Commentaire & Lecture Analytique :
Gargantua, Rabelais.

( Première S
– Intellego.fr
)

✖ Commentaire
: Traité
sur la Tolérance, Voltaire.

✖ Commentaire
: Supplément
au Voyage de Bougainville, Diderot.

1 : Introduction.

Passage tiré du
chapitre 2 de Gargantua. Après éloge de l'éducation humaniste (
chapitre 21 à 24 ) le récit évoque le problème de la guerre.
Déclenché par une querelle stupide ( chapitre 25 ), le conflit
s'envenime entre les rois Picrochole et Grandgousier, le père de
Gargantua. Malgré gestes d'apaisement de Grandgousier, la guerre
fait rage.

→ Comment Rabelais
fait-il de son texte une parodie tonitruante de la chanson de geste ?

2 : Lecture Analytique.

I : Deux attitudes
opposées face à la guerre.

1 : Des attitudes
opposées et volontairement caricaturales.

2 : « Esprit de
vin » contre service divin : une remise en cause de l'esprit
de sérieux.

II : Une parodie de
la chanson de geste.

1 : Une description
décalée du moine Jean.

2 : Le combat de Jean :
une parodie du récit épique.

Rappel de la « chanson
de geste » : Le mot « geste » vient
du latin « gesta » « chose accomplies,
exploits ». La geste est la récit de faits d'armes
glorieux, réalisés par un roi ou sa famille.

A travers les personnages c'est l'affrontement du
bien et du mal. Joie et désespoir se succèdent. Elle progresse
par tableaux. Les deux plus célèbres sont La chanson de
Roland et La chanson de Guillaume.

3 : Commentaire.

Après le premier
paragraphe qui montre la peur des moines, on peut distinguer 2 temps
dans le texte : ( ligne 5 à 39 ) Frère Jean interrompt les prières
des moines pour les appeler au combat, puis ( ligne 40 à fin ),
Frère Jean se bat comme un lion contre les envahisseurs dont il fait
de la bouillie.

Le premier épisode
après le portrait de Frère Jean ( ligne 5 à 10 ) est un épisode
entre Frère Jean et le prieur, mais le prieur n'a droit qu'à une
réplique vite balayée par les arguments énergiques du moine « bien
fendu de gueule ».

Le second épisode est
une scène de combat. Il met en valeur le rôle du personnage qui
deviendra l'inséparable compagnon de Gargantua.

Le texte oppose
l'attitude des moines pacifistes et celle de Frère Jean qui, tout
moine qu'il est, veut résister à l'agression dont les moines sont
victimes. Les moines ont décidé de répondre à l'invasion par une
belle procession et de beaux psaumes et, s'il tremblent de peu, (
ligne 1 à 4 ), ils continuent à prier, tandis que le premier chasse
Frère Jean qui ose interrompre les prières.

Frère Jean pense qu'il
faut répondre à la force par la force et ne pas se contenter de la
qualité, pourtant héroïque de martyre.

On voit d'emblée le
contraste coquace entre le sérieux des moines qui récitent des
psaumes ( ligne 16 à 17 ) et la remarque de Frère Jean pleine
d'ironie : « adieu paniers, vendanges sont faites ? » qui
renvoie au pillage des vignes par les envahisseurs et qui caricature
l'attitude attentiste des moines pacifistes qui refusent de se
battre.

Le Supérieur veut
sanctionner Frère Jean qui semble ne penser qu'à la vigne. Son
intervention est sacrilège car il interrompt et raille la prière.
La réplique de Frère Jean frappe par sa désinvolture. Le « service
divin » se transforme en « service du vin » ( +
voir l'apostrophe au prieur amateur de vin « et du meilleur »,
et l'appel à la guerre sainte pour sauver les « biens de
l'Église » ). Se disant prêt à la sainteté et au sacrifice,
il apparaît comme un personnage tonitruant.

→ Du contraste entre
ces 2 attitudes caricaturales, naît le comique qui relève de la
parodie et de la chanson de geste.

Le personnage du moine
est introduit en quelques lignes, par une accumulation de traits qui
se transforment en « jeux de mots », avec des indications
en tous sens. Certaines indications montrent un visage qui se moque
des normes « bien servi en nez » / «  bien fendu de
gueule » d'autres soulignent l'énergie du caractère « fier »,
« hardi », « courageux ». On trouve aussi des
expressions familières « pimpant » / « pas
manchot », et un mélange d'indices concernant le caractère et
l'aspect physique « courageux, décidé » / « haut,
maigre ».

→ C'est un portrait qui
échappe à l'éloge convenu. A la fin du portrait, le rythme
ternaire ( beau + dém + nom + CDN ) suivi d'allitérations en [m],
rendent le portrait emphatique mais aussi comique. Ces
caractéristiques se retrouvent dans la désinvolture avec laquelle
le personnage répond au prieur et dans le courage qu'il emploie
contre le pillards.

De même que le récit
épique exalte les vertus du héros qui résiste victorieusement à
l'ennemi, le récit rabelaisien fait de Frère Jean l'invincible
combattant qui ne laisse autour de lui que blessés et morts. Les
anaphores en « si », « aux uns, à d'autres »,
montrent la vague des assaillants venant se briser sur l'intraitable
héros qui sait montrer quand il le faut « la force de ses
muscles » ( ligne 66 ).

De même que le poète
épique décrit la violence des combats sans complaisance, de même
Rabelais détaille les coups dont Frère Jean pourfend ses ennemis.

Les énumérations (
ligne 50 et plus ) montrent les métamorphoses variées que doivent
subir les corps ennemis : la violence se déchaîne, sans scrupules
ni faiblesses... Mais l'enjeu ( défendre le vignoble ), les
descriptions qui fragmentent les corps et enlèvent toute humanité
aux victimes, l'excès même et la variété des coups inventés par
le moine déchainé provoquent ici le rire. ( voir citation du texte
).

→ Rabelais s'amuse de
la littérature épique en faisant rire, exalte la vitalité de son
personnage.

Conclusion :

Malgré le sérieux du thème de la guerre et du contexte de pillage
des biens de l'Église, Rabelais fait de cet épisode un récit
coquace et haut en couleurs, où l'énergie et le caractère
tonitruant du moine l'emportent sur le sérieux de la situation.
C'est un moine bon vivant et railleur qui est au centre de l'écriture
et qui sollicite la complicité du lecteur pour rire de l'esprit
de sérieux.

RdM...

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (2,00/ 5 pour 3 votes)
Loading...

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide