Résumé

Roman écrit par Émile Zola, publié en 1882, dixième de la série Les Rougon-Macquart.

Le mot pot-bouille désignait au XIXe siècle, en langage familier, la cuisine ordinaire des ménages, en gros synonyme de popote. Mais il n'est pas question ici de cuisine, sinon au sens figuré : Zola veut en effet nous montrer l'envers du décor d'un grand immeuble parisien où, derrière un luxe de façade, vivent des familles bourgeoises dont le comportement quotidien est aussi peu ragoûtant qu'un médiocre brouet, un "pot-bouille".

Il n'y a pas à proprement parler d'intrigue dans le roman, mais plutôt une visite détaillée de chaque appartement, mettant en valeur la mesquinerie et les vices plus ou moins cachés de chacun. Le héros, car il y en a quand même un, est Octave Mouret (déjà aperçu dans La Conquête de Plassans). Il a 21 ou 22 ans (le livre doit normalement commencer en 1861), et est très soigné du point de vue vestimentaire. Il est logé chez les Campardon, ménage provençal à trois. Il devient rapidement l'ennemi de Gasparine, "l'autre madame Campardon". Venant de Marseille, pour avoir une situation dans le haut commerce, il a déjà des rentes et de l'argent à placer (c'est très important pour la suite de la saga Les Rougon-Macquart). Campardon lui trouve rapidement un emploi chez les Hédouin, Au Bonheur des Dames. C'est un petit magasin qui n'a pas vraiment pignon sur rue.

Octave, qui est arrivé avec la ferme idée de conquérir la Parisienne, fait déjà son choix parmi les femmes du coin... Seulement, ce n'est pas le meilleur qui se présente. Tout d'abord, Octave a envie de séduire Valérie Vabre, l'épouse de Théophile Vabre, le fils du propriétaire. Le problème, c'est que c'est plutôt une excitée : pour preuve, elle est qualifiée de névrosée (on croyait à l'époque que c'était notamment dû à des problèmes d'utérus...). Bref, elle a des regards bizarres, et va souvent à l'église, mais ce n'est pas pour lire le missel, car son mari est impuissant et il faut qu'elle se débrouille autrement pour avoir des enfants. Pour Octave, c'est un échec. Puis, Marie Pichon, sa voisine, s'ennuie un peu la journée car son mari n'est pas là. Alors, Octave joue le bibliothécaire et lui prête des livres de George Sand. Marie, très naïve à cause de son éducation, a des remerciements un peu bizarres qui éveillent le désir d'Octave. À la fin du roman, Marie aura 3 enfants ; on peut penser qu'Octave est le père de deux d'entre eux. Puis, il y a la fameuse madame Hédouin, Caroline, belle, sérieuse, correcte, bref, pas d'excitée ni de trop naïve comme les précédentes ! Octave, qui aide de plus en plus madame Hédouin, profite d'une vente du lundi pour essayer de la séduire... l'échec sera tellement cuisant que, Octave, honteux, surtout à la vue de Gasparine, décide de quitter le "Bonheur des Dames" pour aller s'installer chez ses voisins, Berthe et Auguste Vabre. Il faut rappeler que Berthe de nom de jeune fille Josserand courait vraiment le mari, à l'aide de postures apprises par sa mère, de dentelles achetées par son père.. Leur mariage s'est décidé sur un coup de tête. Alors, Octave, séduit par "la cuisine douteuse" de Berthe, décide de séduire la Parisienne. Et ça marche ! Sauf que cela ressemble beaucoup à de la prostitution : il faut passer par des chapeaux à cent francs et des châles à trois cents francs - de l'époque - pour en arriver là. À la fin, l'histoire devient très lassante et Octave se rend compte que c'est un véritable attrape-nigaud, surtout lorsque ils se font prendre par le mari. Du coup, il va en avoir plus que largement assez des femmes. L'histoire se termine sur le mariage d'Octave et de madame Hédouin. En effet, monsieur Hédouin, d'abord malade meurt, le père de madame Hédouin, monsieur Deleuze l'est depuis longtemps, et son frère agonise. Caroline se rend alors compte qu'elle a besoin d'un homme pour mener ses affaires et propose à Octave le mariage. Celui-ci est abasourdi et cela ne lui fait ni chaud ni froid.

Pour savoir ce qu'est devenu Octave un an après la fin de Pot-Bouille, il faut lire Au Bonheur des Dames, dans lequel Octave a changé après ses frasques, mais son magasin a fait de même.

L'une des familles que Zola décrit le plus longuement et avec le plus d'humour est celle des Josserand, où la mère (Mme Josserand, mère de Berthe Vabre) règne en tyran, terrorisant mari, filles et domestiques. Son unique ambition : marier ses filles, en trouvant pour elles de bons partis. Pour cela, elle les entraîne à « la chasse aux maris », leur expliquant que l'amour est secondaire, les hommes étant par nature foncièrement méprisables.

Les personnages

Maison de la rue de Choiseul

Rez-de-chaussé

Magasin de soie dont le gérant est Auguste Vabre.

Entresol

Auguste Vabre.

1er étage

Théophile Vabre, sa femme Valérie (fille de M. et Mme Louhette) et leur fils Camille.

Alphonse Duveyrier, sa femme Clotilde (fille de M. Vabre) et leur fils Gustave, 16 ans. Vit aussi chez les Duveyrier le père de Clotilde, M. Vabre, propriétaire de l'immeuble. Alphonse Duveyrier deviendra, à la mort de M. Vabre, le nouveau propriétaire de l'immeuble.

2e étage

Monsieur inconnu « qui fait des livres », sa femme et ses deux enfants.

Plus tard : Auguste Vabre avec sa femme Berthe (fille de M. et Mme Josserand) et son frère Saturnin Josserand.

3e étage

Mme Juzeur.

Un locataire inconnu.

Achille Campardon, sa femme Rose (fille de M. et Mme Domerge, et amie de M. et Mme Mouret) et leur fille Angèle, 14 ans. Plus tard, Gasparine (la cousine de Rose et maîtresse d'Achille) s'installe avec eux.

4e étage

Octave Mouret (fils de François Mouret et Marthe Rougon).

Jules Pichon, sa femme Marie (fille de M. et Mme Vuillaume) et leur fille Lilitte.

M. Josserand et sa femme Éléonore (fille de Bachelard) avec trois de leurs quatre enfants : Hortense, Berthe et Saturnin.

5e étage

???

6e étage (l'étage des domestiques)

Lisa et Victoire (domestiques chez les Campardon). Hipolyte, Clémence et Julie (domestiques chez les Duveyrier). Louise (domestique chez Mme Juzeur). Adèle (domestique chez les Josserand). Françoise (domestique chez Théophile et Valérie Vabre). Rachel (domestique chez Auguste et Berthe Vabre).

Autres personnages

Narcisse Bachelard (frère d'Éléonore Josserand);

Clarisse Bocquet (maîtresse de M. Duveyrier et d'un peu tout le monde);

Mme Dambreville (maîtresse de Léon Josserand);

M. Gourd (concierge de la maison de la rue de Choiseul) et sa femme;

Gueulin (neveu de Narcisse Bachelard);

Caroline Hédouin (née Deleuze), mariée à Charles Hédouin, propriétaires de la boutique Au Bonheur des Dames. Après la mort de son mari, elle épouse Octave Mouret;

Léon Josserand (fils de M. et Mme Josserand);

Dr. Juillerat;

L'Abbé Mauduit;

Fanny Menu, dite Fifi (maîtresse de Narcisse Bachelard et plus tard, femme de Gueulin), vivant chez la sœur de son père;

La Mère Pérou (vieille femme employée et exploitée par M. Gourd);

Raymonde (nièce de Mme Dambreville, future épouse de Léon Josserand);

Théodore, professeur de piano et amant de Clarisse Bocquet;

Trublot;

M. Verdier (amant de Hortense Josserand).

Source de ce résumé

Une étude de l'oeuvre

Site disposant d'études sur les personnages des Rougon-Macquart

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (3,00/ 5 pour 2 votes)
Loading...

Mathieu

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide