L’encyclopédie commence en 1751 et se finira en 1772.

Autorité politique est l’un des 1ers articles (1er volume)

Inspiré de L’esprit des lois et Traité du gouvernement civil de Joher Locke (1689)

Réflexion sur la légitimité de l’ordre politique.

L’autorité appartient au peuple.

Texte argumentatif.

Une démonstration

Beaucoup de lien logique.

Mot « autorité », répéter au moins une fois dans chaque paragraphe, écrit en italique

Le point de départ

Un postulat = quelque chose de vrai.

Poser comme des faits irréfutables.

Il commence l’article en contestant.

Il pléiade pour la liberté.

Liens logique entre les notions d’autorité et de liberté ó elle se définisse l’une par rapport à l’autre.

« Aucun » ó même pas le roi.

« Mais » = connecteur logique qui fixe les limites de l’autorité

Une volonté d’objectivité : une stratégie de persuasion

·         Présence ligne 17 d’un « je »

·         Très peu de pronoms personnel plutôt des vérités générales.

·         Envisager les cas possibles ó être exhaustif (=faire le tour du sujet)

·         Pour renforcer ça thèse, il la présente universelles.

·         « Quelque fois » montre qu’il examine les cas.

·         Le « on » désigne l’ensemble des humains (le locuteur et le destinataire) (ligne 6)

·         Le « on » (ligne 16) désigne le tyran

·         Le présent a une valeur de vérité générale dans le texte ce qui soutient l’objectivité donc la volonté de neutralité.

·         Pas d’implication personnelle ó  autorité.

Une analyse qui progresse d’une manière visible

·         4 paragraphes qui vont soulignés les étapes d’un raisonnement argumentatif.

·         Schéma argumentatif du 1er paragraphe :

o   1ère phrase : énoncer de la thèse

o   2ème phrase : explication de la thèse.

o   3ème phrase : concession1  qui est une justification de l’autorité paternelle

o   4ème phrase : réfutation : cette autorité est limitée dans le temps

o   5ème phrase : conclusion (conséquence) L’autorité n’a pas sa source dans la nature elle repose soit sur la force soit sur le consentement

·         2nd paragraphe : de l’autorité par la violence.

·         3ème paragraphe : transition.

·         4ème paragraphe : Diderot aborde une nuance de l’autorité par la force et le consentement

·         On remarque que les paragraphes 2 et 4  commentent par la puissance.

·         Il progresse du négatif au positif et du provisoire au durable.

Un texte engagé à la fois habile et dangereux.

Un discours habile

·         Diderot veut orienter les lecteurs vers le rejet des régimes politique autoritaires et celui de la monarchie absolue.

·         Discours habile car il y a un emploi de connecteur logique pour souligner l’articulation de la pensée :       (Ligne 3,….)

·         Champs lexical du raisonnement

·         Utilisation d’un style oratoire (= Utilisation de période qui sont des phrases longues rythmées avec plusieurs pauses secondaires qui donne au discours un rythme et une ampleur qui traduise la force de conviction du locuteur)

Un discours dangereux et engagé

·         Dans le premier paragraphe :

o   Il dément sas justification mais de manière catégorique

o   Il limite l’autorité paternelle en même temps qui la rappelle

·         Il légitime toutes révoltes qui s’efforcerai d’éliminer un souverain qui aurait pris le pouvoir par la force et qui le maintiendrait le peuple dans des situations de soumission

·         Il conteste toute autorité qui viendra d’un contrat ou d’un consentement il conteste donc la monarchie absolue qui repose sur aucun contrat.

L’ultime audace, le rôle de Dieu

·         Terme ‘Dieu’ employé ligne 24

·         In invoque une justification religieuse

·         Diderot est athée

·         Seul dieu est en droit d’exiger une reconnaissance

·         Diderot habile car il retourne les arguments des l’absolutisme contre ses tenants.

·         Il accuse les tenants de la monarchie du droit divin de crimes de l’idolâtrie ó attaque à l’image du souverain

·         Crime virulent.

Notes : 1- concession : figure de style consistant à accepter provisoirement un argument qu’on pourrait réfuter

Libertin ó libertinage d’esprit (Don Juan).

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (3,00/ 5 pour 2 votes)
Loading...

Clément M

Freelancer et pilote, j'espère atteindre la sagesse en partageant le savoir que j'ai acquis lors de mes voyages au volant de ma berline. Curieux scientifique, ma soif de découverte n'a d'égale que la durée de demie-vie du bismuth 209.

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide