Eléments de réponse

Deux dimensions étaient à prendre en compte dans cette question : l’expression du sentiment amoureux d’une part, et son inscription dans le temps d’autre part.

L’expression du sentiment amoureux

L’amour universel : le poète n’est pas présent comme « amoureux », il s’adresse à tous. « Crépuscule » de V. Hugo : détachement du poète, aucune présence du « je », amour universel : allusion au printemps saison des amours : PSR « le mois où les fraises sont mûres » (v.25), interpellation du lecteur donc de tous : utilisation du pronom personnel « vous », plusieurs interrogatives (v. 5,6,9). L’amour à deux : le poète et l’être aimé → « Vers à danser » d’Aragon et « L’inconnue » de C. Roy. Présence du poète qui exprime son amour : pronom personnel « je » et registre lyrique. Présence de l’être aimé : pronom personnel 2e pers « toi, t’,te », expressions amoureuses « mon amour » (v.13) Texte d’Aragon Un amour découverte chez Roy : comparaison v.23,24 , présentatif « c’est » v. 25 qui permet l’explication du « bonheur » selon Roy + superlatif et CPN « la mieux connue des inconnues » (v. 27). Un amour fusionnel chez Aragon : utilisation du pronom personnel « nous » pour désigner le poète et l’être aimé, utilisation de prépositions indiquant la dimension fusionnelle de cet amour : « j’ai mis mon cœur entre tes mains, avec le tien » (v. 9,10) et de l’adverbe « ensemble » aux vers 6, 12 et 18.

Le sentiment amoureux dans le temps

L’amour au présent : Poème de C. Roy : dans la première strophe, le poète explique que le temps passe mais dans la seconde, il montre qu’il n’y accorde aucune importance : utilisation du connecteur d’opposition « mais » (v. 14,25), utilisation du futur « je ne saurai, je n’irai » (v. 15,16) mais que le poète associe à des adverbes « jamais, probablement » + « il se fait un peu tard pour », « je respecte sans pouvoir y entrer » (v.17,18) pour montrer que le futur importe peu, seul le présent compte « chaque matin ». Poème d’Aragon : cet amour est un amour entier, « tout de suite » et « pour toujours ». Aragon associe le passé et le futur pour montrer l’importance du présent : Vocabulaire du temps  » dimanche, lundi, soir, matin, minuit, midi … », verbe au futur « dormirons » (v.6,12,18), parallélisme du vers 7 « c’était hier et c’est demain » qui indique, d’une part, que le temps passe vite grâce à la conjonction de coordination « et » ainsi qu’au présent « est » et d’autre part, que cet amour se vit au présent et est un amour « pour toujours ». Poème de V. Hugo : ici aussi le poète fait allusion au bonheur au présent mais également au Carpe Diem, à l’idée de s’aimer avant de mourir. Personnification de la nature et présence du vocabulaire de la mort pour démontrer cette idée du temps qui passe et qui rapproche de la mort « l’étang frissonne, l’herbe s’éveille, que dit-il, le brin d’herbe ? » (v.1,2,8,9), « suaire, sépulcres, la tombe, on a froid, les mortes, tombeau… », allusions au Carpe Diem et invitation à l’amour : « aujourd’hui/jadis » (v.17), impératifs « aimez, aimez-vous (x2), soyez heureux, Vivez, faites envie » utilisés dans des phrases exclamatives (v.10,11,12,13,25).

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (5,00/ 5 pour 1 votes)
Loading...

Clément

Freelancer et pilote, j'espère atteindre la sagesse en partageant le savoir que j'ai acquis lors de mes voyages au volant de ma berline. Curieux scientifique, ma soif de découverte n'a d'égale que la durée de demie-vie du bismuth 209.

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide