BTS: le détour

Séquence 2: la psychanalyse

Voir les Avertissements

Voir les Rappels théoriques

Voir les Rêves

Les actes manqués

a)Généralités

D’autres phénomènes laissent « s’échapper » l’inconscient[4] ; parmi eux, citons le lapsus (dire ou lire un mot pour un autre), l’oubli,la perte momentanée et même le petit air musical qui ne vous quitte pas. Ces phénomènes se nomment des actes manqués[5]. Ce sont desindicateurs qui révèlent des intentions qui ne nous sont pas accessibles directement par la conscience[6] . Là encore, l’inconscient, pour s’exprimer, use ainsi de ruses qui sont autant de détours. Ce sont ces détours qui, dans le cadre d’une analyse, constituent précisément le matériau de travail de l’analyste. Avec l’aide du patient, il va tenter de comprendre les intentions réelles du sujet afin de lui en faire prendre conscience. Quand ces intentions seront « remontées » à un niveau de conscience (préconscient ou conscience), le patient pourra libérer l’émotion qu’il a refoulée au moment où cette pulsion est née. Par ce processus, il va comme accepter celle-ci. Cette acceptation le conduira vers la voie de la guérison. Ces trois phénomènes d’actes manqués proviennent d’une fuite psychique devant tout ce qui est pénible. Ex : à la mort d’un proche, vous recherchez un objet précis qu’il vous est impossible de retrouver. Vous ne vous souvenez plus de l’endroit où vous l’avez mis. Or cet objet est en lien avec la personne chère et défunte. C’est à l’acceptation du deuil de celle-ci que vous parvenez à vous souvenir de l’endroit où ledit objet est entreposé.  

b)Cas du lapsus

Le lapsus peut apparaître lorsque l’attention est moins soutenue (moment de grande fatigue, par exemple). La plupart du temps, il témoigne de l’interférence de deux intentions (souvent contradictoires). C’est un processus de substitution. La vie psychique est un champ de bataille et une arène où luttent les tendances opposées (…) ; elle se compose de contradictions et de couples antinomiques. (Freud, Introduction à la psychanalyse, Petite bibliothèque Payot, p. 65)  A l’origine, il y a une résistance à s’avouer une intention et la conscience entre dans le déni, laissant cette pulsion dans l’inconscient. Mais il finit par sa rappeler à la conscience en utilisant cette stratégie du lapsus. Ex : En parlant de mon chien je dis « mon fils ». Je m’en rends compte, m’en amuse ou bien suis gênée de cette confusion, de ce lapsus. En m’interrogeant, je peux me demander si je n’ai pas pris un chien à un moment donné où j’avais un désir, que je n’arrivais pas à admettre, d’avoir un enfant. Le fait d’avoir adopté un chien m’a semblé naturel : il me semblait le vouloir. En réalité c’est un acte que j’ai accompli parce que, inconsciemment,je ne parvenais pas à assumer ce désir d’enfant. Le lapsus laisse alors s’exprimer cette part inconsciente de moi. Il est là pour me rappeler à l’ordre en quelque sorte et me faire admettre ce qu’à l’époque je n’ai pas pu reconnaître.  

c)Des exemples

Freud, Psychopathologie de la vie quotidienne, Chp. 5 : Les lapsus Freud cite un certains nombres de cas de lapsus relevés par ces soins. Son but : montrer que ces lapsus s’interprètent la plupart du temps comme la révélation d’un événement inconscient.


[4] Le vocabulaire utilisé laisse penser que l’inconscient a sa propre liberté d’action et que nous sommes en tant que sujets complètement passifs dans l’histoire. Evidemment, ce n’est pas aussi simple que cela. C’est toujours nous qui agissons, qui refoulons…mais Freud considère qu’il y a dans le psychisme humain différentes instances et plusieurs façons d’être conscients des choses (on parlera de niveaux de conscience). En droit, une telle acception pose problème dans la mesure où l’on peut se demander qui agit en nous lorsque nous commettons un crime atroce sans même nous en souvenir, par exemple. Faut-il juger un tel homme responsable de ses actes ou bénéficie-t-il de circonstances atténuantes, liées à une forme de folie ?

[5] Voir Freud, Psychopathologie de la vie quotidienne, 1901.
[6] A noter que l’expression « lapsus révélateur » est un pléonasme : un lapsus révèle le plus souvent quelque chose.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Aucun vote)
Loading...

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide