Question 1 (8 points)

Qu’est-ce que la déesse Athéna représente pour Ulysse dans les chants V à XIII de l’Odyssée ?

Question 2 (12 points)

Ulysse est confronté régulièrement à la mort. Quels rôles jouent ces expériences dans son parcours ?

Corrigé de la question 1 : La déesse Athéna dans les chants V à X111

Introduction :

Athéna, déesse olympienne, est la fille de Zeus et de Métis, déesse de la raison et de la prudence, elle reste une des déesses phares de la mythologie. Nous la connaissons intelligente et déesse de la guerre, elle est protectrice de la cité d’Athènes. Elle a donc une place importante dans l’Odyssée d’Homère.  Nous nous interrogerons sur la place qu’occupe Athéna et ce qu’elle représente pour Ulysse des chants V à XIII.

Développement :

Mais dans les faits, tout au long de l’Odyssée, Athéna est protectrice. Elle reconnaît en Ulysse un pair : nous allons voir dans les différents chants à étudier qu’elle influence Zeus en particulier dans le chant V et elle peut aussi influer sur les rêves. Elle donne les qualités aux héros comme la beauté, la force, on peut citer le chant VI et enfin elle se transforme aux chants VII et XIII et transforme le héros en lui donnant une toute nouvelle identité, chant XIII. Nous allons étendre notre étude à chacun des chants à analyser de manière à mettre en avant ce qu’elle représente pour Ulysse.

Chant V

Le lendemain matin (septième jour), de retour sur l’Olympe, Athéna réitère auprès de Zeus et des autres dieux sa demande de libérer Ulysse. Zeus envoie alors Hermès pour présenter le message à Calypso occupée à tisser sur son île, cette dernière laisse partir Ulysse qui retourne auprès de son épouse. Après la construction de son radeau il arrive en Phéacie et subit la colère de Poséidon et c’est à ce niveau qu’intervient Athéna qui se présente comme celle qui le sauve le trente deuxième jour. En effet, Ulysse dérive deux jours et deux nuits mais il finit par aborder sur la côte de Phéacie. Nous voyons donc qu’au chant V, Athéna permet au  héros de poursuivre sa route et de défier les autres Dieux auxquels il résiste. Elle  est sa déesse sauveuse, son ange gardien dans ses périples les plus incroyables.

Chant VI

Pendant la nuit, Athéna se rend au palais d’Alcinoos, roi des Phéaciens, et envoie un rêve à sa fille Nausicaa pour lui faire rencontrer Ulysse. Ulysse, avec son éloquence habituelle, adresse un discours habile à Nausicaa, et celle-ci accepte de l’aider. Ainsi, par l’intermédiaire d’Athéna, il parait plus beau, se baigne, s’habille, elle remplit de nouveau le rôle d’une déesse protectrice jusque dans les rêves, sa mission est de préserver et de sauver de toutes les situations Ulysse.

Chant VII

Avec l’aide d’Athéna, qui a pris l’apparence d’une petite fille, le  héros finit par se jeter au pied de la reine sur le conseil d’Athéna déguisée, on voit Ulysse passer la nuit au palais. Il reste cependant l’étranger que l’on a annoncé, il ne dévoile pas sa véritable identité.

Chant VIII

Le lendemain, Alcinoos invite Ulysse à un banquet en son honneur Pour changer les idées de son hôte, Alcinoos ordonne des jeux improvisés, Ulysse défie les Phéaciens et évoque son talent pour le tir à l’arc. Personne n’ose plus se mesurer à lui : Alcinoos met alors fin aux jeux. Pendant le repas, Démodocos chante pour la troisième fois et raconte l’épisode du cheval de Troie. Ulysse ne peut retenir ses larmes devant cette évocation de la guerre de Troie, intrigué, le roi demande enfin à son hôte de révéler son nom. Athéna dans ce cas de figure permet à Ulysse de cacher son identité.

Chants IX à XII : les « récits chez Alcinoos »

Chant IX

Ulysse révèle enfin son identité aux Phéaciens, et fait le récit du voyage de deux ans qu’il a accompli entre la chute de Troie et son arrivée sur l’île de bronze d’Éole, le gardien des vents. Après six nouveaux jours de navigation, la flotte aborde à Télépyle, la cité des Lestrygons. Le navire d’Ulysse atteint ensuite l’île d’Aiaié, où réside l’enchanteresse Circé, fille d’Hélios. Ulysse et ses compagnons restent un an chez Circé à se reposer et à festoyer

Chant XI et XII

Le chant XI de l’Odyssée est appelé l’évocation des morts. Ulysse voit les grandes figures des Enfers. Après avoir vu tous ces défunts, Ulysse rentre au navire, de peur d’être changé en pierre par le fantôme de Gorgo. Ulysse et ses compagnons repartent en mer

Chant XIII

Ulysse a terminé son récit ; A Ithaque, Ulysse s’éveille au matin, mais Athéna fait en sorte qu’il ne reconnaisse pas sa patrie dans un premier temps. Déguisée en jeune berger, elle l’accueille se présentant ainsi  sous une fausse identité en prétendant être Crétois. Athéna n’est pas dupe, elle finit par  révéler son identité de déesse, et par dissiper le sort qui empêchait notre héros de reconnaître sa patrie, elle lui avoue qu’il est de retour chez lui. On la voit ensuite lui confier et l’informant des manigances des prétendants de Pénélope et le transforme en mendiant afin qu’il puisse voir sans être vu.

On voit ainsi qu’Athéna joue un rôle essentiel dans chacun de ces chants, toutes ses interventions nous dévoile une déesse rusée, de bon intention, protectrice pouvant influer sur les rêves, se transformer, transformer Ulysse et cacher son identité dans le but de le préserver et de le sauver des dangers et menaces.

Corrigé de la question 2 :

Ulysse et la Mort – Quels rôles jouent ces expériences dans l’Odyssée ?

Introduction :

Nous nous demanderons en deuxième temps les rôles que les expériences de la mort ont dans l’Odyssée. Nous verrons en premier lieu que la mort est associée à la monstruosité et qu’elle lui permet de s’initier à la vie. Il s’agit en fait d’un voyage initiatique au cœur de la dialectique de la vie et de la mort.

I) Ces expériences lui permettent de se confronter à la monstruosité :

 L’expérience de la mort lui permet de se prémunir contre la colère divine, celle de Poséidon, père de Polyphème, Athéna intervient pour l’aider plusieurs fois au sein même de son voyage. Grâce aux avertissements de Circé et de l’aide ses compagnons, Ulysse a lutté contre les vagues d’une mer déchaînés. Ainsi, réussi-t-il à survivre

II) Un voyage initiatique : l’expérience de la mort enseigne la vie

On voit notre héros se lancer dans le dur périple d’un voyage initiatique, il est tel le prisonnier de la caverne de Platon dans la République, cherchant la lumière synonyme de vérité et à fuir les ombres, la réalité sensible pour la vraie vie. Nous voyons qu’il s’agit d’apprendre la vie contre les imprudences et les faux semblants. On peut citer les Cicones, les Lotophages, les Cyclopes Chant IX ; Eole, les Lestrygons, Circé Chant X.

Conclusion :

Ainsi, les diverses expériences de la mort, la mise en péril ont une connotation initiatique, elles amènent Ulysse et ses compagnons à savourer l’idéal d’un bonheur de vivre : retrouver Ithaque et les êtres chers.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Aucun vote)
Loading...

Mathieu

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide