Marguerite Duras raconte son passé (roman autobiographique) – colonialisme.

Tragédie ; gens piégé dans leur misère.

Le héro tragique lutte => la mère lutte.

L’histoire se passe en Indochine française.

Objets qui reviennent souvent

·         Diamant => cadeau de M. Jo à Suzanne / objet de luxe.

·         Voiture => voiture de Joseph, seul moyen de locomotion / symbole de détente => aller à la ville.

·         Canna à pêche => manger.

·        Phonographe => objet de luxe / Joseph écoute de la musique et ça l’empêche de partir.

Page 44

·         Sujet de Suzanne l’argent.

·         Fin du texte – la richesse.

·         Page romanesque.

·        Impossibilité de s’en sortir / une réfraction sur le bonheur / incompréhension des personnages.

Chapitre 21, pages 243-247

Les indigènes sont à l’état d’esclave et sont battus. Ils travaillent 16 heures par jours de force.

Les blancs font des grands travaux dans leurs colonies et utilisent les indigènes comme main d’œuvre malgré qu’ils soient maltraités et mal-nourris. Ils utilisent aussi les bagnards. Ceux-ci sont mieux traités que les indigènes => renversement des valeurs : mépris de la valeur humaine et mépris de l’innocence.

Les bagnards sont des gens jugés criminels par les blancs (juste ou injustement) => pas de justice = dictature.

Les miliciens sont ceux qui battent les esclaves. C’est généralement des gens du pays. Les femmes acceptent les humiliations que les miliciens leur font. Les indigènes multiplient aussi les misères morales et physiques.

Ce texte a un registre réaliste (beaucoup de détail, les lieux, les dates, les âges, la misère…)

Marguerite Duras montre la déshumanisation avec les indigènes qui visitent les poubelles comme des animaux, le caporal qui sert d’épouvantail comme un objet, la négation de la vie (vie qui n’existe plus) avec l’enterrement de ses enfants (=> plus d’émotion) ; réduction de l’homme avec le caporal qui joue comme un enfant avec un arrosoir = obéissance / plus d’honneur.

Le caporal ne se souvient plus de son âge car « il a passé sa vie à chercher du travail. » => Régime polémique => seul objectif de la vie : survivre.

Elle décrit le caporal avec un registre pathétique.

Référence à Jésus qui marche sur les eaux.

Effet burlesque et pathétique où on s’attendrit sur cet homme. Il est totalement rejeté du monde. Mais il continu de penser => seul aspect qui fait de lui un homme.

Petite anecdote personnelle

Je n'ai pas du tout apprécié ce livre et je n'ai jamais réussit à le lire. Malheureusement je suis tombée deux fois sur ce texte, à l'oral blanc et au bac, et je n'ai qu'un conceil a vous donner, n'arriver jamais le jours du bac sans avoir bien lu (et même relu) TOUT vos livres de lectures cursives. Et je peut vous assurer que même connaître un bon résumer ne vous sauvera pas ...

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Aucun vote)
Loading...

Clément M

Freelancer et pilote, j'espère atteindre la sagesse en partageant le savoir que j'ai acquis lors de mes voyages au volant de ma berline. Curieux scientifique, ma soif de découverte n'a d'égale que la durée de demie-vie du bismuth 209.

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide