Situation

voir biographie Albert Camus (dans la fiche Les Justes)

2 cycles de ses œuvres : cycle de l’absurde dont fait partie L’Etranger, l’essai philosophique : Le mythe de Sisyphe 1942, au théâtreLe Malentendu 1944, Caligula 1945 ; Jean Paul Sartre avec La nausée 1938 dans la même pensée ; sur la vision que l’homme est absurde

Structure

Incipit traditionnel ou original : narration énigmatique ; découverte des prs et du cadre ; incipit qui pose question

Portrait d’un « héros » étonnant : indifférence surprenante ; relation à « l’autre » déconcertante

Analyse de chaque partie

Incipit traditionnel ou original

narration énigmatique : récit à la 1eprs, au présent et au passé composé ; ressemble à un journal intime avec bcp de repère temporels (« aujourd’hui », « hier », « demain ») ; situation d’énonciation encrée ds le présent qui semble simultané avec la situation de narration et d’action ds le 2eparagraphe ; du futur avec du présent ; présentation différente d’un journal intime car pas de date ; narrateur étonnant (on sait peu de chose sur lui) ; phrase simple (S,V,C) ;; langage laconique qui utilise le plus possible des phrases courtes ; juxtaposition (=asyndète) de phrases courtes et simples sans lien logique entre les phrases (presque pas de connecteur logique et de coordination) : accentue l’effet d’oralité ; info données de manière successives sur l’organisation, mais sans émotion ; bcp de détails (bus..) sans imp (matériel, spatio-temporel) ; ambiguïté car focalisation interne, mais aucune émotion ; oralité du texte : texte écrit comme on parle, + proche du discours que du récit ; phrase nominale l.66 ; ds la pensée du narrateur : succession d’événements

Découverte des prs et du cadre : * dès la 1ephrase : sa mère « maman » → affectueux mais finalement M. est neutre (sa mère est morte mais on ne sait rien de plus sur l’âge, aucune description physique ni moral ; on sait qu’elle a vécu avec Meursault, mais on ne sait pas si elle est veuve… (Rien sur le père)) ; * Céleste (nom du patron du resto)  : on ne sait rien ;      * Emmanuel : on sait juste qu’il a eu un deuil il n’y a pas longtemps (dc empreint de la cravate noire) ; * Le patron : permet d’avoir des congés, d’après Meursault, il n’a pas l’air content ; * le directeur : légion d’honneur, petit vieux découverte des prs et du cadre  → seul prs un peu décrit ; * le concierge ; * le militaire : essaye d’ê aimable ; * « ils » l.26 : on ne sait pas qui c’est, prs perçut par la conscience de Meursault uniquement ;

Tous les lieux existent en Algérie (Camus a habité à Alger)

→ Incipit qui pourrait ê traditionnel

Incipit qui pose question : on ne sait pas son prénom, son passé ; prs qui vit ds le présent et se souci du futur, prs énigmatique ; la seule émotion du texte : peine des autres (donné au même ton que les autres actions) → neutralité

Portrait d’un « héros » étonnant

Indifférence surprenante : « maman est morte » : la seule ?: c’était hier ou aujourd’hui ?; s’interroge juste sur le temps, et les implication matériel, le trajet à faire mais pas sur sa mère ; seul conception : chaleur, fatigue mais pas de chagrin ; l.9 : « une excuse pareil » ;

3eparagraphe : les autres compatissent et Meursault est étourdi d’avoir monté les escaliers, et non de la compassion des autres ; l.18-21 : relation pas humaine du patron, pas de compassion du patron pour M ; évocation du passé, neutralité absolue ; ds les 1ejours de l’asile : habitude « elle pleurait souvent » ; aucune émotion, explication rationnelle et neutre ; Meursault décrit les choses tel quel, sans émotion ; 3eélément du texte du culpabilité : quand Meursault ne peut pas travailler, le patron semble lui reprocher qc ; l.66 : reproche ; seule justification : « c’est pour cela » → aucun rapport, ni justification

« Prendre des tickets » → pas logique, curieux (ça ne demande pas d’effort normalement !) ; Meursault est étranger au remord, de sentiments, d’émotion, de culpabilité

Relation à « l’autre » déconcertante : * demande au directeur pour le congés « ce n’est pas de ma faute » ; * chez Céleste : relation de compassion, normale, Meursault ne réagit pas, sensé être des paroles de réconfort, insuffisance du langage, sorte de cliché ; * dans le bus : s’écroule contre le militaire, mais celui-ci sourit et lui parle → relation (ouverture), mais M. a dit « oui » pour ne plus avoir à parler (fermeture de la relation) ; * l.51 : + gros discours (du directeur), réponse de M l.56 « oui, Mr le directeur », le directeur veut consoler M, mais ne lui répond rien, neutralité absolu ; * « mon cher enfant » (du directeur) : certaine immaturité de M ; * l.45 « poigner de main pdt longtemps » → réconfort, geste de sympathie → gène pour M ; * l.61 : aucune réaction envers sa mère, aucune volonté de sa part, mais aussi aucun refus → il est étranger à l’affaire ;

→ Cette scène : position de Meursault aux autres : malaise, impossibilité de réagir… mais sans souffrir, ni culpabilité

Conclusion

  • Incipit célèbre car ça créer directement un fait grave, mais la suite contredit la 1ephrase, sujet pathétique (aucun lyrisme !!), froideur, focalisation interne, récit à la 1eprs ; pas de registre à ce texte
  • Rupture avec les codes de l’incipit : pas de description des lieux et des prs, très peu de situation pour le contexte
  • Caractéristique des romans du XXe s → permet l’invention des nouveaux romans (ne chercher aucune explication), prend le lecteur au dépourvu, interrogation sur le lecteur

 

 

Elargissement : avec la fin : dernier mot du livre « haine » → évocation d’un énorme sentiment, alors qu’il n’y a aucun sentiment dans le texte

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Aucun vote)
Loading...

Clément M

Freelancer et pilote, j'espère atteindre la sagesse en partageant le savoir que j'ai acquis lors de mes voyages au volant de ma berline. Curieux scientifique, ma soif de découverte n'a d'égale que la durée de demie-vie du bismuth 209.

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide