Introduction aux séquences BAC
POESIELes formes fixes
La versification et le rythme

La poésie, vient du grec poiêsis : C’est la création, l’art de faire des vers, de composer des poèmes. Nous allons étudier les formes fixes, la versification, le rythme en poésie, les sonorités et les effets visuels.

I-Les formes fixes

a. Les formes fixes s’opposent au poème en vers libres, au poème en prose et au poème graphique ( le calligramme de Guillaume Apollinaire) par la régularité de leur composantes métriques ou sophistiquées, de leur sujet ou de leur ton.

b.Nous allons à présent nous intéresser à l’évolution et aux types de formes fixes :

- A l’époque médiévale, au moyen âge, on traite le rondeau qui est la ronde ou la ballade, ce sont des chansons à danser.

- Au XVIème siècle, on traite le sonnet puis l’ode.

c. Les caractéristiques des techniques des principales formes fixes:

Tout d’abord, la ballade est composée de 3 strophes d’octosyllabes ou décasyllabes, le chant royal est une variante dédiée au roi de la grande ballade composée de 5 strophes.

L’ode est composée d’une série de strophes symétriques (Hugo).

Et enfin, le sonnet comprend 14 vers répartis en 2 quatrains aux rimes embrassées et d’un sizain habituellement séparé en tercets dont la disposition est soit ccd-ede soit ccd-eed. Le XIXème siècle l’utilise beaucoup.

II-La versification, le rythme en poésie

La musique est liée à l’origine à la poésie d’où l’importance du rythme dans son étude.

a. L’étude du vers, la métrique

Le vers désigne par métaphore la ligne d’écriture. Il est caractérisé par le retour d’éléments identiques (à la fois syllabiques et accentuels)

La mesure du vers respecte certaines règles de prononciation : le e muet se prononce devant la consonne, il est muet devant une voyelle à la fin des vers.

La synérèse est le fait de prononcer un ensemble de 2 voyelles.

La diérèse est le fait de séparer 2 voyelles.

Le nombre de syllabes différencie les vers dont les huit fréquents sont le tercet (3, le quatrain (4), le quintile (5), le sizain (6), l’octosyllabe ou le huitain (8), le décasyllabe ou dizain (10), et l’alexandrin (12).On porte chez Verlaine des vers impairs de 7, 9,11 syllabes. Une strophe de 2 vers est un distique.

b.Le rythme des vers

Il peut y avoir dans les alexandrins, les vers de 12 pieds, une césure 6/6. La césure est une coupe fixe au milieu des vers. Il peut y avoir des coupes mobiles.

La syntaxe peut déborder les vers de manière soit à annuler les limites du vers, c’est l’enjambement, soit à mettre un groupe de mots relativement court en valeur par son rejet en début de vers suivant ou par son contre-rejet, en fin de vers précédent.

c.Le rythme du poème

- L’alternance de types de vers ne correspond pas à créer des effets rythmiques divers, de rupture et de variété, de balancement ou encore d’amplification.

- Les poèmes à vers libres et à prose sont rythmés par les accents.

III-La versification : Sonorités et effet visuels

a.Les sonorités ont des fonctions variables :

- Elles ont un effet numérique et rythmique c'est-à-dire aider la mémoire par des repères fixes, les rimes.

- Un effet impressif doit susciter certaines émotions ou impressions chez l’auditeur.

- Un effet peut également être suggestif et évocateur.

- la rime est l’homophonie c'est-à-dire la similitude sonore des derniers éléments du vers.

Dans les rimes il faut étudier le genre, la rime féminine avec un e muet ou masculine avec une dernière voyelle appuyée ou une consonne.

L’alternance, les rimes suivies (aabb), alternées (abab), embrassés (abba) et redoublées (aaa).

La richesse dépend des sons communs. La rime est pauvre lorsqu’on a un son commun radeau-bateau, suffisante lorsqu’on a deux sons, râteau-bateau et riche lorsqu’on a trois sons ou plus, cheval-rival.

Les effets sonores sont des assonances c'est-à-dire une répétition d’un même son voyelle, l’allitération est la répétition d’un même son consonne.

b.Les effets visuels

Le poème est un espace typographique dont le poète use à sa guise. Les strophes sont plus libres et les vers s’orientent vers la prose en perdant les marques de retour à la ligne (poème en prose).

Le poème peut adopter la forme de ce dont il parle c’est le calligramme d’Apollinaire qui est dessin et poème.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Aucun vote)
Loading...

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide