C'était après un dîner d'amis, de vieux amis. Ils étaient cinq : un
écrivain, un médecin et trois célibataires riches, sans profession.
On avait parlé de tout, et une lassitude arrivait, cette lassitude
qui précède et décide les départs après les fêtes. Un des convives qui
regardait depuis cinq minutes, sans parler, le boulevard houleux,
étoilé de becs de gaz et bruissant, dit tout à coup :

- Quand on ne fait rien du matin au soir, les jours sont longs.
- Et les nuits aussi, ajouta son voisin. Je ne dors guère, les
plaisirs me fatiguent, les conversations ne varient pas ; jamais je ne
rencontre une idée nouvelle, et j'éprouve, avant de causer avec
n'importe qui, un furieux désir de ne rien dire et de ne rien entendre.
Je ne sais que faire de mes soirées.

Et le troisième désoeuvré proclama :

- Je paierais bien cher un moyen de passer, chaque jour, seulement deux heures agréables.

Alors l'écrivain, qui venait de jeter son pardessus sur son bras, s'approcha.
- L'homme, dit-il, qui découvrirait un vice nouveau, et l'offrirait
à ses semblables, dût-il abréger de moitié leur vie, rendrait un plus
grand service à l'humanité que celui qui trouverait le moyen d'assurer
l'éternelle santé et l'éternelle jeunesse.

Le médecin se mit à rire ; et, tout en mâchonnant un cigare :
- Oui, mais ça ne se découvre pas comme ça. On a pourtant rudement
cherché et travaillé la matière depuis que le monde existe. Les
premiers hommes sont arrivés, d'un coup, à la perfection dans ce genre.
Nous les égalons à peine.

Un de ces trois désoeuvrés murmura :

- C'est dommage !

Puis au bout d'une minute il ajouta :
- Si on pouvait seulement dormir, bien dormir sans avoir chaud ni
froid, dormir avec cet anéantissement des soirs de grande fatigue,
dormir sans rêves.

- Pourquoi sans rêves ? demanda le voisin.

L'autre reprit :
- Parce que les rêves ne sont pas toujours agréables, et que
toujours ils sont bizarres, invraisemblables, décousus, et que,
dormant, nous ne pouvons même savourer les meilleurs à notre gré. Il
faut rêver éveillé.

- Qui vous en empêche ? interrogea l'écrivain.

Le médecin jeta son cigare.
- Mon cher, pour rêver éveillé, il faut une grande puissance et un
grand travail de volonté, et, partant, une grande fatigue en résulte.
Or le vrai rêve, cette promenade de notre pensée à travers des visions
charmantes, est assurément ce qu'il y a de plus délicieux au monde ;
mais il faut qu'il vienne naturellement, qu'il ne soit pas péniblement
provoqué et qu'il soit accompagné d'un bien-être absolu du corps. Ce
rêve-là, je peux vous l'offrir, à condition que vous me promettiez de
n'en pas abuser.

L'écrivain haussa les épaules :
- Ah ! oui, je sais, le haschich, l'opium, la confiture verte, les
paradis artificiels. J'ai lu Baudelaire ; et j'ai même goûté la fameuse
drogue, qui m'a rendu fort malade.

Mais le médecin s'était assis :

- Non, l'éther, rien que l'éther, et j'ajoute même que vous autres, hommes de lettres, vous en devriez user quelquefois.

Les trois hommes riches s'approchèrent. L'un demanda :

- Expliquez-nous-en donc les effets.

Et le médecin reprit :
- Mettons de côté les grands mots, n'est-ce pas ? Je ne parle pas
médecine ni morale ; je parle plaisir. Vous vous livrez tous les jours
à des excès qui dévorent votre vie. Je veux vous indiquer une sensation
nouvelle, possible seulement pour hommes intelligents, disons même :
très intelligents, dangereuse comme tout ce qui surexcite nos organes,
mais exquise. J'ajoute qu'il vous faudra une certaine préparation,
c'est-à-dire une certaine habitude, pour ressentir dans toute leur
plénitude les singuliers effets de l'éther.
Ils sont différents des effets du haschich, des effets de l'opium
et de la morphine ; et ils cessent aussitôt que s'interrompt
l'absorption du médicament, tandis que les autres producteurs de
rêveries continuent leur action pendant des heures.
Je vais tâcher maintenant d'analyser le plus nettement possible ce
qu'on ressent. Mais la chose n'est pas facile, tant sont délicates,
presque insaisissables, ces sensations.

C'est atteint de névralgies violentes que j'ai usé de ce remède, dont j'ai peut-être un peu abusé depuis.
J'avais dans la tête et dans le cou de vives douleurs, et une
insupportable chaleur de la peau, une inquiétude de fièvre. Je pris un
grand flacon d'éther et, m'étant couché, je me mis à l'aspirer
lentement.
Au bout de quelques minutes, je crus entendre un murmure vague qui
devint bientôt une espèce de bourdonnement, et il me semblait que tout
l'intérieur de mon corps devenait léger, léger comme de l'air, qu'il se
vaporisait.
Puis ce fut une sorte de torpeur de l'âme, de bien-être somnolent,
malgré les douleurs qui persistaient, mais qui cessaient cependant
d'être pénibles. C'était une de ces souffrances qu'on consent à
supporter, et non plus ces déchirement affreux contre lesquels tout
notre corps torturé proteste.
Bientôt l'étrange et charmante sensation de vide que j'avais dans
la poitrine s'étendit, gagna les membres qui devinrent à leur tour
légers, légers comme si la chair et les os se fussent fondus et que la
peau seule fût restée, la peau nécessaire pour me faire percevoir la
douceur de vivre, d'être couché dans ce bien-être. Je m'aperçus alors
que je ne souffrais plus. La douleur s'en était allée, fondu aussi,
évaporée. Et j'entendis des voix, quatre voix, deux dialogues, sans
rien comprendre des paroles. Tantôt ce n'étaient que des sons
indistincts, tantôt un mot me parvenait. Mais je reconnus que c'étaient
là simplement les bourdonnements accentués de mes oreilles. Je ne
dormais pas, je veillais ; je comprenais, je sentais, je raisonnais
avec une netteté, une profondeur, une puissance extraordinaires, et une
joie d'esprit, une ivresse étrange venue de ce décuplement de mes
facultés mentales.
Ce n'était pas du rêve comme avec le haschich, ce n'étaient pas les
visions un peu maladives de l'opium c'était une acuité prodigieuse de
raisonnement, une nouvelle manière de voir, de juger, d'apprécier les
choses de la vie, et avec la certitude, la conscience absolue que cette
manière était la vraie.
Et la vieille image de l'Écriture m'est revenue soudain à la
pensée. Il me semblait que j'avais goûté à l'arbre de science, que tous
les mystères se dévoilaient, tant je me trouvais sous l'empire d'une
logique nouvelle, étrange, irréfutable. Et des arguments, des
raisonnements, des preuves me venaient en foule, renversés
immédiatement par une preuve, un raisonnement, un argument plus fort.
Ma tête était devenue le champ de lutte des idées. J'étais un être
supérieur, armé d'une intelligence invincible, et je goûtais une
jouissance prodigieuse à la constatation de ma puissance...
Cela dura longtemps, longtemps. Je respirais toujours l'orifice de
mon flacon d'éther. Soudain, je m'aperçus qu'il était vide. Et j'en
ressentis un effroyable chagrin.

 

Les quatre hommes demandèrent ensemble :

- Docteur, vite une ordonnance pour un litre d'éther !

Mais le médecin mit son chapeau et répondit :

- Quant à ça, non ; allez vous faire empoisonner par d'autres !

Et il sortit.

Mesdames et Messieurs, si le coeur vous en dit ?

guy de maupassant

Besoin d'un professeur de Français ?

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 5,00/5 - 1 vote(s)
Loading...

Agathe

Professeur de langues dans le secondaire, je partage avec vous mes cours de linguistique !