Questions

I- Le portrait d'une femme originale

1)      a) Pour se décrire, G.Sand utilise une énumération : par des phrases courtes, chaque membre est passé en revue.

b)Deux expressions montrent que l'auteur vit dans l'inconfort : « l'estomac un peu creux quelquefois » et « moi qui n'avais aucune affaire ».

2)      a) « Je n'étais plus une dame mais je n'étais pas non plus un monsieur ».

b)     Le lien logique mis en valeur par cette conjonction de coordination est une opposition.

c)      Une dame est une femme qui appartient à un certain milieu social. En outre, c'est une femme mariée.

3)      a) Le niveau de langue dans le premier passage est un niveau courant. Le second en revanche est un niveau familier comme le prouvent l' apocope « not' », le lexique « poster » et l'élision du sujet : « faut ».

b)     pour résumer les commentaires faits sur G.Sand, on peut utiliser les adjectifs suivants : elle serait négligée et folle.

4)      G.Sand est une femme empreinte d'idéal mais elle a des difficultés à trouver sa place dans la société. Elle ne soucie pas de son apparence. Elle semble transparente mais ne paraît pas affectée.

II- « Le  désert des hommes »

5)      a)La figure de style utilisée est une anaphore : la répétition d'un mot ou d'un groupe de mots en tête de phrase : « on ne me… »

b)     Le pronom « on » représente les hommes et les femmes qui croisent G.Sand.

c)      A plusieurs reprises le pronom indéfini « personne » remplace « on ».

d)     Les Parisiens sont désignés par « une immense foule » et « les passants affairés ».

6)      a) « Comme une chose » est une comparaison : G.Sand se compare à ne chose grâce à l'outil de comparaison « comme ».

b)     La métaphore est une comparaison sans outil de comparaison ; on en trouve une dans le texte dans l'expression suivante : « j'étais un atome perdu dans cette immense foule » ; l'auteur se compare à un atome.

c)      Les comparés sont identiques mais les comparants diffèrent. Or ces derniers ne sont pas élogieux : dans les deux cas ce sont des êtres inanimés et de petite taille, preuve que l'auteur semble ne pas exister.

7)      a) L'expression « désert des hommes » paraît contradictoire : un désert est une étendue qui n'est pas peuplée. Or Sand a l'impression d'être seule, comme on peut l'être dans un désert mais au milieu des hommes puisque ces derniers ne lui accordent pas d'importance.

b)     Elle éprouve une sensation qui diffère de celle que l'auteur de l'expression a éprouvé : si Chateaubriand semblait souffrir de cette situation, elle au contraire paraissait y prendre plaisir : « avec autant de satisfaction qu'il l'avait dit avec tristesse. »

III- De la liberté à l'inspiration de l'écrivain.

8)      a) Le pronom « le » renvoie à l'idéal.

b)     Cet idéal est en germe dans le cerveau de G.Sand : pour se réaliser, e développer il requiert des conditions précises, en particulier un peu de liberté. Cet idéal est comparé à une fleur qui, en bouton, peut éclore.

c)      L'énumération qui prouve qu'il s'agit de son inspiration est la suivante : « de songes, e mélodies, de couleurs, et de formes, de rayons et de fantômes. »

d)     Un terme le prouve dans les lignes de la fin du texte : « un roman ».

9)      a) G.Sand se trouve « dans la rue », « sur les trottoirs », à la Châtre ».

b)     G.Sand parvient à se promener dans Paris e imaginant un roman : « je me promenais ».

10)  Tout semble réuni à Paris pour qu'elle trouve son inspiration : en effet, les gens qu'elle croise semblent se moquer de son apparence. Personne ne lui prête attention, elle n'est précédée d'aucune réputation et profite de cet anonymat pour créer en se promenant.

Réécriture

-réécrire le passage au passé du conditionnel : « j'aurais pu… »

-passer de P1 à P4 (1ère personne du pluriel)

« Cela nous aurait été bien égal, à nous qui n'aurions eu aucune affaire. On ne nous aurait pas connues, on ne nous aurait pas regardées, on ne nous aurait pas reprises. »

Les difficultés

1)      Le passé du conditionnel est un temps composé : le participe passé s'accorde donc quand le COD est placé avant le verbe :

Ex : j'aurais vu ces filles = je les aurait vues

2)      Ici, il fallait se souvenir que G.Sand était une femme. Au pluriel, ce sont donc deux femmes. L'accord se fait donc au féminin pluriel.

Rédaction

-  rédiger une lettre

-  dans le journal du collège

-  pour protester contre les préjugés sexistes de l'entourage, face à ma décision

-  choisir un métier hors norme: mettons que je sois une fille et que je veuille travailler dans la mécanique automobile !

-  raconter dans quelles circonstances est née l'attirance pour ce métier

-  argumenter sur les raisons qui me poussent à écrire.

Chers camarades du collège J.Renoir,

Je vous écris pour témoigner d'une douloureuse expérience. Je suis actuellement élève de troisième et je souhaiterais m'orienter rapidement vers la vie active : un métier m'intéresserait vraiment. Je l'ai compris en faisant mon stage cette année : mon oncle possède un garage en banlieue. Je devais en tenir le secrétariat pendant une semaine mais très rapidement, les pièces de mécaniques m'ont davantage captivée que les factures. Quand j'ai demandé à intervenir sur les voitures, mon oncle et son mécanicien m'ont expliquée quelques éléments mais tous deux semblaient surpris et amusés par mes questions.

Mais rien n'était plus sérieux. Le plus difficile cela a été de convaincre ma mère et ma sœur. Aucune des deux n'a compris ma décision ; pour elles, ce n'est pas un métier pour une femme : les ongles sont noircis, les tenues vestimentaires sont négligées et l'amplitude horaire est trop importante. De plus, elles pensent que je n'arriverai pas à convaincre les banquiers pour un crédit ou même des clients que je peux être compétente. Quant à mon père il désespère de me voir sous les roues d'une voiture alors qu'il me rêvait hôtesse de l'air !

Pourtant ma motivation est réelle ! J'ai pris des renseignements sur Internet : il existe une association de femmes spécialisées en mécanique automobile. Les commentaires des clients sont élogieux ! Elles travaillent comme des professionnelles ! Pourquoi ce domaine serait-il réservé aux hommes ?

Si vous êtes comme moi, victime des idées toutes faites de vos proches, battez-vous et montrez à ceux qui ne croient pas en vous que les métiers n'ont pas de sexe ! L'essentiel est de pratiquer sa profession avec passion !

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (1,00/ 5 pour 1 votes)
Loading...

Mathieu

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide