Honoré de Balzac est né
à Tours le 20 mai 1799 et mort à Paris le 18 août 1860 à l'âge
de 51 ans, il aura exercé de nombreuses professions mais l'on
retiendra surtout de lui son immense production romanesque. Honoré
de Balzac est un des maître incontestés du roman français dont il
a abordé plusieurs genres. Balzac a organisé ses œuvres en un
vaste ensemble, La Comédie humaine, dont le but est
d'explorer les différentes classes sociales et les individus qui les
composent pour décrire la société de l'époque et les mentalités
qui s'y développent.

Le Père Goriot,
écrit en 1835 établit les liens de La Comédie humaine en
nous y annonçant les figures des quelques personnages fondateurs.
Dans l'extrait étudié, Balzac nous peint le portrait de
l'énigmatique Vautrin, criminel endurci qui se cache de la police.

→ Comment ce portrait
mêle-t-il grandeurs et louanges, avant de susciter le caractère
énigmatique ?

On montrera comment
l'ancien forçat est présenté de manière élogieuse et combien son
portrait représente ses aptitudes peu communes, avant de soulever la
crainte et la méfiance chez le lecteur.

Le portrait de Vautrin
est principalement rédigé suivant un ordre précis de composition :
Balzac se focalise dans un premier temps à nous décrire ses
aptitudes physiques avant de traiter sa personnalité et d'en venir à
ses habitudes de vie, à ses valeurs.

Balzac souligne ainsi
rapidement, dès la seconde phrase du texte le caractère imposant de
son protagoniste. On remarque d'ailleurs son soucis du détail : « Il
avait les épaules larges, le buste bien développé, les muscles
apparents, des mains épaisses, carrées et fortement marquées aux
phalanges par des bouquets de poils touffus et d'un roux ardent ».
Balzac s'attarde également à développer l'animalité du
personnage, et à nous exposer « son côté joie de vivre »
: « bouquets de poils touffus d'un roux ardent » ;
« Voilà un fameux gaillard » ; «  sa grosse
gaieté ».

On en vient ensuite à
examiner sa personnalité. Son caractère généreux, serviable et
débrouillard ne tarde pas à apparaître. La répétition en ''si''
accentue cet effet de débrouillardise : « Si quelque serrure
allait mal [ …] Si quelqu'un se plaignait trop, il lui offrait
aussitôt ses services... ». En outre, l'énumération de
verbes d'actions nous connote son habileté et son adresse : « il
l'avait bientôt démontée, rafistolée, huilée, limée,
remontée... ». Vautrin est présenté comme un personnage qui
va de l'avant et qui sait ce qu'il fait : « ça me connaît »
; « Il connaissait tout d'ailleurs ». L'ancien détenu
est également décris comme un individu attentif, difficile à
tromper : « son œil semblait aller au fond de toutes les
questions ».

C'est enfin que ses
mœurs sont décrites. On apprend que Vautrin à une nature vagabonde
; l'énumération de verbes d'actions en ''à'', nous le confirme :
« ses mœurs consistaient à sortir après le déjeuner,
à revenir pour dîner, à décamper toute la soirée,
et à rentrer.... »

Vautrin est donc
assimilé à un personnage séduisant, dégourdi et futé, néanmoins
c'est de manière rapide que ressort son côté énigmatique.

Balzac nous décris ici
le portait d'un personnage craint, mystérieux par ses habitudes, son
expérience, son ébauche de réflexion.

Vautrin est un individu
respecté mais craint par les autres pensionnaires. Son côté
généreux est vite rattrapé par sa droiture d'esprit ( utilisation
d'un litote et comparaison avec la justice ) : « Il avait prêté
plusieurs fois de l'argent à Mme Vauquer et à quelques
pensionnaires ; mais ses obligés seraient morts plutôt que
de ne pas le lui rendre » ; « il imprimait de crainte par
un certain regard profond et plein de résolution. » ; « comme
un juge sévère ». Son statut particulier, son indépendance
et l'absence de motif de justification de sortit appuis cette idée :
« sortir après le déjeuner... » ; « Lui seul
jouissait de cette faveur » ; « rentrer vers minuit à
l'aide d'un passe-partout que lui avait confié Mme Vauquer ».
De plus, le manque d'informations du passé de Vautrin reflète cette
atmosphère énigmatique : On sent que le personnage a des choses à
cacher, mais l'on ne sait pas vraiment quoi : « à favoris
peint » ; « il connaissant tout d'ailleurs, les
vaisseaux, la mer, [ … ] les lois, les hôtels et les prisons ».

En plus de cela, le
narrateur souligne son expérience et son côté expérimenté. La
citation de son âge dès les premières lignes du texte ne tarde pas
à nous démontrer la présentation de quelqu'un qui a vécu de
nombreux événements : « l'homme de quarante ans » ;
« sa figure rayée par des rides prématurée ». Sa
capacité à réparer et rafistoler insiste sur ses innombrables
compétences : « Si quelques serrures allait mal » ;
« offrait ses services ». Le savoir du personnage est
également exposé, l'auteur nous révèle son champs de connaissance
par l'énumération interminable de noms : « Il connaissait
tout d'ailleurs, les vaisseaux, la mer, la France, l'étranger, les
affaires, les hommes, les évènements, les lois, les hôtels et les
prisons. ». La réplique qu'il lance confirme cette idée :
« ça me connaît ».

Par ailleurs, on
constate la détermination et la fermeté du personnage. Vautrin a
tendance à agir face à la difficulté pour éliminer ses problèmes
: « un certain regard profond plein de résolution ». La
comparaison avec le juge révèle cette idée de sévérité :
« comme un juge sévère ». Son aptitude d'analyse et de
réflexion, mis en avant par l'énumération en ''de tous'' dissuade
la tentation d'être en conflit avec lui : « son œil semblait
aller au fond de toutes les questions, de toutes les consciences, de
tous les sentiments... ».

Ce portait d'un premier
abord élogieux puis mystérieux, nous connote ainsi la description
d'un personnage pleins de mystères, généreux, au soutien des
autres et qui sera l'une des figures emblématiques de «La
Comédie humaine».

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (2,00/ 5 pour 3 votes)
Loading...

Agathe

Professeur de langues dans le secondaire, je partage avec vous mes cours de linguistique !

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide