Présentation de l'oeuvre

Micromégas : histoire philosophique est un conte philosophique de Voltaire, publié en 1752. Il y relate les aventures de deux géants : un habitant de Sirius et un habitant de Saturne, secrétaire de l'Académie, qui se stimulent intellectuellement l'un l'autre par leurs conversations. Ils finissent par partir à la découverte des humains.

Cette œuvre est l'un des tous premiers contes philosophique. Il représente particulièrement bien l'esprit des Lumières en présentant des considérations tout à la fois sociale, religieuse, philosophique, scientifique et ontologique (= relatif à l'Homme).

Qui est l'auteur du conte philosophique Micromégas ?
Gravure de Baquoy, 1795
Les meilleurs professeurs de Français disponibles
1er cours offert !
Julie
5
5 (81 avis)
Julie
75€
/h
1er cours offert !
Albane
4,9
4,9 (95 avis)
Albane
60€
/h
1er cours offert !
Louis
5
5 (40 avis)
Louis
45€
/h
1er cours offert !
Koffi felicien
4,9
4,9 (43 avis)
Koffi felicien
20€
/h
1er cours offert !
Cristèle
5
5 (52 avis)
Cristèle
45€
/h
1er cours offert !
Julien
4,9
4,9 (47 avis)
Julien
60€
/h
1er cours offert !
Jérémy
5
5 (56 avis)
Jérémy
25€
/h
1er cours offert !
Patrick
5
5 (51 avis)
Patrick
65€
/h
1er cours offert !
Julie
5
5 (81 avis)
Julie
75€
/h
1er cours offert !
Albane
4,9
4,9 (95 avis)
Albane
60€
/h
1er cours offert !
Louis
5
5 (40 avis)
Louis
45€
/h
1er cours offert !
Koffi felicien
4,9
4,9 (43 avis)
Koffi felicien
20€
/h
1er cours offert !
Cristèle
5
5 (52 avis)
Cristèle
45€
/h
1er cours offert !
Julien
4,9
4,9 (47 avis)
Julien
60€
/h
1er cours offert !
Jérémy
5
5 (56 avis)
Jérémy
25€
/h
1er cours offert !
Patrick
5
5 (51 avis)
Patrick
65€
/h
1er cours offert>

Résumé par chapitres

« I - Voyage d'un habitant du monde de l'étoile Sirius dans la planète Saturne »

Micromégas, géant d'une planète de Sirius qui mesure trente-neuf kilomètres et possède mille sens, est un jeune savant qui travaille dans l'entomologie. A la suite de certains travaux, le clergé de sa planète l'accuse d'hérésie. Il est alors chassé de la cour et entreprend un voyage afin de finir de se former l'esprit.

Ses pérégrinations l'emmènent jusqu'à Saturne. D'abord moqueur de la petitesse qui l'entoure (les habitants ne mesurent en effet que deux kilomètres de haut), il se rétracte en découvrant l'intelligence des autochtones et notamment celle du secrétaire de l'Académie de Saturne, avec qui il devient ami.

« II – Conversation de l'habitant de Sirius avec celui de Saturne »

Micromégas et son nouvel acolyte font la comparaison de leur sens et s'attristent de ne pas en posséder assez. La réflexion est la même pour leur âge, bien qu'ils aient plusieurs milliers d'années. On découvre aussi qu'en tout point, Micromégas est supérieur à son compagnon.

Ils finissent par comparer leurs deux mondes et décident finalement d'entamer un voyage philosophique.

« III - Conversation de l'habitant de Sirius avec celui de Saturne »

Les deux philosophes se retrouvent sur Jupiter, qu'ils visitent pendant un an. Malgré leur volonté de publier un livre de leurs observations, ils sont interdits par l'inquisition.

Ils snobent Mars, qui leur semble trop petite, et lui préfère la Terre, sur laquelle ils débarquent pour se reposer.

« IV - Ce qui leur arrive sur le globe de la Terre »

Les deux voyageurs commencent par se nourrir de montagnes et parcourent l'ensemble du globe, sans voir personne. Le nain en conclut que la planète est inhabitée.

A la suite d'un débat, le collier de diamants de Micromegas se brise. Les débris leur servent de microscopes et découvrent ainsi l'existence d'une baleine, qu'ils prennent pour un Terrien. Mais bien vite, ils aperçoivent un bateau rempli de philosophes, qui s'en revient du cercle polaire.

Quels sont les sujets abordés dans le conte philosophique Micromégas ?
Micromégas est l'un des ouvrages les plus représentatifs de l'esprit des Lumières

« V – Expériences et raisonnements des deux voyageurs »

Micromégas prend le bateau avec sa main en pensant d'abord que c'est un autre animal. L'équipage, apeuré, s'agite et chatouille le géant. C'est ainsi que se dévoile l'existence des Hommes.

« VI – Ce qui leur arriva avec des hommes »

Le Saturnien pense, devant la petitesse des Hommes, qu'ils ne peuvent avoir d'âme, et doivent donc être incapables de communiquer. Micromégas remarque l'inverse et, pour pouvoir communiquer, il se sert de l'un de ses ongles comme d'un entonnoir.

En dépit de leur taille misérable, les humains sont donc doués d'intelligence et débattent avec les voyageurs cosmiques. Ceux-ci découvrent alors que leurs interlocuteurs sont capables de déterminer les distances entre les planètes ou les caractéristiques de l'air.

« VII – Conversation avec les hommes »

A force de débats, où il découvre que l'humain est adroit pour penser la science, Micromégas commence à penser que le bonheur se trouve sur Terre. Son espoir est bien vite déçu lorsque les Terriens lui parlent des massacres et des guerres qui abondent sur leur planète.

La question qui suit est à propos de leur âme : comment forment-ils leurs idées ? Mais les philosophes de la Terre ont tous des considérations différentes et, de toute manière, Micromégas défait tous leurs systèmes. Les deux géants sont particulièrement amusés par un docteur de Sorbonne qui leur affirme que l'univers entier fut créé par Dieu.

Les deux voyageurs laissent finalement à leur hôte un livre qui doit leur offrir de voir «le bout des choses », soit les justifications des choses existantes. Ils quittent ces créatures remplies d'orgueil et reprennent leur voyage.

Le livre est apporté à l'Académie des Sciences ; mais là-bas, le secrétaire ouvre un livre « tout blanc ». La symbolique, derrière : les causes finales des choses nous échapperont toujours. C'est la raison pour laquelle Voltaire pense qu'il est inutile de se poser des questions métaphysiques.

Les personnages principaux

Il y a deux personnages principaux dans cette oeuvre : Micromégas et le Saturnien

  • Micromégas : son nom signifie « petit » et « grand ». Géant de 32 kilomètres de haut, il a 67 ans quand commence le récit et vivra sans souci jusqu'à 10.450.000 ans. Il dispose de 1 000 sens et d'une intelligence extraordinaire, qui lui permet par exemple d'expliquer le phénomène gravitationnel. Néanmoins, fidèle à son propos relativiste, Voltaire montre un Micromégas inférieur à certains,  ce qui pousse le géant vers une connaissance toujours plus élargie. Il est tolérant avec les êtres inférieurs (confère sa disposition vis-à-vis des humains). D'une manière générale, savant, philosophe, écrivain et explorateur, il représente l'esprit des Lumières ; il est la voix que se donne Voltaire.
  • Le Saturnien : c'est le secrétaire de l'académie de Saturne, bien plus petit que Micromégas, en tout points (espérance de vie, capacités intellectuelles, sensibilité, etc.). Mais il sert de faire-valoir à Micromégas (c'est-à-dire à Voltaire) pour que celui-ci puisse exprimer ses idées, qui correspondent souvent à la vérité. Le Saturnien profite d'un apprentissage aux côtés de l'autre géant.
Quels sont les personnages principaux de Micromégas de Voltaire ?
Micromégas permet de constater que nous sommes si peu de choses... Et qu'il faut donc relativiser !

Pistes d'analyse

La raison chez Voltaire

Pour Voltaire, la raison est une faculté propre à l'esprit humain. Elle lui est innée (c'est-à-dire qu'elle n'est pas acquise à force d'expérience) et lui permet juger les choses. De cette capacité résulte une compréhension du monde, de l'Univers même.

Le bon sens devient ainsi la tendance à distinguer le vrai du faux, en échappant au dogmatisme de la religion. La raison se raffermit dans le travail des sciences (et donc, bien que inné, elle s'améliore avec l'expérience), qui éloigne l'homme des passions et des autres folies.

La terre comme monde de la déraison

Dans ce conte, le philosophe nous plonge dans un univers astronomique où se mêlent actualité politique, littéraire ou encore scientifique, ainsi que des réflexions philosophiques. La fantaisie n'est pourtant qu'apparente.

Voltaire condamne dans un premier temps les injustices comme la « faim, fatigue, intempérance » ; il s'agit là de dénoncer les mauvais usages du corps, la répartition inhumaine du travail et la censure religieuse. Micromégas doit d'ailleurs s'exiler du fait de cette censure.

Le système judiciaire est également pointé du doigt, pour sa proximité avec les puissants : Micromégas est condamné sans que les juges aient pris le temps d'examiner les pièces du procès.

Il se trouve également dans ce récit un réquisitoire contre la guerre. Ses objectifs demeurent méprisables, où chaque partie ne cherche qu'à élargir sa zone de pouvoir : elle ne résulte que des caprices des souverains. Sa vacuité est soulignée par l'échelle du récit : l'univers est vaste et chaque conquête ne résulte qu'en un « infiniment petit ».

D'autres folies, relatives à l'esprit humain, sont dénoncées :

  • les préjugés vis-à-vis de l'éducation, où la connaissance semble n'être le résultat que de mauvaises habitudes intellectuelles : confère la réaction des marins lorsqu'apparaît Micromégas
  • la méconnaissance des possibles, qui vient de notre mauvaise appréciation des choses : confère l'acolyte de Micromégas qui pense la Terre déserte parce que ses yeux sont incapables de voir ce qui lui est infiniment plus petit
  • les dangers de la généralisation : confère le Saturnien qui déduit que les baleines sont les habitants de la Terre
  • l'anthropocentrisme (= système ou attitude qui place l'homme au centre de l'univers et qui considère que toute chose se rapporte à lui, Larousse) qui fait « naître un sourire de supériorité » : l'Homme, face à l'univers, est une petite chose ridicule
  • la vanité de la métaphysique, comme le symbolise le livre vide de mots donné à la fin par Micromégas : le monde restera toujours sans solution, il n'y a pas de vérité absolue

Micromégas est ainsi l'occasion pour Voltaire de dépeindre une humanité imbue d'elle-même, ignorante et ridiculement petite.

« Si l’on excepte un petit nombre d’habitants fort peu considérés (traduisons les sages, les philosophes), tout le reste est un assemblage de fous, de méchants et de malheureux. »

Un éloge de la raison : Micromégas

Le personnage de Micromégas a vocation à représenter la valeur de la raison, en opposition à l'humanité prétentieuse. Il incarne la figure du philosophe ultime : c'est un réel modèle.

Ainsi, le Philosophe est celui qui s'inquiète de la grandeur du monde et se forge l'esprit, dénué de préjugé, en se confrontant à l'altérité.

La métaphysique étant vaine, l'objet de ses études se concentre dans les sciences de la nature. De même, la poésie, en tant qu'elle voile les mots, est à fuir :

« Je ne veux point qu’on me plaise, […] je veux qu’on m’instruise. »

Il faut également prendre garde à ne pas confondre imagination et réalité : il importe de ne pas projeter nos désirs ou nos préjugés dans les situations futures, ou possibles. C'est une mise en garde très présente dans le récit.

« Le Saturnien et le Sirien s’épuisèrent alors en conjonctures, mais après beaucoup de raisonnements fort ingénieux et fort incertains, il en fallut revenir aux faits. »

« Il faut examiner ces insectes, nous raisonnerons après. – C’est fort bien dit, reprit Micromégas. »

Voltaire présente la science comme propre à réunir les hommes, à les accorder dans leurs avis, tandis que la métaphysique n'est bonne qu'à les diviser (confère le chapitre VII). C'est une attaque particulièrement dirigée vers Pascal, dont la pensée est nimbée de métaphysique religieuse.

Une des dernières notions salvatrices qu'incarne le géant, c'est le relativisme (qui s'oppose à l'anthropocentrisme) : Micromégas est lui même un « grand-petit ». Chacune des entités de l'univers est située au milieu, entre le rien et le tout.

Voltaire appelle à taire l'orgueil de l'Homme, orgueil dont s'étonne Micromégas quand il fréquente les humains. La prétention est même contre-productive dans le cas de la recherche du bonheur : elle provoque chez l'Homme un sentiment d'insatisfaction vain, car jamais tari. Le but du philosophe serait ainsi de montrer aux hommes que le bonheur dépend de la mesure.

Que dénonce Voltaire dans Micromégas ?
Une des grandes dénonciations de Voltaire est l'orgueil humain (Francois Lemoyne, Narcisse, 1728)

Un conte satirique

Une satire est un écrit, un propos, ou une œuvre par lesquels on raille ou on critique vivement quelqu'un ou quelque chose. C'est le cas de Micromégas, ce qui évident au vu de tout ce que nous en avons dit précédemment. Voltaire utilise le moyen satirique pour dénoncer ses cibles favorites : la guerre, le mal, l'orgueil, la métaphysique, l'Eglise.

  • la satire de l'Eglise : le muphti de Sirius a pour but de dénoncer l'omniprésence coercitive de la religion. La censure que l'Eglise impose dessert les intérêts de la raison et de la science. Aussi, quand Micromégas subit son joug, ce n'est que le reflet des propres difficultés de Voltaire à publier ses oeuvres.
  • la satire des Terriens : nous l'avons suffisamment montré précédemment, les humains sont coupables d'orgueil
  • la satire de la métaphysique
  • etc.

La satire voltairienne est mise en oeuvre par différents moyens : l'humour, l'ironie, le comique de situation, etc.

Finalement, Voltaire, par Micromégas, règle ses comptes avec le monde d'une manière drôle et ludique. Son prochain conte philosophique, Candide, sera lui bien plus accablant et violent envers la nature humaine.

Besoin d'un professeur de Français ?

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 3,89/5 - 18 vote(s)
Loading...

Nathan

Ancien étudiant de classe préparatoire b/l (que je recommande à tous les élèves avides de savoir, qui nous lisent ici) et passionné par la littérature, me voilà maintenant auto-entrepreneur pour mêler des activités professionnelles concrètes au sein du monde de l'entreprise, et étudiant en Master de Littératures Comparées pour garder les pieds dans le rêve des mots.