Extrait commenté

Tout à coup le président, qui n’attendait que l’avocat, m’invita à me lever. La troupe porta les armes ; comme par un mouvement électrique, toute l’assemblée fut debout au même instant. Une figure insignifiante et nulle, placée à une table au-dessous du tribunal, c’était, je pense, le greffier, prit la parole, et lut le verdict que les jurés avaient prononcé en mon absence. Une sueur froide sortit de tous mes membres ; je m’appuyai au mur pour ne pas tomber.

― Avocat, avez-vous quelque chose à dire sur l’application de la peine ? demanda le président.

J’aurais eu, moi, tout à dire, mais rien ne me vint. Ma langue resta collée à mon palais.

Le défenseur se leva.

Je compris qu’il cherchait à atténuer la déclaration du jury, et à mettre dessous, au lieu de la peine qu’elle provoquait, l’autre peine, celle que j’avais été si blessé de lui voir espérer.

Il fallut que l’indignation fût bien forte, pour se faire jour à travers les mille émotions qui se disputaient ma pensée. Je voulus répéter à haute voix ce que je lui avais déjà dit : Plutôt cent fois la mort ! Mais l’haleine me manqua, et je ne pus que l’arrêter rudement par le bras, en criant avec une force convulsive : Non !

Le procureur général combattit l’avocat, et je l’écoutai avec une satisfaction stupide. Puis les juges sortirent, puis ils rentrèrent, et le président me lut mon arrêt.

― Condamné à mort ! dit la foule ; et, tandis qu’on m’emmenait, tout ce peuple se rua sur mes pas avec le fracas d’un édifice qui se démolit. Moi je marchais, ivre et stupéfait. Une révolution venait de se faire en moi. Jusqu’à l’arrêt de mort, je m’étais senti respirer, palpiter, vivre dans le même milieu que les autres hommes ; maintenant je distinguais clairement comme une clôture entre le monde et moi. Rien ne m’apparaissait plus sous le même aspect qu’auparavant. Ces larges fenêtres lumineuses, ce beau soleil, ce ciel pur, cette jolie fleur, tout cela était blanc et pâle, de la couleur d’un linceul. Ces hommes, ces femmes, ces enfants qui se pressaient sur mon passage, je leur trouvais des airs de fantômes.

Au bas de l’escalier, une noire et sale voiture grillée m’attendait. Au moment d’y monter, je regardai au hasard dans la place. — Un condamné à mort ! criaient les passants en courant vers la voiture. A travers le nuage qui me semblait s’être interposé entre les choses et moi, je distinguai deux jeunes filles qui me suivaient avec des yeux avides. — Bon, dit la plus jeune en battant des mains, ce sera dans six semaines !

Le dernier jour d'un condamné, Victor Hugo, 1829, Chapitre II

Quelle est la liste des ouvrages conseillés au lycée ? Le XIXème siècle est riche en grandes œuvres, du romantisme au réalisme, d'Hugo à Zola !

Méthode du commentaire composé

On rappellera ici la méthode du commentaire composé vu en cours francais :

Partie du commentaireViséeInformations indispensablesÉcueils à éviter
Introduction- Présenter et situer le texte dans le roman
- Présenter le projet de lecture (= annonce de la problématique)
- Présenter le plan (généralement, deux axes)
- Renseignements brefs sur l'auteur
- Localisation du passage dans l'œuvre (début ? Milieu ? Fin ?)
- Problématique (En quoi… ? Dans quelle mesure… ?)
- Les axes de réflexions
- Ne pas problématiser
- Utiliser des formules trop lourdes pour la présentation de l'auteur
Développement- Expliquer le texte le plus exhaustivement possible
- Argumenter pour justifier ses interprétations (le commentaire composé est un texte argumentatif)
- Etude de la forme (champs lexicaux, figures de styles, etc.)
- Etude du fond (ne jamais perdre de vue le fond)
- Les transitions entre chaque idée/partie
- Construire le plan sur l'opposition fond/forme : chacun des parties doit contenir des deux
- Suivre le déroulement du texte, raconter l'histoire, paraphraser
- Ne pas commenter les citations utilisées
Conclusion- Dresser le bilan
- Exprimer clairement ses conclusions
- Elargir ses réflexions par une ouverture (lien avec une autre œuvre ? Événement historique ? etc.)
- Les conclusions de l'argumentation- Répéter simplement ce qui a précédé

Ici, nous détaillerons par l'italique les différents moments du développement, mais ils ne sont normalement pas à signaler. De même, il ne doit normalement pas figurer de tableaux dans votre commentaire composé. Les listes à puces sont également à éviter, tout spécialement pour l'annonce du plan.

En outre, votre commentaire ne doit pas être aussi long que celui ici, qui a pour objectif d'être exhaustif. Vous n'aurez jamais le temps d'écrire autant !

Commentaire de l'extrait

Introduction

Victor Hugo est un auteur français du XIXème siècle. Il est tout à la fois connu pour ses oeuvres poétiques, théâtrales et romanesques. Mais il était aussi un grand défenseur des droits, engagé politiquement pour les plus pauvres et pour les injustices, à travers ses oeuvres autant que son action politique.

Le dernier jour d'un condamné, publié en 1829, fait partie de ces oeuvres engagées-là. Il y fait parler un condamné à mort, quelques semaines avant son passage à l'échafaud. Le lecteur lit ses pensées tandis que la date de son exécution approche, sans qu'on sache qui il est réellement et ce qu'il a fait pour subir un tel sort. Il s'agit, de fait, d'un réquisitoire contre la peine de mort.

Dans le passage qui nous intéresse ici, le condamné nous raconte le moment du verdict prononcé par le juge et la foule.

Annonce de la problématique

De fait, comment Hugo retranscrit-il l'impuissance du condamné à mort devant la violence de la peine que le monde extérieur lui inflige ?

Annonce des axes

Nous verrons d'abord que le narrateur est, tout au long ou presque de l'extrait, dans une position passive. Dans un second temps, il s'agira de montrer qu'il existe une scission entre lui et le monde, ce qui le rend d'autant moins capable de réagir.

Développement

Un narrateur passif

Avant toute chose, l'extrait nous fait voir que le condamné à mort subit son procès. Alors même qu'il en est le principal sujet, il est passif devant les événements, à la fois parce qu'on ne le sollicite pas et parce qu'il n'est pas en état de comprendre ce qui se déroule.

Une observation silencieuse

Dès le début de l'extrait, on perçoit bien que l'accusé ne fait que répondre aux ordres qu'on lui donne : « Tout à coup le président, qui n’attendait que l’avocat, m’invita à me lever. ». Il est à noter la formule restrictive : « n'attendait que l'avocat » ; le procès, alors même qu'il est organisé pour lui, ne le prend pas en compte comme personne et sa présence est remplacée par celle de l'avocat, qui le remplace à la fois physiquement et verbalement.

On trouve un très large champ lexical relatif à la passivité : « absence », « rien », « collée », « blessé », « peine », « manqua », « convulsive », « écoutai », « me lut », « stupéfait ».

Que raconte Le dernier jour d'un condamné ? Nicolas Poussin : Le Jugement de Salomon, 1649

Ainsi, le condamné ne parle par un seul instant, sauf lorsqu'il s'écrit, convulsivement « Non ! ». Le président s'adresse à l'avocat sans considérer l'accusé qui, pourtant, voudrait dire des choses.

Mais cette relative indifférence de la Cour n'est pas la seule raison de son silence. Il y a, également, une impuissance de sa part à s'exprimer. Cette impuissance se traduit de différentes manières dans le texte (en plus du champ lexical de la passivité suscité et qui a à voir, évidemment, avec cette même passivité) :

  • par le champ lexical ou, plus précisément, les formules verbales restrictives utilisées : « rien ne me vint », « je voulus », « me manqua », « je ne pus que », etc.
  • par les périphrases, comme si les mots lui manquaient au moment où il se trouve submergé par ses sentiments d'effroi : « Je compris qu’il cherchait à atténuer la déclaration du jury, et à mettre dessous, au lieu de la peine qu’elle provoquait, l’autre peine, celle que j’avais été si blessé de lui voir espérer. »
  • par le rythme des phrases, qui renvoient au choc du narrateur, comme s'il était sonné par les événements : « tout à coup », « Le défenseur se leva. », « Puis les juges sortirent, puis ils rentrèrent, et le président me lut mon arrêt. »

Voilà donc notre narrateur en manque de mots et incapable de s'exprimer. Cette passivité s'explique également par le fait qu'il n'est pas en mesure de saisir précisément la scène à laquelle il prend part. En tant que condamné, il ne fait pas parti du monde de la justice et il lui manque les codes ainsi que l'habitude pour pouvoir être parfaitement conscient de la situation.

Un narrateur qui ne comprend pas

Nombreuses sont les formules nébuleuses, qui témoignent d'une adaptation, un décalage et qui traduisent l'incertitude du narrateurje pense », « je compris que », « je distinguai »). Il y a notamment une phrase révélatrice de cette posture :

Une figure insignifiante et nulle, placée à une table au-dessous du tribunal, c’était, je pense, le greffier, prit la parole, et lut le verdict que les jurés avaient prononcé en mon absence.

Par les adjectifs « insignifiante » et « nulle », le narrateur fait part de son ignorance et, en même temps, de sa révolte : qui est donc cet homme qui participe à son jugement et dont il ne sait rien ? Il ne peut que dire « je pense » et n'être certain de rien.

De même, la formule « je compris que » est là pour signifier qu'il doit faire un effort pour saisir les enjeux des prises de parole ou des actions. Alors même que son avocat parle pour le défendre, il n'est pas au courant des buts de cette prise de parole ; il n'est pas intégré dans le processus qui, pourtant, le concerne au plus haut point.

L'avocat, en outre, défend une position que l'accusé refuse : ce dernier préférerait « cent fois la mort » au bagne.

En dernier lieu, cette position d'ignorance, Hugo la retranscrit par une maîtrise de son récit. En effet, nous apprenons par la foule la condamnation :

― Condamné à mort ! dit la foule

Et, de même, ce n'est pas le narrateur qui sait le calendrier de sa vie, mais encore une fois, des gens insignifiants :

« — Bon, dit la plus jeune en battant des mains, ce sera dans six semaines ! »

Alors même que cela le concerne lui et lui seul (puisqu'il s'agit de sa mort !), il est dépendant du savoir des autres, puisqu'il se trouve bien trop sonné, impuissant et rejeté pour comprendre.

Car, enfin, le condamné ne fait plus partie du même monde que les autres.

Que pense Victor Hugo de la peine de mort ? Eugène Delacroix, Le Prisonnier de Chillon, 1834

Une séparation entre lui et les autres

La phrase décisive de son état se situe dans la seconde partie de l'extrait :

« maintenant je distinguais clairement comme une clôture entre le monde et moi. »

Car c'est bien l'enjeu d'une condamnation à mort, selon la vision d'Hugo : il ne fait plus partie du domaine des vivants - et cette séparation est perceptible dès le moment du procès, comme le montre sa passivité et son incapacité à comprendre.

De fait, on trouve le champ lexical relatif au combat : « armes », « peine », « blessé », « disputaient », « mort », « combattit », « démolit ». C'est que s'affrontent ici le condamné à mort et le reste du monde ; ou, dit autrement, l'intériorité de l'accusé, où règne l'effroi, et la foule, où règne l'ivresse de l'amusement.

La trace de l'intériorité

On perçoit bien la différence entre l'intérieur et l'extérieur. D'abord, dans les réactions manifestés du narrateur, qui sont en parfait décalage avec ce qu'il ressent. Par exemple, le paragraphe suivant :

« Il fallut que l’indignation fût bien forte, pour se faire jour à travers les mille émotions qui se disputaient ma pensée. Je voulus répéter à haute voix ce que je lui avais déjà dit : Plutôt cent fois la mort ! Mais l’haleine me manqua, et je ne pus que l’arrêter rudement par le bras, en criant avec une force convulsive : Non ! »

Le seul mot qui sort de sa bouche, c'est « Non ! ». Un seul mot, qui s'oppose à la formule hyperbolique des « mille émotions » de sa pensée. De même, un peu avant :

« J’aurais eu, moi, tout à dire, mais rien ne me vint. Ma langue resta collée à mon palais. »

« Tout » s'oppose à « rien » (figure de style correspondant à l'antithèse) et, surtout, la langue qui reste collée au palais est invisible pour les autres. Il s'agit toujours de cela : l'invisible intériorité du condamné à mort face à la perception furieuse de l'extérieure.

En contraste avec l'extérieur

La pression de l'extérieur, outre l'invitation du juge (qui est d'ailleurs un euphémisme puisqu'il s'agit plus, selon la relation hiérarchique entre un accusé et un juge, d'une injonction, d'un ordre) à se lever, est perceptible dans la phrase :

Une sueur froide sortit de tous mes membres ; je m’appuyai au mur pour ne pas tomber.

On remarquera l'effet de rythme avec onze syllabes avant la virgule et onze syllabes après elle. Mais surtout, la « sueur froide » sort de lui (ici : trace de l'intériorité) et va jusqu'à le faire ployer (donc c'est là une pression extérieur).

L'extérieur ne fait plus cas de lui, ne le prend plus en considération et il le subit entièrement. D'abord, avec le discours de l'avocat, dont l'accusé dit : « lui voir espérer », comme si c'était l'espérance de l'avocat qui prévalait sur celle de l'accusé. Il y a aussi le fait que celui-ci a prévenu son « défenseur » qu'il préférait l'échafaud au bagne mais qu'il n'en tient pas compte : « ce que je lui avais déjà dit ».

De fait, pourquoi ce monde extérieur ne tient pas compte de lui ? C'est qu'il s'agit du monde de la vie, tandis que lui est, déjà, dans la mort. Pour preuve, ce passage :

« Ces larges fenêtres lumineuses, ce beau soleil, ce ciel pur, cette jolie fleur, tout cela était blanc et pâle, de la couleur d’un linceul. Ces hommes, ces femmes, ces enfants qui se pressaient sur mon passage, je leur trouvais des airs de fantômes. »

Comment vit un condamné à mort selon Victor Hugo ? Jean-Pierre Norblin de La Gourdaine, Pendaison de traîtres in effigie, 1794

Ironiquement, ce ne sont pas eux les fantômes, mais bien lui. Il s'apprête à rentrer dans le monde des fantômes. Et selon cette perspective, ce n'est pas un hasard s'il lui semble que c'est un « nuage » qui s'interposent entre « les choses et [lui] » ; car le nuage, c'est bien ce qui sépare la terre du ciel, et lui, une fois mort, rejoindra le ciel.

De fait, une fois la prise de conscience advenue, le texte fait voir un extérieur rempli de vie, de couleur et de mouvement, et un intérieur où règnent l'effroi et la lividité de la mort :

  •  à l'extérieur : « lumineuses », « beau soleil », « ciel pur », « jolie fleur », « se pressaient », « courraient », « yeux avides », « battant des mains »
  • en lui : « noire », « sale », « grillée », « ivre », « blanc », « pâle », « fantômes »

Conclusion

Victor Hugo montre que la foule et l'extérieur sont inconscients de la détresse du condamné. Tout au long de l'extrait, il existe en effet deux mondes, qui sont imperméables l'un à l'autre : l'intérieur du condamné, qui ne comprend pas ce qui lui arrive, comme sonné ; et l'extérieur du jugement, qui s'amuse (comme la foule) ou invisibilise (comme les magistrats).

Victor Hugo élabore ainsi un réquisitoire contre la peine de mort. Il remplit en plein son rôle d'écrivain, qui écrit les choses tues pour les témoigner à ses lecteurs et au monde.

Ouverture

On pourrait lire les écrits politiques de Victor Hugo pour les faire correspondre à ses récits littéraires.

Besoin d'un professeur de Français ?

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 4,14/5 - 7 vote(s)
Loading...

Nathan

Ancien étudiant de classe préparatoire b/l (que je recommande à tous les élèves avides de savoir, qui nous lisent ici) et passionné par la littérature, me voilà maintenant auto-entrepreneur pour mêler des activités professionnelles concrètes au sein du monde de l'entreprise, et étudiant en Master de Littératures Comparées pour garder les pieds dans le rêve des mots.