Origines

Mythologie : Apollon : vivait à Délos, inspiré par les 9 muses

Poésie liée à la musique

Orphée est accompagné de sa lyre et séduit tout le monde grâce à son chant, il est désespéré d’avoir perdu Eurydice et est le 1era avoir le droit d’aller dans le monde des morts et d’en ressortir (+histoire)

A la suite, il méprise toutes les autres femmes, qui le veulent, donc les femmes le tuent et le découpent en morceaux, jetés dans le fleuve.

Orphée a ajouté 2 cordes aux 6 cordes de la lyre, comme il y a 9 muses.

Antiquité : Les philosophes grecs accordaient une place essentielle à la poésie.

Platon : état poétique, état de possession divine

Aristote (4es av. J-C) : La Poétique (→ l’art d’écrire de façon générale) ; citation : « La poésie est un art d’imitation qui vise par ses ornements propres le vrai dans toute sa généralité »

La poésie est le genre dominant ; avant le 16es : textes en vers ; à partir du 16e : textes en prose

XVIe s : humanisme → La pléiade (= dans la mythologie : 7 filles d’Atlas et de Pléion ; dans l’antiquité : 7 poètes (ex : Ronsard et Du Bellay) d’Alexandrie et se donnent ce nom, et qui veulent enrichir la langue française

1539 : Edit de Villers-cotterêts, qui permet que la langue française devienne la langue officielle (et plus le latin)

Les poètes de la pléiade vont donc enrichir la langue, en créant des figures de style, créant des nouveaux mots, et ils veulent le « retour » à l’antiquité ; idée : La pléiade : intermédiaire entre les H et les dieux (l’haut de là)

Structure

Le vers(ou mètre)

Nombre des syllabes : pentasyllabe, heptasyllabe, octosyllabe, ennéasyllabe, décasyllabe, alexandrin…

Décompter les syllabes : « e » muet ; diérèse (allonge)/synérèse (raccourci)

Rythme

Hémistiche : découpe d’un alexandrin en 2

Césure : pause marquée survenant après la 6esyllabe

Coupes : pauses moins fortes découpent chaque hémistiche

Enjambement : la phrase se prolonge au-delà de la fin d’un vers

Rejet : élément bref seulement renvoyé au vers suivant

Contre-rejet : élément bref isolé à la fin d’un premier vers et se prolonge sur le vers suivant

Strophe : groupe de vers

Nombre de vers : distique, tercet, quatrain, quintil, sizain

Rime : retour de sons identiques ; rimes féminines/masculines ; rimes suivies, croisées, embrassées ; rime pauvre, suffisante, riche

Sonorités : phrases cadencées, assonance/allitération

Poésie lyrique : expression des sentiments

Poésie épique : récit des aventures extraordinaires des héros (qui ont sûrement existé) ; caractérisation : exagération ; met en valeur un héros, svt un héros pour l’époque ; ex : L’Iliade et l’Odyssée d’Homère (épopée) ; La chanson de Roland

Poésie didactique : délivre un enseignement, ex : La Fontaine

Formes fixes

Sonnet : 2 quatrains et 2 tercets (décasyllabe puis l’alexandrin se généralise) ; dans les quatrains : rimes embrassées : dans les tercets : soit CCD/EED (sonnet « italien ») ou soit CCD/EDE (sonnet « français »)

Ballade : 3 strophes, chaque strophe est suivi d’un refrain d’un ou deux vers, qui est également situé à la fin de chaque strophe, le poème s’achève sur une demi strophe appelée envoi ; strophes « carrées », cad nbr syllabes = nbr de vers ; le dernier vers revient, vers régulier ; octosyllabes ou décasyllabes ; 3 rimes

Le rondeau : chanson où l’on dansait en « rond » : structure circulaire, par la reprise du refrain et la répétition des mêmes sons ; octosyllabes ou décasyllabes; 2 quintils encadrant un tercet, l’ensemble sur 2 rimes (aabba/aab/aabba)

Formes régulières, définies par leurs thèmes et leurs visées

L’Ode : destinée à être chanté ou accompagnée de musique, plusieurs strophes, vanter les mérites d’un h éros ou traiter des sujets légers, intimes

L’élégie : désigne un poème lyrique (triste et mélancolique)

L’hymne : célèbre les dieux, les héros ou les grands personnages

La fable : vise a éveiller la réflexion du lecteur par une courte histoire illustrant une moralité

Contestation des formes traditionnelles

  • Le recours a des formes poétiques oubliées ou négligées
  • La liberté prise avec les formes traditionnelles
  • L’invention de nouvelles formes :

Poème en prose : refuse les contraintes de la versification (sans rimes ni vers), courts paragraphes, langage poétique, usage des figures, du rythme, des sonorités

Poème en vers libres : ≠ types de vers et de strophes, des fois rimes de manière irrégulière et assonance

Calligramme : les lignes forment un dessin qui évoque le thème du poème

L’image et la fonction du poète

Victor Hugo : poète visionnaire, guide le peuple, médiateur entre les H et l’haut de là ; poète engagé

Baudelaire : le poète doit permettre l’unité H/nature ; poète pas engagé

Poète du parnasse= « l’art pour l’art », la poésie n’a pas d’autres but (l’esthétique) qu’elle-même,

Arthur Rimbaud : écrit des poèmes entre 14 et 21 ans, le poète doit être voyant

Poésie engagée : le poète s’engage quand il y a un problème

Autres fonctions : expression de sentiments personnels, révélation, dénonciation, exploration du langage, jeu

Le poète peut être honoré ou maudit (célébré et devient une gloire nationale, ou marginal, être d’exception qui est rejeté)

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Aucune note pour le moment)
Loading...

Clément M

Freelancer et pilote, j'espère atteindre la sagesse en partageant le savoir que j'ai acquis lors de mes voyages au volant de ma berline. Curieux scientifique, ma soif de découverte n'a d'égale que la durée de demie-vie du bismuth 209.

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide