Questions (15 points)

I/ Un aubergiste singulier (5 points)

1. a) Quelle est la valeur de l'imparfait de la première ligne et des passés simples des lignes 1 à 5 ? (1 point)

L'imparfait « se chauffait » exprime une action secondaire, d'arrière-plan par rapport à l'action du premier plan qui est au passé simple, vue dans son déroulement, avec les passés simples suivants qui expriment une succession d'actions limitées dans le temps : « tira », « déchira », « écrivit « plia », « remit », « dit », « partit » ont une valeur.

b) Sur quel personnage l'emploi de ces temps attire-t-il l'attention ? (0.5 point)

L'emploi de ces temps attire l'attention sur l'aubergiste Jacquin Labarre (il est le sujet de toutes les actions du premier plan au passé simple).

2. a) Dans le reste du texte, quel nom reprend le terme d'« aubergiste » ? (0.5 point)

Le terme d'« aubergiste » est repris dans la suite du texte par le terme « hôte ».

b) Quelle qualité peut-on donc attendre du personnage ainsi désigné ? (0.5 point)

On peut attendre du personnage ainsi désigné (l'hôte) une qualité d'accueil, d'hospitalité, d'attention envers les personnes qu'il accueille, veillant à leur confort et à leur sécurité.

3.a) De la ligne 20 à 27 : quelle forme de phrase l'aubergiste emploie-t-il le plus souvent ? (0.5 point)

L'aubergiste emploi le plus souvent des phrases dont la forme est négative : « je n'ai pas / je ne puis / je ne puis / je ne puis ».

b) De la ligne 28 à la fin : relevez les trois expressions du texte qui caractérisent la manière dont l'aubergiste parle au voyageur. (1 point)

Les déclarations de l'aubergiste sont faites « d'un ton mesuré, mais ferme », « dit d'un accent qui le fit tressaillir », « ajouta toujours à voix basse ».

4. En confrontant l'ensemble de vos réponses, dites si Jacquin Labarre vous semble vraiment être un « digne aubergiste. » Justifiez votre réponse. (1 point)

Etant donné que l'aubergiste doit être celui qui accueille, Jacquin Labarre ne semble pas répondre à cette attente puisqu'il n'offre pas à son nouveau venu les égards qui conviennent : l'aubergiste se méfie de lui, il parle au voyageur de manière sèche, avec l'utilisation de phrases non verbales « Par ces messieurs les rouliers » et « douze », il répond négativement à toutes les demandes de Jean Valjean avec l'utilisation de phrases négatives telles que « je n'ai rien », lui donne même l'ordre de partir avec l'utilisation de l'impératif « Allez-vous-en ».

II/ Un voyageur indésirable (5 points)

1. Quelles sont les raisons que donne le voyageur pour justifier sa présence à l'auberge ? Vous paraissent-elles justes ? Développez votre réponse. (1 point)

Le voyageur donne plusieurs arguments pour justifier sa présence à l'auberge. Il met en avant sa fatigue : « je meurs de faim », « j'ai marché dès le soleil levé », « j'ai fait douze lieues » ; il rassure l'aubergiste en lui disant qu'il peut payer : « je paye » ; il conclut donc : « je veux manger ». Toutes ces raisons paraissent justes : il est logique qu'un homme qui arrive dans une auberge se fasse servir quand il a de quoi payer (le client est roi ). La fonction d'une auberge est bien de proposer le gîte et le couvert.

2. « Je suis à l'auberge, j'ai faim et je reste. » Quelle est la relation logique exprimée par la conjonction de coordination « et » ? (0.5 point)

La conjonction de coordination « et » indique ici un lien de cause à effet, de conséquence.

3. Dans la phrase : « Mais je meurs de faim, moi. » (ligne 29), relevez le terme mis en relief et commentez l'effet produit. (1 point)

Le terme qui est ici mis en relief est le pronom « moi », rejeté en fin de phrase après la virgule. Cette tournure très orale permet de faire entendre les paroles rapportées du personnage, de les rendre plus vivantes et d'insister sur l'état du voyageur.

4. En vous appuyant sur les réponses aux questions précédentes, qualifiez l'attitude du voyageur. (0.5 point)

Le voyageur est épuisé, prêt à dormir dans l'écurie « mettez-moi à l'écurie », il a faim « Mais je meurs de faim, moi. », et insiste auprès de l'aubergiste pour être servi tout en gardant son calme « et dit sans hausser la voix ».

5. Dans l'ensemble du texte, relevez les noms et groupes nominaux utilisés pour désigner le « voyageur »

a) par le narrateur (0.5 point)

Le voyageur est désigné par le narrateur par les noms et les groupes nominaux suivants : « le nouveau venu », « le voyageur », « l'homme », « l'étranger ».

b) par l'aubergiste (0.5 point)

Le voyageur est désigné par l'aubergiste par les noms suivants : « Monsieur », « Jean Valjean ».

c) En quoi la dernière désignation est-elle essentielle pour le « voyageur » ? (1 point)

La dernière désignation est essentielle car elle révèle son identité et son passé de bagnard.

III/ Le face à face (5 points)

1. Quel est l'enjeu du débat pour chaque personnage ? (1 point)

Pour Jean Valjean, l'enjeu est d'obtenir un toit pour la nuit et de quoi manger pour le dîner. Pour l'aubergiste, l'enjeu est de se débarrasser de l'ancien bagnard, de ne pas lui louer de chambre ni de le servir à dîner.

2. Dans les lignes 32 à 40 :

a) Jean Valjean se laisse-t-il faire par l'aubergiste ? (0.5 point)

b) Justifiez votre réponse en vous appuyant sur le type de phrase qu'il emploie le plus souvent. (1 point)

Jean Valjean ne se laisse pas faire par l'aubergiste, il essaie de comprendre le problème et lui pose des questions. En effet, il emploie souvent des phrases de type interrogative « Avez-vous peur que je paye pas ? Voulez-vous que je paye d'avance ? », puis « Et tout cela ? », « par qui ? », « combien sont-ils ? ».

3. Donnez l'infinitif, le mode et le temps de « Allez-vous-en ».En quoi cette phrase est-elle importante ? (1,5 point)

Il s'agit du verbe « s'en aller » à l'infinitif, conjugué ici à l'impératif présent. Cette phrase est importante car elle montre le rejet de l'aubergiste, ferme et définitif.

4. En quoi les propos de l'aubergiste trahissent-ils sa mauvaise foi ? (1 point)

Les propos de l'aubergiste trahissent sa mauvaise foi. Dans la première partie de l'échange avec le voyageur, il lui fait croire que c'est parce qu'il n'a plus de chambre qu'il ne peut le recevoir, et parce qu'il n'a pas assez de nourriture qu'il ne peut le nourrir. Cependant, par la suite on apprend que c'est parce qu'il connaît son identité d'ancien bagnard qu'il ne veut pas le servir : « en vous voyant entrer, je me suis douté de quelque chose, j'ai envoyé à la mairie, et voici ce qu'on m'a répondu ».

Réécriture (4 points)

Lignes 49-50, « En vous voyant entrer, je me suis douté de quelque chose, j'ai envoyé à la mairie, et voici ce qu'on m'a répondu. » : réécrivez le passage au plus-que-parfait en passant de la première personne du singulier à la troisième personne du pluriel. (4 pts)

En vous voyant entrer, ils s'étaient doutés de quelque chose, ils avaient envoyé à la mairie, et voici ce qu'on leur avait répondu.

Rédaction (15 points)

Imaginez la suite du texte : l'aubergiste raconte la scène à sa femme qui cherche à lui montrer qu'il a eu tort. Votre récit au passé inclura les arguments échangés entre les deux personnages ainsi que leurs réactions respectives.

L'étranger quitta donc l'auberge, les épaules baissées. L'aubergiste regagna sa cuisine en se frottant les mains. Sa femme, qui le voyait si content, lui demanda pourquoi il avait l'air si joyeux. Il répondit qu'un homme s'était présenté tout à l'heure à l'auberge pour qu'on lui donne à souper et le gîte pour la nuit et qu'il avait réussi à le mettre dehors. Il s'expliqua :

- Heureusement, j'ai été assez habile pour me rendre compte que quelque chose clochait, expliqua l'aubergiste, j'ai donc envoyé le marmiton à la mairie pour vérifier l'identité de cet étranger. Mes soupçons furent ainsi rapidement vérifiés : il s'agissait d'un ancien bagnard, Jean Valjean !

Sa femme le regardait, surprise, interloquée, cherchant ses mots. Elle n'avait jamais vu son mari dans cet état et semblait horrifiée par ce qu'elle entendait de la bouche de celui avec qui elle partageait la vie depuis maintenant plus de vingt ans. Elle lui demanda alors si c'était la crainte de ne pas être payé par cet étranger qui l'avait poussé à le mettre dehors. Elle voulait absolument savoir ce qu'il lui était passé par la tête. Son mari reprit alors :

- Oh ! Si ! Il pouvait payer, il m'a même proposé de payer en avance. Mais penses-tu, nous n'allions pas accueillir chez nous un ancien bagnard, un malfrat ! s'exclama l'aubergiste.

- Chéri, tu ne dois pas juger les gens ainsi. Cet homme m'a-t-on dit, a purgé sa peine, il vient d'être libéré. Il a payé pour son crime semble-t-il. Tu n'aurais pas du le rejeter ainsi. En plus, il devait être bien fatigué, la route est longue du bagne jusqu'à notre petite auberge. Tu es sans cœur, je ne te croyais pas capable d'agir ainsi. Te rends tu compte de ce que tu as fait ? s'indigna la femme de l'aubergiste.

- Et comment aurais-tu réagi s'il nous avait volé ? Qui vole un œuf vole un bœuf…

- Mais il faut lui donner une seconde chance ! Tu ne peux pas dire à l'avance les crimes qu'il va commettre. Comment va-t-il réussir à s'intégrer de nouveau à la société si tout le monde agit avec lui comme tu viens de le faire ? Il avait besoin de notre soutien et tu l'as jeté à la porte comme un moins que rien ! Tu devrais avoir honte.

- Je pense avoir écarté un danger de notre maison, c'est mon devoir de protéger les gens que j'accueille ici, en tant que digne aubergiste, répliqua le fier hôtelier.

Sur ces mots, la femme de l'aubergiste tenta de le convaincre que son devoir était d'accueillir les gens, de leur donner le gîte et le couvert, mais que son rôle s'arrêtait là. Il ne devait pas favoriser un client plutôt qu'un autre, quel que soit le prétexte. Elle sortit en courant de l'auberge pour tenter de rattraper le pauvre étranger que son mari avait jeté dehors.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (3,00/ 5 pour 2 votes)
Loading...

Maelys

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide