Question

1) Pour comparer les quatre lettres, il est possible de faire un tableau, au brouillon:

 

Lettre

 

 

Destinataire

 

 

Date

 

 

Objet

 

 

Contenu

 

 

A

 

 

Victor Hugo

 

 

15/07/1853

 

 

Remerciements

 

 

Citations, admiration, complicité réaffirmée de de l’

 

 

B

 

 

Louise Collet

 

 

15/07/1853

 

 

Commentaires

 

 

Commente sa lettre à V.H

 

 

C

 

 

Mlle Leroyer de Chantepie

 

 

08/10/1859

 

 

Nouvelles

 

 

Demande et donne des nouvelles, littérature

 

 

D

 

 

Jde Tourbey

 

 

08/10/1859

 

 

Nouvelles

 

 

Ennui, demande nouvelles et en donne

 

A partir du tableau:

    • observer les caractéristiques des différentes lettres:
  • Quatre lettres, quatre expéditeurs différents mais deux dates d’expédition: une pendant l’été, l’autre à l’automne.
  • Même lieu d’expédition: Croisset, le lieu de vie de Flaubert, confirme le caractère sédentaire de l’auteur, « Je n’ai pas bougé de chez moi » (D, l. 17).
  • Lecteur averti, Flaubert commente les parutions récentes ( C) et les événements politiques (A et C).
  • Flaubert adapte le ton de ses lettres à ses correspondants: le ton est grandiloquent, lorsqu’il s’adresse à celui qu’il admire, Victor Hugo; Flaubert le reconnaît volontiers dans son commentaire de la lettre: « Je la crois montée, trop, peut-être » (B, l. 2). La connivence est grande avec son ancienne maîtresse, Louise Collet. Le ton est enjoué quand il s’adresse à son admiratrice, devenue confidente, enfin volontiers plus personnel et léger à l’attention de Jeanne de Tourbey.

 

    •  dégager l’image que Flaubert s’attache à donner de lui-même à chacun des correspondants:
  •  = homme de lettres, voyageur, récemment malade, optimiste, critique, volontiers solitaire, inquiet, espiègle et taquin.
  • Flaubert ne révèle pas les mêmes éléments de son existence à tous les destinataires: s’il est distant avec Victor Hugo, se contentant de commenter les événements politiques, il se livre davantage avec des correspondantes comme Mlle Leroyer de Chantepie et Jeanne de Tourbey. A celles-ci en effet, il parle sans faux-semblants de ses soucis de santé, des causes de ceux-ci, ainsi que de son quotidien pendant les mois d’été. Prenant des nouvelles d’elles, il ne manque pas de donner des siennes.
  • S’il focalise sur son destinataire et l’admiration qui l’anime, Flaubert rend à Victor Hugo, dans la lettre qu‘il lui écrit, un vibrant hommage. Celui-ci est toutefois lié à la vie de Flaubert puisque l’auteur de Notre Dame de Paris l’a accompagné, à travers ses ouvrages, à de nombreuses reprises: « vous avez été dans ma vie une obsession charmante » (A, l. 15). C’est pour nous l’occasion d’apprendre que l’expéditeur de la lettre a jadis voyagé :  « au bord de la mer », « en Palestine », « au quartier latin » (A, l. 16-18). Notons également que les références littéraires sont pléthoriques, sans doute destinées à susciter l’intérêt du destinataire.
  • Flaubert est également volontiers critique: commentant aussi bien les événements politiques que les récentes publications de Hugo mais aussi de Renan ou About, il n’est pas moins critique vis-à-vis de lui-même: « j’écris un gros livre; il est lourd et me pèse quelque fois » (C, l. 17-18), « je la crois montée, trop, peut-être » (B, l. 2).
  • On ne trouve en revanche nulle mention de quelque œuvre littéraire lorsque Flaubert s’adresse à Jeanne de Troubey; au contraire, il s’intéresse au quotidien de celle-ci et sa lettre prend une tonalité érotique, à laquelle Flaubert semble s’abandonner avec délectation, jusqu’à l’évocation des autres hommes, présents autour de la jeune femme. A Jeanne, il raconte l’anecdote d’une locomotive qui aurait failli l’écraser et fait preuve d’impatience à l’idée de la revoir.

L’image que Flaubert donne à ses expéditeurs semble conditionnée tant par les rapports qu’il entretient avec chacun d’eux que par le motif qui le pousse à écrire. Si quelques éléments sont communs, les traits de caractères mis en avant ne sont pas les mêmes, signe d’un souci de s’adapter à la situation de communication.

Commentaire

 

Similitudes

 

 

Différences

 

 

- affirmation de soi « pauvre homme », « serviteur indigne »

- demande des nouvelles

- s’enquiert des voyages

- donne de ses nouvelles

 

 

- ton différent (réservé/ polisson)

- accroche différente (vous/ moi)

- commentaire littéraire ( C)/ pas

- détaille ses soucis/ n’évoque pas son travail mais anecdote

-prodigue des conseils/ fantasme

- lyrisme / humour

- affection / dévouement

-attente d’une réponse/ suggère des retrouvailles

 

I- Les deux lettres restent l’occasion pour l’épistolier d’une affirmation de soi,

  •  « je » et « moi » sont deux pronoms récurrents dans les deux lettres.
  • se désigne: « pauvre homme » ( C, l. 2) et « votre serviteur indigne » ( D, l. 16)
  • même vousoiement - les liens qui unissent les protagonistes sont clairement exprimés « bien affectueusement » ( C, l.41) et « je suis tout à vous » ( D, l. 26-27)
  • aux deux femmes, Flaubert commence par demander des nouvelles: « avez-vous fait ce voyage? » ( C, l. 5) et « qu’êtes-vous devenue cet été? » (D, l. 4)
  • semble bien connaître ces femmes, leurs douleurs, leur univers, leur personnalité.
  • à toutes deux, Flaubert de ses soucis personnels, librement en apparence, en réalité de façon partielle.

II- mais la forme diffère

  •  l’accroche atteste des rapports entretenus avec chacune des destinataires: « Vous devez croire que je vous ai oubliée » ( C) vs « C’est moi! M’avez-vous oublié? » (D): si la première est une admiratrice de Flaubert, la seconde suscite elle-même sinon une forme d’admiration du moins une fascination; Flaubert est tantôt maître tantôt serviteur.
  • Le style est plus recherché dans la lettre adressée à l’admiratrice: les phrases y sont longues, le plus souvent complexes. Quelques questions rhétoriques ponctuent le texte et sont autant d’occasions pour Flaubert de donner son opinion.
  • La lettre à Jeanne est écrite avec un ton plus léger. Le style est moins recherché. Les phrases sont exagérément ponctuées, attestant des vives réactions produites chez l’auteur. Volontiers nominales, les phrases sont assez courtes. La lettre elle-même est plus courte car de l’aveu de Flaubert lui-même l’auteur n’a « rien à [lui] conter » (l. 2) et il s’abandonne pas comme il le fait dna sa première à une critique des événements tant littéraires que politiques.
  • III- et le fond est adapté au destinataire
  • La bienséance oblige Flaubert à garder des distances avec la première interlocutrice. S’il s’engage volontiers en prenant position d’un point de vue littéraire, il ne se prononce pas comme il le fait dans la lettre à Jeanne sur la bourgeoise, affirmant pour cette classe sociale son mépris et une forme de misogynie.
  • Les conseils dans la lettre l’admiratrice sont quasi paternalistes, alors que Flaubert retrouve une âme de jeune homme quand il s’adresse à Jeanne. Dans la première en effet, il dispense des conseils de santé du corps et de l’âme : « Lisez et gorgez-vous de cela, car c’est beau et sain » (l. 24-25) ; L’assurance dont il fait preuve montre sa supériorité: il est alors consulté en qualité de maître à penser.
  • Les évocations érotiques dans la lettre à Jeanne sont assez nombreuses et attestent de l’intimité de leurs rapports. Le ton n’est pas dénué d’humour. La mention de nombre d’éléments de son intérieur atteste également de cette proximité.
  • Les sentiments exprimés diffèrent grandement: de l’affection pour l’admiratrice et une forme sinon d’amour du moins d’ attirance sensuelle pour Jeanne.
  • Les deux lettres portent l’empreinte de Flaubert: elles sont pour lui l’occasion de dévoiler certains traits de caractère. Mais les destinataires des courriers influent largement tant sur la forme que sur le fond en fonction du degré d’intimité avec l’auteur et du rang social de la personne, preuve que Flaubert était soucieux de s’adapter à son interlocuteur et capable d’adopter des registres et des tons différents. Ce sont autant de signes de la richesse de sa personnalité.
  •  

 Conseils pour l’invention

Pour la lettre à l’écrivain:

  • comme toute lettre, la vôtre doit comporter une formule d’appel
  • vous pouvez vous adresser à un écrivain existant et parlerez alors de ses ouvrages en prenant garde de ne pas commettre d’erreur (n’attribuez pas à Paul ce qui a été écrit par Jacques! ) ou bien vous inventer un auteur et son univers. La seconde solution paraît moins risquée mais elle ne constitue pas moins un véritable exercice de style.
  • adopter le ton emphatique de l’admirateur que vous êtes, ponctuez votre texte de termes élogieux.
  • comparez le livre que vous évoquez à ceux qui l’ont précédé: vous avez bien sûr tout lu.
  • évoquez l’univers de votre écrivain comme s’il était le vôtre
  • vous pouvez également placer votre écrivain dans une émission culturelle de votre choix (réelle ou imaginaire) que vous avez attentivement regardée: commentez son intervention brillante.
  • exprimez enfin tout ce que l’auteur a fait pour vous sans le savoir ( pour les cinéphiles, pensez à Odette tout le monde de E-E. Schmidt et à la lettre qu’envoie Catherine Frot à Albert Dupontel.), ce qu’il a changé dans votre vie…(avant lui, vous ne lisiez pas…)
  • Formule de politesse et signature ANONYME achèvent votre lettre : « votre plus fidèle lectrice… »

Pour la lettre de commentaire:

  • plus courte que la lettre à l’écrivain (le sujet parle d’un « billet »)
  • deux risques majeurs vous menacent: de l’autodérision qui laisserait entendre que vous n’avez pas été sincère dans la lettre à l’écrivain, ce qui ruinerait toute votre crédibilité; mais aussi la vantardise: si vous étiez écrivain, cela se saurait!
  • commentez les passages clés de votre lettre en rappelant le contenu de celle-ci
  • indiquez ce que vous avez ressenti à l’écrire et à l’envoyer
  • conjecturez sur l’effet que la lettre pourra produire sur le destinataire et faites connaître vos attentes.
  • adoptez un ton plus simple, plus courant sans tomber dans la familiarité: cela reste une épreuve de Bac français!!

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Aucun vote)
Loading...

Mathieu

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide