pour son travail de romancier, ces méthodes expérimentales des naturalistes, c'est-à-dire des spécialistes des sciences naturelles.

Ainsi, Zola devient un écrivain naturaliste, et le chef de file d'un nouveau mouvement littéraire, le naturalisme. Ce mouvement reprend les principes du réalisme (décrire les réalités telles qu'elles sont), mais exige, en outre, que le romancier s'engage dans une démarche scientifique d'observation et d'analyse de la "machine humaine". À partir de 1870, Zola met en place sa méthode : chaque fois qu'il a un roman en projet, et avant de commencer le travail de rédaction, il réunit une importante documentation sur les thèmes et sujets qu'il veut aborder, il constitue d'importants dossiers, effectue une enquête sociale sur le terrain, rédige des fiches...

Le naturalisme, dans le roman, se veut objectif, et n'a aucun préjugé ni aucune répugnance : le réel est alors "ausculté" jusque dans sa réalité la plus crue, la plus vulgaire. Avec le naturalisme, la description du corps humain (son poil, sa crasse, sa sueur...) n'est plus un tabou. Il s'agit d'observer à la loupe les individus dans leur intimité et dans leur vie quotidienne, et de mettre en évidence les mécanismes qui les font agir. Ainsi Zola, dans la série des Rougon-Macquart, prend une famille du XIXe siècle et suit à la trace, dans le moindre détail, son évolution, son hérédité, ses tares, son milieu, son travail et ses loisirs, à travers cinq générations.

Le courant naturaliste, qui avait débuté vers 1865, s'achève en 1890. Parmi les principaux auteurs du naturalisme, outre Zola, il faut citer Guy de Maupassant et Joris-Karl Huysmans, qui faisaient partie du "groupe de Médan" (un groupe d'écrivains qui avait pris l'habitude, à partir de 1877, de se réunir régulièrement dans la maison de campagne d'Émile Zola, à Médan, près de Paris), et aussi les frères Goncourt, dont le roman Germinie Lacerteux, publié en 1865, est considéré comme la première œuvre du naturalisme.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (1,00/ 5 pour 1 votes)
Loading...

Mathieu

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide