Ces quelques indications sur l'attribut, son accord, sa place dans la proposition - et surtout l'usage de l'attribut tel qu'il apparaît dans les exercices précédents - doivent vous être particulièrement précieuses pour réaliser vos exercices d'expression écrite.

Nous avons commencé à vous montrer combien il est important d'écrire aussi pour l'agrément de l'oreille, même si l'oeuvre est destinée à être lue dans le "silence".

Nous entendons ce que nous lisons sans remuer les lèvres.

Avant même d'en avoir tracé le premier mot, l'idée que nous voulons exprimer est présente à notre esprit, sous la forme d'une phrase entièrement structurée, dans notre langue usuelle. Une phrase que nous avons entendue, comme si quelqu'un nous l'avait soufflée à l'oreille.

Ainsi, la langue et la pensée vont-elles de pair.

Peu à peu la langue s'est mise au service de la réflexion enrichissante et de l'imagination créatrice. Plus la connaissance s'élargit, plus il faut de mots pour l'assimiler, la concrétiser, la communiquer : un microprocesseur, une cafétéria, le polyéthylène étaient des noms inconnus il y a seulement quelques dizaines d'années...

Au XVIIIè siècle, BOILEAU écrivait :

"Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement

Et les mots pour le dire arrivent aisément".

Rien n'illustre mieux notre propos : vous voici convaincu de la nécessité de connaître plus de mots, non pour en écrire plus, mais pour disposer d'un plus grand choix et affiner l'expression de vos idées.

Quand nous nous exprimons, verbalement ou par écrit, c'est toujours avec l'intention de CONVAINCRE l'interlocuteur. Le dictionnaire nous dit que "l'éloquence est l'art de persuader".

Persuader, convaincre

ce désir est apparent dans les discours des hommes politiques, des plaidoiries des avocats, des conférences des professeurs d'université. Mais ces maîtres de la parole bénéficient d'atouts majeurs qu'ils s'efforcent d'exploiter au mieux : le timbre et la puissance de leur voix, leur sens aigu de l'intonation, un auditoire particulièrement réceptif, leur présence physique, avec les expressions de visage et les gestes dont ils s'accompagnent...

Les "effets de manche" des grands avocats, les "coups de poing sur la table" de tel homme politique en vue sont à juste titre célèbres.

Ces atouts sont absents dans un texte qui sera lu individuellement et en silence par son destinataire. Ce sont donc les mots et leur arrangement dans la phrase qui, à eux seuls, devront suggérer les intentions de l'auteur et créer l'ambiance d'un auditoire.

Si vous écrivez à un ami très cher, celui-ci entendra votre voix en vous lisant, et sa sympathie vous est acquise : encore un atout manquant à la froide lettre d'affaires, au strict rapport technique... c'est-à-dire au plus grand nombre des "oeuvres" que vous aurez à rédiger, et qui s'adresseront, sinon à des inconnus, au moins à des "indifférents".

Etre éloquent dans vos écrits, même les plus banals

voilà votre but. Vous n'y parviendrez que si vous vous exprimez correctement, si vous tenez des propos CLAIRS, que tout le monde peut comprendre tout de suite. Mais, en plus de cela, si vous voulez persuader votre interlocuteur, il faut que votre discours oriente sa pensée dans le même sens que la vôtre : entre celui qui parle (ou écrit) et celui qui écoute (ou lit), doit naître un phénomène de résonnance. Or, l'homme est ainsi fait qu'on ne peut toucher son esprit qu'en passant par l'intermdiaire des sens, et si les sens ne réagissent pas, il n'y a pas de véritable communication.

Dans notre article "si nous écoutions le silence", vous avez vu que l'oreille (organe de l'ouïe) est le passage obligatoire de toute communication : c'est l'organe qui concrétise la pensée. L'oeil n'est qu'un intermédiaire, important certes (il faut que vos écrits soient lisibles et vos feuilles agréables à regarder) mais les lettres ne sont que des signes conventionnels qui déclenchent le mécanisme de l'ouïe.

C'est pourquoi vous devez attacher beaucoup d'importance à construire des phrases équilibrées, agréables à l'oreille, dont le rythme soit capable d'éveiller ces résonances. Cela certes ne peut suffire à vous ouvrir toutes les portes, à vous rallier toutes les opinions : mais au moins vos communications seront-elles entendues, et pas seulement "écoutées" ou "lues" ; on ne vous répondra plus uniquement par politesse : si on doit vous opposer un refus, il sera réellement motivé et les regrets seront sincères.

Le rythme et l'harmonie des phrases sont une des clés de l'art d'écrire.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Aucun vote)
Loading...

Agathe

Professeur de langues dans le secondaire, je partage avec vous mes cours de linguistique !

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide