Etude Analytique du Lac de Lamartine

-> Comment le poète exprime-t-il son regret de voir le temps lui échapper ?

I ) Evocation du temps

    A) Images associées au temps

- absence de limites v. 3 et à l'avant dernier vers

- champ lexical "âges", "nuit", "jours", "aurore" -> moments du temps

- métaphore filée "coulez, coulez", "rivages", "océan"

- temps bref "l'année à peine"

- "ô temps" avec allégorie et personnification du temps et des heures ; Julie leur parle

- mouvement "carrière" -> cheminement de l'année, rapidité du temps "heure fugitive"

- opposition entre la demande et l'action

    B) Images des souvenirs

- champ lexical du lieu "lac", "roches", "ondes", "flots" -> proche de lui par "ces" démonstratifs

- parle sur un ton familier -> "tu" donc personnification -> le lac a des souvenirs

- indices du récit -> "promenades en barque" avec aussi le passé simple et l'imparfait

- souvenir heureux -> "harmonie et sérénité" par le rythme régulier et la mélodie des paroles de Julie

II ) Dimension élégiaque

    A) Nostalgie et regret

- impératif "regarde" et le tutoiement "tu" -> prends le lac à témoin

- exlcmations montrant la plainte nostalgique exprimée

- opposition entre le passé et le présent avec la reprise du verbe "asseoir" -> "elle" puis "lui"

- plaisir raconter au passé "ainsi" et reprise anaphorique -> comparaison avec le passé

- réflexion sur l'humanité entière "ne pourrons nous jamai" -> phrase interronégative, questions rhétoriques et méditation à dimension universelle

- mention du reget de voir la fuite du temps, l'impossibilité de l'arr^ter -> sons durs, insitants avec allitérations en "p" -> le temps fait violence

    B) Prière pressante

- succession d'impératifs -> injonction

- opposition entre malheureux et heureux à la fin de l'hémistiche

- fuite du temps malgré la prière "laissa tomber"

- périphrase "la voix qui m'est chère"

- verbes déclaratifs "je demande", "je dis" -> insistance

- termes du plaisir "savourer", "délices" qui correspondent à une douceur et aussi le superlatif "les plus beaux" -> carpe diem, thème épicurien qui invite à profiter de l'instant présent

- Julie parle en leur deux noms "pourrons-nous" -> propos généralisés, succession d'impératifs

-> demande aussi au lecteur de profiter de l'instant

Conclusion :

Poème lyrique avec les thèmes du souvenir, prière, fuite du temps et la nostalgie. Il appartient au mouvement romantique grâce à sa musicalité, l'harmonie/union entre l'Homme et la Nature (confidence entre les deux)

Besoin d'un professeur de Français ?

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 5,00/5 - 2 vote(s)
Loading...

Agathe

Professeur de langues dans le secondaire, je partage avec vous mes cours de linguistique !