Éléments
de correction pour une lecture du texte de Voltaire :

Dictionnaire
Philosophique. « Liberté de penser »

I: Lecture Analytique

Problématique
: Comment, à travers ce texte, Voltaire impose-t-il à tout
homme la nécessité d'exercer sa raison ?

I : Un
dialogue qui met en scène deux thèses différentes.

1 : Deux personnages
qui n'ont pas le même poids au sein du dialogue.

2 : L'affirmation de
la liberté de penser contre la chape de l'obscurantisme.

3 : Boldmind, figure
du Philosophe.

II : Les
images au service de l'argumentation.

1 : Un discours
dépassionné au service de la raison.

2 : Mais des images
suggestives qui visent à persuader l'interlocuteur.

3 : Un rythme enlevé
qui renforce l'efficacité didactique du texte.

II: Rédaction du Commentaire

I )
1 ) Deux personnages qui n'ont pas le même poids au sein du
dialogue.


Déjà en quantité = voir les différences de longueur des
répliques.


La façon de s'exprimer propre à chaque personnage : Boldmind est
celui qui affirme et fait douter son interlocuteur : insistance du
« vous » ( parataxe ) = valeur d'insistance pour mettre
en accusation son interlocuteur. Un discours presque prophétique :
formule proche du discours biblique « Celui qui » et
formules de protée générale : « tout homme » « Il
est honteux de » + utilisation de l'impératif « osez
penser » = « sapere aude » Fonction impressive du
langage de B. ( = chercher nettement à influencer son interlocuteur
).


Medroso, lui est dans le doute : « on dit que » = il
rapporte des propos au lieu de s'affirmer = pas de conviction
personnelle. Il pose des questions ( 2ème type de
modalité des phrases ) ( voir les 2 questions en fin de texte ).

2 )
Liberté de penser contre l'obscurantisme.

Le
religieux est ici présenté sous sa forme « policière »
= l'Inquisition et le Saint Office, organes de jugement et de
sanction des « hérétiques ». B utilise une métaphore
qui permet de contourner une attaque directe de l'obscurantisme.
« Vous êtes un oiseau » Usage de la métaphore filée et
symétrie de l'expression « Vous êtes un oiseau dans la cage
de l'Inquisition / Le saint office vous a rogné les ailes »
montrent l'enfermement de Medroso avec l'image de la destruction
portée par le verbe « rogner ». Opposition : État (
Être = passivité ) / Action ( Rogner ).

3 )
Boldmind figure du Philosophe.

Boldmind
s'impose comme figure du philosophe, celui qui montre la nécessité
d'exercer son esprit critique ( = thème cher aux philosophes des
Lumières ). Son discours porte à la fois sur la métaphysique (
approche de ce qui « est » ) et sur l'éthique ( ce qui
« doit être fait », comportement correct ou pas ).


« Vous êtes né » « Il est honteux » « c'est
le contraire » « ce sont les tyrans des esprits »
« vous êtes tranquilles mais vous n'êtes pas heureux ».


Ce qui doit être fait ou qui peut changer : « il ne tient qu'à
vous » « elles peuvent revenir » « tout homme
peut » « les deux partis pourraient » « délivrer
= image de la libération » « vous méritez d'y être ».

Dimension
didactique d'un discours qui cherche à responsabiliser.

Le
philosophe est celui qui guide sur la voie de la sagesse en mettant
en question et en montrant la voie. D'où l'utilisation de l'image et
l'analogie au service de l'argumentation.

II
) 1 ) Un discours dépassionné au service de la raison.

Choix
stratégique de Voltaire : le dialogue qui permet de couper court à
la censure : il fait porter la responsabilité des propos à ses
personnages et :


Usage de la périphrase pour ne pas nommer « celui qui »
« ceux qui ».


Usage de l'analogie pour faire comprendre la nécessité de la
liberté de penser. Analogie du Spectacle dont l'appréciation ne se
discute pas et utilisation de l'expression « protecteur d'un
mauvais poète ». A lire en filigrane « les protecteurs
d'un mauvais pouvoir » soit les censeurs. Analogie reformulée
de façon plus générale avec symétrie à la fin de la seconde
réplique de Boldmind ( tyrans → malheurs // bonheur ← liberté
). Efficacité du raisonnement de façon dépassionnée.

2 )
Mais des images suggestives qui visent à persuader l'interlocuteur.

Derrière
les précautions employées par Boldmind pour convaincre son
interlocuteur et une certaine neutralité du raisonnement, on trouve
des images suggestives dont la force donne de la portée au discours
de Boldmind.


Image de l'oiseau enfermé dans une cage : renvoie à l'idée de
liberté intrinsèque, « innée », mais délibérément
confiée à de mauvaises mains ( « mettre son âmes entre les
mains de ceux... » ) = responsabilisation de son interlocuteur.


Seconde image = celle des gens de goût. Renvoie à l'idée de
lumières naturelles, intuitives, innées de chaque homme : elles ne
doivent pas céder devant la censure.


Troisième image : celle des galères ( à nouveau figure de
l'enfermement ), voir expressivité de la phrase « galériens
qui rament en cadence et en silence » ( sonorité :
allitération en « r » et scansion pesante et répétitive
avec le retour du son « en » qui mime en quelque sorte la
pénibilité du rameur ). Cette galère est à l'image de la
dictature des tyrans des esprits, mais cette fois-ci, l'action n'est
pas présentée comme subir : c'est le galérien qui s'enferme tout
seul dans sa situation ( voir la chute du passage : « en ce cas
vous méritez d'y être » C'est l'action qui rend libre ).

3 )
Un rythme enlevé qui renforce l'efficacité didactique du texte.

Raisonnement
par analogie + images fortes qui incarnent la privation de liberté
contribuent à l'efficacité du discours de Boldmind. Mais il y a une
troisième donnée : le rythme enlevé de la diction renforce
également la dimension didactique du texte.


Les phrases déclaratives et les formules généralisantes concourent
à cette dimension : c'est tout l'originalité d'un article présenté
sous la forme d'un dialogue et non d'une dissertation univoque sur la
liberté de penser.

Ici,
nous comme face à la pensée « en action » vivante, car
elle se construit dans le conflit d'opinions.


Le parataxe de la première réplique avec l'enchaînement
d'indépendantes et les formules impersonnelles ( il ne tient qu'à,
celui qui, il est honteux... ) renforcent l'enchaînement rapide des
idées et cette dimension didactique du texte ( + 2ème
réplique = efficacité logique : voir enchaînement quand / mais si
/ alors / ce sont = conclusion ).


Enfin l'usage de l'antithèse ( « vous êtes tranquille / mais
vous n'êtes pas heureux » ) + explication = un jugement
cinglant car l'antithèse fait entrer en collision deux idées
paradoxales de façon compacte.

Conclusion
: Rappeler l'originalité de la forme choisie qui s'appuie sur le
dialogue entre personnages pour présenter un cheminement de la
« pensée en action ». Supériorité incontestable de
Boldmind, Médroso lui sert de faire-valoir par ses doutes et ses
questions. D'où la figure du philosophe, sorte de porte-parole de
Voltaire, pédagogue qui s'appuie sur le raisonnement logique, mais
aussi sur l'image plus subjective pour convaincre son interlocuteur.
On peut rappeler que l'usage du dialogue pour mettre en scène le
conflit d'opinion est également particulièrement prisé par
Diderot.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (5,00/ 5 pour 1 votes)
Loading...

Mathieu

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide