Cet exposé a été réalisé dans le cadre d'une séquence sur le roman La Bête humaine, d'Emile Zola. Les références aux pages sont celles de l'édition "Les classiques de poche", du "Livre de poche".

Introduction

- Malgré des apparitions rares et relativement courtes (à part sa scène finale), Flore représente un personnage crucial au sein du roman. En effet,elle apparait à chaque fois en nous en apprenant plus sur un personnage ou un fait du roman (ex. le mal de Jacques). Dans sa dernière apparition, elle fera même dérailler la Lison, ce qui aura pour conséquence de rapprocher Jacques et Séverine, et qui entrainera son suicide.

Problématique: Comment et pourquoi Zola rend-il ce personnage apparemment secondaire si important au sein du roman et quel intérêt Flore présente-elle pour le roman ?

Plan

- Présentation du personnage de Flore, ses caractéristiques et les images que Zola lui donne.

- Apparitions du personnage et analyse

- L'intérêt de Flore dans le roman

Présentation du personnage de Flore

  • Flore est une jeune fille de 18 ans, qui vit dans la maison de garde-barrière de sa mère Phasie et de son beau-père Misard, la maison voisine de la Croix de Maufras. Ce détail a une importance puisque la Croix de Maufras est un des lieux clefs du roman, car il suscite beaucoup de convoitises. On peut donc déjà se dire que Zola a cherché à mettre en évidence ce personnage en la faisant habiter à cet endroit précis. Elle avait une petite soeur, Louisette, morte après avoir été abusée par Grandmorin. Ce détail similaire à Séverine montre encore une fois l'importance de Flore par les ressemblances et les liens qu'elle peut avoir avec les personnages principaux de l'histoire.

  • Flore n'est pas décrite comme quelqu'un de jolie, au contraire: p. 75 du chapitre 2, on en dresse une description peu flatteuse: "lire l'extrait". Zola la veut comme une vierge guerrière, c'est un terme qui revient d'ailleurs très souvent, par exemple p.94 et p.96. Sa chevelure est présentée comme un casque, une crinière, Zola utilise souvent le terme d' "abondante chevelure blonde". Elle a une personnalité assez spéciale, car elle repousse tous ses soupirants, comme pour garder une sorte de dignité. C'est une fille sauvage, depuis qu'elle est toute petite d'ailleurs, comme on l'apprend p.95: "lire l'extrait". Elle a souvent un comportement bestial, beaucoup de termes le montrent: par exemple galopant et bête furieuse p.93. Elle est impulsive, comme ce sera démontré dans la seconde partie de l'exposé. Un de ses grands plaisirs est d'aller se promener dans le tunnel, où elle marche dans le noir, elle y éprouve un grand plaisir, et dans ces moments, Zola utilise souvent la métaphore du galop.

  • Zola souhaitait faire apparaitre dans son roman deux femmes totalement différentes mais amoureuses du même homme. Dans ses notes préparatoires sur les personnages, il la décrit d'ailleurs en opposition avec Séverine, qui est féminine, passive, et possède des cheveux bruns et des yeux bleus. Flore, au contraire, est vigoureuse et forte: elle représente la femme blonde et sauvage. Au cours du roman, Zola lui donne plusieurs représentations de la guerrière. Tout d'abord, p.92, une Parque, qui dans la mythologie grecque, était une sorte de fileuse mesurant la vie des hommes. Ensuite, p. 94, la déesse Artémis, une déesse vierge, la déesse de la guerre, qui, en appercevant Actéon qui la regardait dans son bain, le tue. Comme Flore, elle s'abstient de tout contact avec les hommes. Puis, p. 94 toujours, il la décrit comme une sorte d'Amazone vaincue par l'amour de Jacques.

Apparitions du personnage

  • On peut déjà noter que Flore est présente dans pratiquement l'ensemble du roman, même si elle n'apparait réellement que 3 fois, aux chapitres 2, 7 et 10 (et aussi brièvement au chapitre 11 quand on évoque sa mort).

  • Sa première apparition est au chapitre 2, p. 75, où elle est décrite. Sa description apparait d'ailleurs avant celle de Jacques, ce qui montre déjà une réelle importance au sein du récit. On se doute immédiatement que c'est une battante, grâce aux détails "hanches solides" et "bras durs d'un garçon". Elle n'apparait ici que brièvement, mais revient dans la conversation quand Jacques parle avec tante Phasie, ce qui montre qu'elle est importante, Zola veut peut-être nous faire comprendre ici que malgré ses apparitions courtes, c'est un personnage qu'il ne faut pas oublier.

  • Elle apparait ensuite plus loin au chapitre 2, dans les bois avec Jacques, où elle discute avec lui en toute simplicité, et où on apprend nottament qu'elle repousse ses soupirants. Cela nous dévoile un second trait de son caractère, elle nous semble de plus en plus sauvage. Dans le paragraphe décrivant sa force, des termes de bestialité reviennent, elle est même qualifiée de bête furieuse: "lire l'extrait". Quand on apprend qu'elle aime Jacques, on peut se demander si ce n'est pas pour cela qu'elle repousse tous ses soupirants; un seul l'intéresse, et c'est Jacques. Cet amour lui donne un côté humain. Son embrassade avec Jacques est décrite comme un combat; comme si son côté sauvage l'empéchait de vivre un véritable amour, elle a envie de Jacques, mais elle résiste quand même, comme une sorte d'instinct de survie.

  • On la retrouve pour la dernière fois dans le chapitre deux quand elle aperçoit le cadavre. Elle a la "curiosité" des accidents, ce qui la rapproche de Jacques, qui a toujours voulu tuer quelqu'un pour voir enfin le sang et la mort.

  • Elle n'apparait ensuite qu'au chapitre 7, en ouvrant la marche à Misard, Ozil, Cabuche et les autres pour aller secourir les passagers de la Lison échouée. Elle est ici présentée comme la sauveuse. Zola nous apprend qu'elle guette chaque vendredi le train de Jacques, comme si elle se repentait de ne pas s'être donnée à lui dans les bois. En appercevant Séverine, elle blémit. Zola nous dévoile donc ici un second trait de son caractère: la jalousie. Quand elle surprend le couple en train de s'embrasser, elle éprouve un mélange de colère contre Séverine et contre elle-même qui s'est refusée, de tristesse et de culpabilité, et surtout de rage et de vengeance. P. 262, la notion de vengeance de Flore est évoquée pour la première fois, elle aura ensuite le temps d'y réfléchir jusqu'à sa prochaine apparition, au chapitre 10, où elle aura mis au point son plan: "lire l'extrait".

  • Nouvelle apparition au chapitre 10, à la mort de sa mère, où elle ne pleure pas, comme peut-être trop occupée par son désir de vengeance pour ressentir un autre émotion, puisqu'elle est déjà submergée par ce mélange de colère, de tristesse, et d'amour. Elle qui n'a pas l'habitude de se laisser prendre par ses émotions, elle ne pense sûrement pas beaucoup à la mort de sa mère, elle veut simplement mettre fin à cette tristesse. Elle ne vit plus que dans l'attente du train de Jacques, ce qui est à chaque fois une nouvelle déchirure pour elle quand elle voit Séverine dans le wagon. C'est une torture pour elle de les voir heureux. Elle voulait écrire à la justice, mais préfère se venger seule. Elle est impulsive et déterminée et on sait alors que rien ne l'arrêtera. Elle veut tuer Séverine ET Jacques, puisqu'elle comprend que Jacques ne veut pas d'elle, et qu'il lui est impossible de l'imaginer dans les bras d'une autre femme qu'elle. Peu importe s'il meurt, du moment que ce n'est pas Séverine qui profite du bonheur qui, selon son raisonnement, lui serait dû puisque c'est elle que Jacques a voulu en premier: "lire l'extrait". Elle pense bien aux passagers, mais se dit qu'elle ne les connait pas. Une fois son plan échaffaudé,elle se calme. L'idée de ne plus voir ce bonheur tous les vendredi semble suffir à lui remonter le moral. Quand Cabuche l'empêche de réaliser son plan, elle ne sait plus quoi faire, et agit une fois de plus sous le coup de l'impulsion, elle ne peut pas envisager de laisser passer le train, et prend alors la seule solution qui s'offre à elle. Elle ne réfléchit pas; selon sa logique, elle n'a pas le choix. Elle éprouve alors un grand bonheur, une sorte de soulagement. C'est seulement quand elle apperçoit Séverine qu'elle blémit, puisqu'elle se rend compte à ce moment qu'elle vient peut-être de tuer celui qu'elle aime, en laissant vivre celle qui est la cause de tous ses malheurs. Elle essaie alors de se rattraper en cherchant Jacques, et se heurte alors à l'évidence: elle vient de rapprocher le couple avec cet accident. C'est une déchirure pour elle, elle pense à tous les innocents qu'elle a fait mourir pour mettre au point cette vengeance qui n'a même pas abouti. Comprenant le désastre qu'elle vient de créer, elle éprouve à nouveau ce mélange d'émotions fortes, la colère, le dégoût, l'impuissance et la culpabilité et cède une nouvelle fois à ses pulsions et se suicide. Elle ne réfléchit pas, penser à tout ce qu'elle vient de faire est trop dur pour elle, elle préfère encore une fois la mort à l'évidence.

L'intérêt de Flore dans le roman

  • À chaque chapitre, Zola nous apprend un trait de son caractère fondamental : la sauvagerie, la jalousie et l'impulsivité. Dans le roman, il n'y a pas que les hommes qui sont victimes de leurs pulsions, les femmes aussi peuvent être dangereuses. D'ailleurs, en faisant la description de Flore, Zola pensait à la description de Cesare Lombroso pour "L'homme criminel", avec le front bas et une chevelure massive. Zola se sert du personnage de Flore pour deux raisons: d'abord pour nous dévoiler le mal de Jacques, puis pour nous donner un tableau obscur de la femme, en opposition avec Séverine, symbole de la femme parfaite, Flore est sauvage et cruelle. S'il lui arrive d'éprouver des émotions fortes, celles-ci se transforment en pulsions (l'amour se transforme en jalousie, elle éprouve un désir de vengeance qui la ronge et amène chez elle des pulsions meurtrières).

Conclusion

  • Zola fait de Flore un personnage important au sein du récit en lui accordant une personnalité bien marquée et des caractéristiques particulières, en faisant en sorte que ce caractère ait pour conséquence des actions clefs du récit, et surtout en la faisant toujours apparaitre en présence des personnages principaux à des moments cruciaux.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (5,00/ 5 pour 1 votes)
Loading...

Clément M

Freelancer et pilote, j'espère atteindre la sagesse en partageant le savoir que j'ai acquis lors de mes voyages au volant de ma berline. Curieux scientifique, ma soif de découverte n'a d'égale que la durée de demie-vie du bismuth 209.

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide