Introduction

La Fontaine, auteur de la seconde moitié du 17ème a acquit une grande notoriété littéraire jamais démentie par le temps en fondant la plus grande partie de sa production sur le genre de la fable. Fable est  le titre de son recueil dont « Le Loup est le Chien » est extrait. Ce texte évoque la rencontre de 2 personnages que tout oppose. La majeur partie de la fable apparaît sous la forme d’un dialogue entre les deux protagonistes

Les composantes du récit

Les personnages

- Ils sont individualisés
- Personnages allégoriques
Vers 1 : Le Loup est le premier personnage mentionné.
Pronom indéfini particularise le Loup et en fait un personnage. Emploi de la majuscule : valeur allégorique.
Vers 3 : Apparition du Chien.
- Un couple antithétique
=> ils représentent un système de valeur différent.

L’action

- Actions liées au théâtre
- Étapes de l’action :
Situation initiale : vers 1 à 9
Élément perturbateur : vers10 à 11
Péripétie : vers 13 à 29
Résolution provisoire: vers 30 à 13
Rebondissement, nouvel élément perturbateur : vers 32
Péripétie : vers 22 à 37
Résolution de l’action : vers 38 à 40
Situation finale : vers 41

La situation n’a pas évolué : le loup est toujours en liberté, mais n’a pas la même vision de cette situation. Au départ, il est présenté comme une victime (vers 2 : valeur causale)
Dernier vers : le Chien n’apparaît plus, le loup est devenu indépendant. Il a acquit la conviction que la liberté est le plus grand bien qui soit.
=> Évolution idéologique, pas d’évolution matérielle.

Une argumentation indirecte

Caractéristique du dialogue

La répartition respective de la parole met en évidence le rapport de force qui évolue (maïeutique)

2 parties dans le dialogue:
- Vers 13 à 21 et 22 à 29 : 17 vers
Puis vers 30 à 32 : intervention du narrateur.
- Vers 33 à 40 : 9 vers
Diminution manifeste => accélération du dialogue

1ère partie : le Chien a 17 vers, le Loup 1 vers.
=> Domination manifeste du Chien.

2ème partie : Le Chien a 4 répliques, le loup 5. Le dialogue s’équilibre sur le plan de la parole.
Le rapport de  force de la 1ère partie s’inverse. Le Loup a le dernier mot du dialogue.
Enfin, le Loup est capable de développer un discours de 3 vers qui conclue l’échange
=> révélation finale de la vérité.

Le Loup pose les questions, il intervient toujours à l’aide de phrases interrogatives sauf à la fin de la fable. Il passe d’un questionnement sur les valeurs à un positionnement clair sur ses valeurs.
La maïeutique : l’art de faire accoucher quelqu’un de la vérité (système de questions-réponses). C’est un procédé du dialogue socratique.

Celui qui cherche découvre lui-même la vérité, elle n’est pas donnée par l’extérieur.
Le Chien cache la vérité, il sait pourquoi il a le coup pelé. Il est arrogant et fait comme s’il était satisfait. On arrive à un paradoxe : celui qui acquiert le savoir, le Loup n’est pas celui qui le prétendait. Le Chien possède un savoir illusoire. La parole ne recouvre pas la vérité
=> mise en doute de la capacité du langage à manifester la vérité.
Le Chien a un dialogue de séduction : il cache les points négatifs de sa condition.

Loup : héros de la fable

- Loup sympathique => identification
- Symbole liberté

Moral implicite

Morale favorable au Loup : C’est lui qui a le dernier mot, il clotûre le dialogue avec une affirmation.

Conclusion

Au XVIIème, l’idéal classique et de plaire et d’instruire. La fable s’inscrit dans cette esthétique

 

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Aucun vote)
Loading...

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide