Texte A : Fénelon, Les Aventures de Télémaques (1699), Septième livre

Texte B : Montesquieu, Lettres persannes (1721), Lettre XIII

Texte B : Voltaire, Candide (1759), chapitre XXX

Après avoir lu attentivement les textes du corpus, vous répondrez d'abord à la question suivante (4 points) :

Ces textes cherchent-ils seulement à nous dépayer ou ont-ils une autre visée ? Votre réponse se fondera sur quelques exemples précis. Elle devra être organisée et synthétique.

NB : si vous étiez un peu malins…la réponse à cette question de corpus était suggérée par le sujet de dissertation. D’où l’intérêt de lire TOUS les sujets, avant de commencer le devoir !!

Les trois textes du corpus donnent à voir des univers utopiques. En cela ils dépaysent le lecteur occidental, européen du XVIIIème siècle comme le lecteur d'aujourd'hui. Pourtant ce n’est pas là leur seule vocation.

Le pays extraordinaire que dépeint Adoam à Télémaque et Mentor dans les Aventures de Télémaque  de Fénelon, la Bétique, du nom du fleuve qui le traverse, est fertile, accueillant; habité par des hommes heureux, ce pays imaginaire, idéal semble s'inspirer de deux sources d'inspiration différente: l'Atlantide, décrite entre autres par Platon comme un mythe et l'Eden, jardin originel, décrit dans la Génèse. Le nom du locuteur peut d'ailleurs évoquer Adam. Montesquieu, dans les Lettres persanes et Voltaire dans son conte philosophique Candide suggèrent également la présence d’un ailleurs, sinon imaginaire, du moins idyllique. Les Troglodytes ou le Turc vivent une existence paisible bien loin de l’agitation des villes d’Europe. Ce caractère exotique au sens propre de « étranger » (exos en grec) dépayse.

Pourtant ces textes ont de toute évidence une autre vocation. L’objectif recherché par les auteurs de ces textes est de critiquer la société qui les entoure par le biais d’un regard porté sur l’autre, l’étranger. Il aurait pu s’agir comme dans les Lettres persanes, du regard de l’étranger sur nos coutumes. Ici, c’est notre regard d’Européen sur les coutumes des autres. La prise de conscience de la différence se fait par le contraste que ces environnements suggèrent. Les peuples sont heureux ont une activité agricole, dépolitisée, loin de toute monnaie. Ces règles de vie simples apportent à ceux qui en bénéficient une sagesse, une sérénité que nous pouvons leur envier. La vision spéculaire, qui nous renvoie, par contraste, notre image, est un véritable choc, une prise de conscience des défaillances de notre système. Tous les auteurs de notre corpus critiquent donc indirectement leurs lois, mais aussi les mœurs, les valeurs de leur époque en proposant une autre manière de fonctionner, qui, elle, donne des résultats satisfaisants.

L’utopie en ce sens fait rêver mais  permet également de faire un bilan sur la réalité vécue.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Aucun vote)
Loading...

Mathieu

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide