Les
Misérables, IV, 12, 4

Dans les premiers jours
de juin 1932, les républicains tentent de renverser le régime
du roi Louis-Philippe. Un grand mouvement révolutionnaire agite
le peuple de Paris. Quelques centaines d'hommes accumulent des pavés
et toutes sortes d'objets pour barrer les rues. Gavroche les rejoint sur
la barricade de la rue Plumet.

Gavroche, complètement
envolé et radieux, s'était chargé de la mise en train.
Il allait, venait, descendait, remontait, bruissait, étincelait.
Il semblait être là pour l'encouragement de tous. Avait-il
un aiguillon? Oui, certes, sa misère; avait-il des ailes? Oui,
certes, sa joie. Gavroche était un tourbillonnement. On le voyait
sans cesse, on l'entendait toujours. Il remplissait l'air, "tant
partout à la fois. C'était une espèce d'ubiquité
presque irritante; pas d'arrêt possible avec lui. L'énorme
barricade le sentait sur sa croupe. Il gênait les flâneurs,
il excitait les paresseux, il ranimait les fatigués, il impatientait
les pensifs, mettait les uns en gaieté, les autres en haleine,
les autres en colère, tous en mouvement, piquait un étudiant,
mordait un ouvrier, se posait, s'arrêtait, repartait, volait au-dessus
du tumulte et de l'effort, sautait de ceux-ci à ceux-là,
murmurait, bourdonnait, et harcelait tout l'attelage, mouche de l'immense
coche révolutionnaire.
Le mouvement perpétuel
était dans ses petits bras et la clameur perpétuelle dans
ses petits poumons.
- Hardy! encore des pavés, encore des tonneaux! encore des machins!
Où y en a-t-il? Une hottée de plâtres pour me boucher
ce trou-là. C'est tout petit, votre barricade. Il faut que ça
monte. Mettez-y tout, flanquez-y tout, fichez-y tout. Cassez la maison.
Une barricade, c'est le thé de la mère Gibou. Tenez, voilà
une porte vitrée.
Ceci fit exclamer les
travailleurs.
- Une porte vitrée! Qu'est-ce que tu veux qu'on fasse d'une porte
vitrée, tubercule?
- Hercules vous-mêmes! riposta Gavroche. Une porte vitrée
dans une barricade, c'est excellent. Ca n'empêche pas de l'attaquer,
mais ça gêne pour la prendre. Vous n'avez donc jamais chipé
des pommes par dessus un mur où il y avait des culs de bouteilles?
Une porte vitrée, ça coupe les cors aux pieds de la garde
nationale quand elle veut monter sur la barricade. Pardi! le verre est
traître. Ah çà, vous n'avez pas une imagination effrénée,
mes camarades. Du reste, il était furieux de son pistolet sans
chien (1). Il allait de l'un à l'autre, réclamant: -Un fusil!
je veux un fusil! Pourquoi ne me donne-t-on pas un fusil?
- Un fusil à toi! dit Combeferre.
- Tiens, répliqua Gavroche, pourquoi pas? J'en ai bien eu un en
1830 quand on s'est disputé avec Charles X.
Enjolras haussa les épaules.
- Quand il y en aura pour les hommes, on en donnera aux enfants.

V. Hugo , Les Misérables, IV, 12, 4.

_________________________
(1). Pistolet auquel il manque le "chien", pièce
mécanique indispensable à son fonctionnement.

Première partie (25 points)

Questions (15 points)

I. Un enfant dans un monde d'adultes: le discours du narrateur.

1. Relevez les mots et expressions qui indiquent la petite taille et la jeunesse de Gavroche. (2 points)

2. "Il allait, venait, descendait, remontait, bruissait, étincelait." (ligne 1)

....a). Comment cette phrase est-elle construite? (0,5 point)

....b). Quel effet cette construction produit-elle? (0,5 point)

3. a). A quoi Gavroche est-il comparé dans le premier paragraphe? (0,5 point)

....b). Relevez au moins quatre mots qui établissent ce rapprochement. (2 points)

II. Un enfant dans la révolution: le discours des personnages

1. "Mettez-y tout, flanquez-y tout, fichez-y tout. Cassez la maison."

....a). Quel est le mode verbal employé ici? (0,5 point)

....b). Citez dans les propos de Gavroche au moins deux autres énoncés injonctifs qui n'utilisent pas ce mode. (1
point)

2. a). De "Hercules vous-mêmes..." à la fin : sur quel ton les adultes répondent-ils à Gavroche? (1 point)

....b). Donnez trois exemples qui justifient votre réponse. (1,5 points)

3. De "Hercules vous-mêmes!" à "Pourquoi ne me donne-t-on pas un fusil?" : Quelles sont les deux supériorités
que Gavroche s'attribue par rapport aux adultes qui l'entourent? Vous citerez les deux phrases sur lesquelles vous vous appuyez. (2 points)

4. "Hercules vous-mêmes!": En quoi la réplique de Gavroche est-elle amusante pour le lecteur?

5. "on s'est disputé avec Charles X" :

...a). Expliquez le sens du verbe "disputer" dans la phrase en le remplaçant par un synonyme. (0,5 point)

...b). En quoi cet emploi est-il amusant pour le lecteur? (0,5 point)

...c). Relevez dans le texte une autre expression qui appartient au langage enfantin. (0,5 point)

6. Caractérisez le ton employé par Gavroche pour parler aux adultes. (1 point)

Réécriture (4 points)

Vous réécrirez le texte depuis "Il gênait les flâneurs" jusqu'à "au-dessus du tumulte et de l'effort", en conjuguant les verbes à la deuxième personne du singulier de l'indicatif présent.

Dictée (6 points)

Le petit Gavroche

Pourtant il avait un père et une mère. Mais son père ne pensait pas à lui et sa mère ne l'aimait point. C'était un de ces enfants dignes de pitié entre tous qui ont père et mère et qui sont orphelins.

Il n'avait pas de gîte, pas de pain, pas de feu, pas d'amour; mais il était joyeux parce qu'il était libre.

Victor Hugo,
Les Misérables.

Seconde partie (15 points)

Sujet

Les adultes ne prennent pas Gavroche au sérieux, à cause de son jeune âge. Imaginez une situation comparable, dans laquelle un enfant essaie de convaincre un adulte qu'il peut lui faire confiance.
Vous prendrez soin d'encadrer le discours de l'enfant par une présentation de la situation.

Consignes

Vous écrirez un texte d'environ trente lignes. Il ne s'agit pas d'écrire un dialogue, mais un discours argumentatif.
Votre présentation n'excédera pas quelques lignes. Il sera tenu compte, dans l'évaluation, de la correction de la langue et de l'orthographe.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Aucun vote)
Loading...

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide