1 : La poésie est un moyen d'extérioriser ses sentiments, notamment par le biais du registre lyrique → permet d'exprimer l'authenticité de ses émotions, de sa sensibilité, de son intimité. Le lyrisme est ainsi une tonalité majeure de la poésie, et se retrouve partout : Moyen Âge où les troubadours chantaient l'amour, jusqu'au 20e siècle avec des poètes tels qu'Aragon ou Eluard.

2 : La poésie lyrique ( centrée sur le « moi » ) chante le malheur, le bonheur, les doutes et les craintes de l'auteur. Elle lui permet de faire part des émotions intenses, des sentiments, de l'affectivité qui caractérisent l'être humain. Le poète, par l'utilisation du « je » ( auquel chacun peut s'identifier, il incarne la condition humaine au travers de l'expression des sentiments, le plus souvent dans la souffrance ) se place en position centrale. La poésie est en effet souvent reliée à des sentiments mélancoliques ou de désespoir : Pour Musset, l'inspiration poétique proviendrait même de cette souffrance « les plus désespérés sont les chants les plus beaux ».

Le thème privilégié est celui de l'amour : les femmes inspirant cet amour, dans le bonheur ou dans la souffrance, sont parfois devenues de véritables muses, comme Jeanne Duval pour Beaudelaire ou Elsa pour Aragon.

3 : Le poète est souvent un être malheureux, mais l'amour n'est pas la seule cause de son désarroi : Il s'agit parfois d'un mal plus abstrait, plus profond : le spleen ( état d'insatisfaction générale de l'âme, une sensation de vide, d'inachèvement ). Au 19e, de nombreux poètes ressentent un manque essentiel, un besoin d'idéal ou d'ailleurs qu'ils ne peuvent exprimer qu'à travers la poésie : Beaudelaire évoque ainsi dans Spleen les « longs ennuis » et « l'angoisse atroce » qui qualifie son mal être, son mal de vivre ».

En plus de ce dégoût du monde, le poète recherche parfois un idéal, un monde meilleur : Beaudelaire dans le poème Élévation, exprime ainsi son désir d'ascension vers un idéal qu'il ne peut trouver sur Terre. La poésie se fait alors plainte élégiaque.

4 : La poésie peut également être l'occasion de s'explorer, de se rechercher : Rimbaud qui affirme « je est un autre ». Au début du 20e, Nerval amorce le mouvement du surréalisme qui donnera naissance à des poèmes insolites, dominés par des métaphores étranges. Les poètes surréalistes sont en quête d'eux-même, et donnent libre cours à leur inconscient notamment par le biais du poème en prose.

5 : La poésie permet le lien entre la nature et l'homme : dans son célèbre poème Correspondance, Beaudelaire définit la nature comme un espace où de multiples relations entre les êtres et les objets sont perturbées. Il évoque des « forêts de symboles », qui doivent être restaurés par le poète afin que le monde retrouve son sens. La poésie peut ainsi avoir pour fonction de rénover notre regard sur notre environnement. Le poète est donc presque un être supérieur, privilégié, doté du pouvoir de changer la vision des gens sur le monde : Rimbaud dans sa Lettre à Paul Demeny dit ainsi « Le Poète se fait voyant ». De même, Victor Hugo assimile la poésie à un intermédiaire entre les hommes et Dieu « car la poésie est l'étoile qui mène à Dieu, rois et pasteurs ! ».

6 : La poésie engagée est un outil qui permet au poète d'exprimer ses opinions politiques et d'inciter le lecteur à l'action, afin de changer la société : Victor Hugo dénonce Napoléon III dans Napoléon le Petit, et les horreurs de la guerre avec, par exemple, l'Enfant → En effet, la forme poétique renforce la puissance de l'argumentation et permet de susciter colère et pitié chez le lecteur → L'utilisation d'images poétiques telles que « son crâne était ouvert comme un bois qui se fend » dans les Châtiments, ajoute de l'émotion et augmente les chances de convaincre le lecteur par rapport à une autre forme littéraire.

L'amour de la liberté est un thème fréquent chez les poètes engagés. On peut le constater par exemple dans l'œuvre Poésie et Vérité de Paul Eluard, avec son célèbre poème Liberté, où il nous fait comprendre la notion abstraite de liberté à travers une série d'images concrètes.

7 : La poésie permet de mieux comprendre le monde : Jules Laforgue dans le poème Intarissablement de ses œuvres, s'intéresse à de grands problèmes encore irrésolus par l'humanité, tels que le sens de la vie et de la mort ou encore la puissance du temps.

8 : La poésie peut également être une fin en soi, et posséder ainsi une fonction purement esthétique. Le poète peut rechercher une harmonie sonore, rythmique et visuelle, par exemple avec l'utilisation de calligrammes comme Apollinaire dans Calligrammes.

9 : La poésie est également un art au service de la beauté : beauté des mots avec lesquels le poète s'amuse ( les poètes arrivent à faire du beau avec du laid et ainsi embellir des sentiments malheureux ).

Elle utilise toutes les ressources du langage : le poète s'exprime dans une langue originale, souvent esthétique. Il utilise une façon originale de s'exprimer : est poétique ce qui est dit de façon inhabituelle, aussi bien du point de vue du vocabulaire, de la syntaxe, que des procédés de style ( recours à des images, jeux sur les rythmes ).

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (5,00/ 5 pour 2 votes)
Loading...

Mathieu

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide