Identifier le livre

Titre : Dans la guerre

Auteur : Alice FERNEY

Genre : roman

Langue originale : français

Année originale : 2003

Editeur : Actes sud, 481 pages

en poche, collection J'ai lu, 380 pages

Biographie de l'auteur

Alice Ferney conjugue sa vie de professeur de sciences économiques à l'université
et de romancière confirmée avec sa vie de famille : elle est mariée et
mère de trois enfants. En 1997, elle reçoit le prix Culture et
Bibliothèques pour tous pour 'Grâce et dénuement'. Dans ses romans,
elle aborde avec brio et sincérité les thèmes de la féminité, de la
maternité, de la différence des sexes et du sentiment amoureux. L'Elégance des veuves, Grâce et dénuement, et La Conversation amoureuse sont parus simultanément en novembre 2004.

Résumé

Le récit court du 2 août
1914 à l'armistice, le 11 novembre 1918.
Jules Chanbredoux, paysans landais, est mobilisé comme des millier d'autres. Il laisse tout derrière lui, sa femme, son fils de 2 ans, sa mère, son frère, son chien, sa ferme, sa vie... Nous allons vivre avec Jules les déplacements d'un bout de la France à l'autre, les marches, les rencontres, mais aussi les batailles, les moments de découragement, les amitiés. Jules écrit à sa femme, laquelle affronte sa belle-mère. Alice Ferney suit son soldat
à la trace, passe de l'infiniment petit (un homme au front) à
l'infiniment grand (les vastes batailles), relate le quotidien des
tranchées et celui des femmes restées à l'arrière, à la terre, dans
l'attente, et peint un tableau entier de la Grande Guerre.

Portrait d'un personnage

Paradoxalement, le personnage qui m'a le plus surpris n'est pas humain : il s'agit de Prince, le colley de Jules. Car Jules a la chance d’avoir auprès de lui son chien qui a traversé la France
pour le rejoindre au front. Un officier a vite compris les avantages
qu’on pouvait tirer de la présence d’un chien et lui a permis de rester. Le dressage du «
chien-soldat » démarre. Patrouilleur, sentinelle, aide-infirmier, confident muet, on découvre avec Prince le rôle de ces compagnons silencieux, qui sauvèrent des vies humaines et permirent à beaucoup de tenir le coup moralement.

Mon commentaire

Récit de la première guerre mondiale de l'intérieur (d'où le titre), du point de vue d'un soldat au front et de sa femme restée au pays. Très beau, très sensible, très "Alice Ferney". Très belle description de la souffrance morale, de la fidelité, de l'amitié, du rapport à la nature, bref, de l'humanité qui subsiste dans l'horreur de la guerre. De la lenteur également (mais la guerre était longue). D'ailleurs j'ai mis étonnament très longtemps à lire ce livre, près d'un mois. Il est très bien écrit mais décidément, je n'aime pas le rythme qu'Alice Ferney donne à son texte en ne détachant aucun dialogue. Mais si cette lenteur m'a contrarié, je dois reconnaître qu'elle sert le récit et le thème exploré par la romancière.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (5,00/ 5 pour 1 votes)
Loading...

Maelys

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide