Un mouvement littéraire est un ensemble d'œuvres et leurs auteurs qui partagent des thématiques ou traits communs clairement définis. Parmi ces traits, on peut retrouver la vision de l'art, de la société, de l'existence ou des idées en général.

La majeure partie de ces courants de la littérature sont étudiés en cours de Français au Collège et au Lycée et il est nécessaire d'en connaître les origines, les fondements et les grands représentants afin de pouvoir en discuter dans une copie ou répondre à des questions sur le sujet.

Superprof vous propose de parcourir ces genres d'ouvrages en faisant un voyage à travers le temps, du XVIème siècle au XXème siècle en France, afin de vous donner une connaissance synthétique, concise et précise sur chaque mouvement littéraire !

Le XVIème siècle en littérature

Découvrez la liste chronologique des gentres littéraires français ! Au cours de sa vie, François Rabelais a utilisé plusieurs pseudonymes comme Alcofribas Nasier ou Séraphin Calobarsy, qui sont tous des anagrammes de son propre nom !

Le mouvement humaniste

"L'homme est la mesure de toute chose" - Platon, Protagoras

Ainsi peut se résumer le grand courant humaniste de la Renaissance en Europe. Cette phrase peut être considérée comme un éloge de la raison humaine et c'est bien ce que les humanistes représentent. L'humanisme est caractérisé par un retour aux textes antiques : en les commentant et en les analysant, les humanistes souhaitent y trouver des modèles de pensée.

Le mouvement humaniste, en redécouvrant les grands textes de l'Antiquité, affirme sa foi dans les capacités de connaissance que possède l'être humain. Il prône la liberté de l'être humain et se place en contraste total avec "l'obscurantisme" du Moyen Âge : un retour à l'intelligence et au savoir.

L'humanisme possède plusieurs objectifs distincts :

  • Placer l'Homme au centre des questions morales et philosophiques,
  • Encourager les disciplines scientifiques, les savoirs et la lecture des textes antiques,
  • Créer et diffuser l'art sous toutes ses formes,
  • Instruire les Puissants pour créer une société éduquée et éclairée,
  • Inciter l'Homme à méditer sur sa propre nature, son rôle et sa place.

Plusieurs écrivains sont représentatifs de ce mouvement. L'un des plus célèbres d'entre eux est Rabelais (1424-1553) avec Pantagruel (1532) et Gargantua (1534). Cet extrait de Pantagruel met en exergue la volonté de diffusion des savoirs :

"Maintenant toutes les disciplines sont restaurées, les langues mises à l'honneur : le grec, sans lequel il est honteux qu'on se dise savant, l'hébreu, le chaldéen, le latin. Des livres imprimés, fort élégants et corrects, sont utilisés partout, qui ont été inventés à mon époque par inspiration divine, comme inversement l'artillerie l'a été par suggestion du diable. Le monde entier est plein de gens savants, de précepteurs très doctes, de bibliothèques très vastes, au point qu'à l'époque de Platon, de Cicéron ou de Papinien, il n'y avait, à mon avis, autant de commodité d'étude qu'il s'en rencontre aujourd'hui; et il ne faudra plus dorénavant trouver en lieu et compagnie qui ne sera bien poli dans l'atelier de Minerve. Je vois les brigands, les bourreaux, les aventuriers, les palefreniers d'aujourd'hui plus savants que les docteurs et les prêcheurs de mon temps. Que dirai-je ? Les femmes et les filles elles-mêmes ont aspiré à cette gloire, à cette manne céleste du beau savoir" - Pantagruel, Chapitre VIII

D'autres auteurs sont aussi symboliques de l'humanisme, comme Thomas More (1478-1535) avec son œuvre Utopia de 1516 ; Érasme (1466-1536) et son Éloge de la Folie en 1509 ou encore Montaigne (1533-1592) et ses célèbres Essais (1580-1588).

L'école de la Pléiade

Désireuse d'exploiter toutes les ressources de la langue française, La Pléiade développe une poésie fondée sur l'imitation des modèles antiques :

"Se compose donc celui qui voudra enrichir sa langue à l'imitation des meilleurs auteurs grecs et latins : et à toutes leurs plus grandes vertus, comme à un certain but, dirige la pointe de son style" - Du Bellay, Défense et illustration de la langue française

Ces participants de l'humanisme tentent donc de retrouver l'inspiration qui a fait les grandes heures de la culture ancienne. Encore une fois, nous retrouvons un rejet total de la littérature médiévale, mais en plus on cherche à enrichir la langue française pour la mettre au centre des préoccupations de l'art.

Toutefois, la Pléiade est aussi paradoxale, puisque d'un côté elle sacralise la culture antique, les fureurs divines inspiratrices et la richesse des œuvres anciennes et d'un autre côté elle proscrit l'usage du latin en faveur du français et cherche à aller plus loin dans sa relation avec l'univers.

Ses formes sont multiples, mais on retrouve souvent la pléiade sous forme d'ode, d'hymne antique ou de sonnet. Ses thèmes principaux, quant à eux, sont généralement l'amour, la beauté des femmes, la mélancolie et la mise en valeur de l'art poétique.

La Pléiade est une brigade constituée de plusieurs auteurs et dont le groupe s'est modifié avec le temps :

  • Pierre de Ronsard (1524-1585),
  • Joachim du Bellay (1522-1560),
  • Jacques Peletier du Mans (1517-1583),
  • Rémy Belleau (1528-1577),
  • Antoine de Baïf (1532-1589),
  • Pontus de Tyard (1521-1605),
  • Étienne Jodelle (1532-1573),
  • Jean Dorat (1508-1588),
  • Guillaume des Autels (1529-1580),
  • Nicolas Denisot (1515-1559).

Parmi les plus grandes œuvres de ce mouvement, nous pouvons citer Les Amours de Cassandre de Ronsard (1552), Art Poétique de Jacques Peletier du Mans (1555) ou encore Les Regrets de Du Bellay (1558).

Le XVIIème siècle et le siècle des Lumières

Retrouver tous les mouvements de la littérature française ! Qui n'a jamais récité ces fameux vers : "Maître Corbeau, sur un arbre perché, Tenait en son bec un fromage. Maître Renard, par l'odeur alléché, Lui tint à peu près ce langage..."

Le courant baroque

Le baroque appartient à un grand mouvement artistique européen qui n'est pas seulement littéraire et qui apparaît à la fin du XVIème siècle et se termine au milieu du XVIIème siècle. S'opposant au classicisme, le baroque émerge dans une période troublée par les récentes découvertes et un contexte difficile, celui des Guerres de Religion.

Ce mouvement cherche à renouveler la vision de la réalité en mettant en scène les métamorphoses du monde et les illusions de l'âme humaine. Les écrivains baroques sont convaincus de l'incertitude du devenir de l'Homme. C'est un mouvement fantaisiste et plein de virtuosité.

Les écrivains les plus représentatifs du courant baroque sont Honoré d'Urfé (1568-1625), Théodore Agrippa d'Aubigné (1552-1630), Pierre Corneille (1606-1684) et Théopile de Viau (1590-1626).

Voici un extrait de Le Cid de Corneille (1636) qui dépeint la thématique du bonheur menacé et de l'instabilité de la vie :

"Quoi! Vous voulez encore refuser le bonheur
De pouvoir maintenant vous taire avec honneur?
Que prétend ce devoir, et qu'est-ce qu'il espère?
La mort de votre amant vous rendra-t-elle un père?
Est-ce trop peu pour vous que d'un coup de malheur?
Faut-il perte sur perte, et douleur sur douleur ?"

- Pierre Corneille, Le Cid, Acte V, Scène IV

On retrouve le baroque dans le théâtre, la poésie et les romans dans des jeux de forme, entre contrastes, hyperboles et intrigues complexes.

La mode de la préciosité

La préciosité est mouvement qui visait, de 1626 à 1662, à embellir la langue française. Il prit le nom des dames nobles oisives qui s'intéressaient à la littérature et que l'on appelait précieuses pour leur idéal du raffinement et leur noblesse de sang comme d'esprit.

Les précieuses sont les précurseurs des salons du XVIIIème siècle dans lesquels verront le jour les Lumières, mais aussi du libertinage. Plusieurs mots sont aussi passés d'une orthographe inutilement compliquée à une écriture plus simple, comme "autheur" qui est devenu "auteur" ou encore "aisné" qui est devenu "aîné". Les précieuses ont aussi inventé des expressions comme "trahir sa pensée" ou "se brouiller avec quelqu'un".

La préciosité a plusieurs objectifs à travers son art :

  • Développer un art de vivre raffiné,
  • Exalter l'amour galant,
  • Cultiver le mot juste et le trait piquant,
  • Développer les intrigues sentimentales complexes.

Les écrivains représentatifs du mouvement de la préciosité sont notamment Mme de La Fayette (1634-1693), Mlle de Scudéry (1607-1701) mais aussi des hommes comme Honoré d'Urfé.

La préciosité se retrouve souvent dans les formes brèves, le roman-fleuve ou la poésie amoureuse. Parmi les exemples d'œuvres célèbres, il y a Poésies de M. de Voiture de Vincent Voiture (1650) ou encore Cléopâtre de Gautier de Costes de La Calprenède (à partir de 1647).

Le classicisme littéraire

Entre 1650 et 1700, en guise de réaction à exubérance du baroque, le classicisme naît dans un style simple et naturel. Instruire et distraire sont ses maîtres mots et ses genres de prédilection sont le théâtre, la fable et le portrait, idéaux pour analyser la morale et la psychologie.

Le classicisme est un mouvement qui vise à affermir la culture nationale, à affiner la langue et à mettre en accord art et vie sociale grâce à des normes partagées. Il a aussi pour objectif de fonder les règles de la société sur les modèles de l'Antiquité et de créer de l'art avec goût et vraisemblance.

Ce courant littéraire est intimement lié à Louis XIV qui a réuni autour de lui des écrivains ayant tous le même idéal littéraire. Pour rester dans le thème, il fallait que le texte soit sobre, clair, imitant les auteurs anciens et ayant une volonté de plaire et d'instruire.

Les écrivains les plus représentatifs de ce mouvement sont notamment Molière, Racine, Jean de la Fontaine, Corneille, Boileau ou encore Mme de La Fayette. Les formes utilisées sont très nombreuses, allant du théâtre (tragédie ou comique) à la fable en passant par la maxime, le portrait ou le roman.

Voici un passage de l'une des œuvres les plus célèbres du classicisme, Tartuffe de Molière :

TARTUFFE

Couvrez ce sein que je ne saurais voir.

Par de pareils objets les âmes sont blessées,

Et cela fait venir de coupables pensées.

 

DORINE

Vous êtes donc bien tendre à la tentation ;

Et la chair sur vos sens fait grande impression !

Certes je ne sais pas quelle chaleur vous monte :

Mais à convoiter, moi, je ne suis point si prompte :

Et je vous verrais nu du haut jusques en bas,

Que toute votre peau ne me tenterait pas.

 

TARTUFFE

Mettez dans vos discours un peu de modestie,

Ou je vais sur-le-champ vous quitter la partie".

- Molière, Tartuffe, Acte III, Scène 2

Au sein même de la cour du roi, les classiques parvenaient à critiquer les contraintes sociales, politiques et morales de l'époque avec esprit, entre maximes, litotes et parallélisme des mots !

Le XVIIIème siècle : les Lumières

Les philosophes des Lumières représentent l'un des mouvements littéraires les plus importants de l'histoire de France. Révoltés du monde dans lequel ils vivent, ces auteurs s'engagent à répandre le savoir, à faciliter l'exercice de la raison et à combattre le despotisme tout comme l'obscurantisme.

 Les objectifs des Lumières étaient multiples au travers de leurs écrits :

  • Critiquer les préjugés religieux et sociaux,
  • Promouvoir la raison, le bonheur individuel et collectif,
  • Combattre l'intolérance et l'oppression,
  • Imaginer un monde nouveau fait de justice et de liberté.

Par les essais, les pamphlets, contes philosophiques, dialogues et romans, les Lumières font entendre une raison aux lettrés et aux puissants. Cette pensée sera en partie à l'origine de la Révolution Française de 1789, bien que les Lumières n'aient jamais appelées à un soulèvement de la sorte.

Voici un tableau récapitulatif des principaux philosophes des Lumières et de leurs œuvres :

PhilosopheDatesŒuvres Majeures
John Locke1632-1704Lettre sur la Tolérance, Essai sur l'Entendement Humain, Traité du Gouvernement Civil
Pierre Bayle1647-1706Dictionnaire Historique et Critique
Montesquieu1689-1755De l'Esprit des Lois, Lettres Persanes
Voltaire1694-1778Candide, Zadig, Traité sur la Tolérance, L'Ingénu, Micromégas, La Princesse de Babylone, Dictionnaire Philosophique
Rousseau1712-1778Du Contrat Social, Émile ou De l'Éducation, Les Confessions
Diderot1713-1784L'Encyclopédie, La Religieuse, Jacques le Fataliste et son Maître, Supplément au Voyage de Bougainville, Le Neveu de Rameau
D'Alembert1717-1783L'Encyclopédie
Beaumarchais1732-1799Eugénie, Le Barbier de Séville, Le Mariage de Figaro, La Mère Coupable
Marquis de Sade1740-1814Justine ou les Malheurs de la Vertu, Cent Vingt Journées de Sodome, Aline et Valcour, La Philosophie dans le Boudoir

Voici les premiers défenseurs de la liberté, de l'égalité et de la fraternité !

La littérature au XIXème siècle

Quels sont les grands courants littéraires en France ? "Mes amis, retenez ceci, il n'y a ni mauvaises herbes ni mauvais hommes. Il n'y a que de mauvais cultivateurs" - Victor Hugo

Le courant romantique

Le romantisme (qui s'étend à peu près de 1800 à 1850) est un mouvement littéraire et artistique né du rejet du classicisme et du rationalisme des Lumières. Les romantiques cherchent à exprimer leur sensibilité dans un rapport avec la nature, Dieu ou le peuple.

Les écrits romantiques cherchent également à découvrir ou redécouvrir les lieux et époques lointaines comme l'Orient et le Moyen Âge. Enfin, ils tendent à se libérer et à libérer tous les arts des contraintes classiques.

Parmi les écrivains les plus représentatifs de ce mouvement, on retrouve Chateaubriand (1768-1848), Lamartine (1790-1869), Victor Hugo (1802-1885) ou encore Alfred de Musset (1810-1857).

Voici un extrait de Chateaubriand reprenant les idées romantiques :

"L’imagination est riche, abondante et merveilleuse ; l’existence pauvre, sèche et désenchantée. On habite avec un cœur plein un monde vide, et sans avoir usé de rien on est désabusé de tout. L’amertume que cet état de l’âme répand sur la vie est incroyable ; le cœur se retourne et se replie en cent manières, pour employer des forces qu’il sent lui être inutiles" - Chateaubriand, Génie du christianisme (1802)

Entre poésie lyrique, drame, roman et nouvelle, le romantisme nous a donné des chef-d'œuvres de la littérature comme Notre-Dame de Paris (1831) !

Le réalisme et le naturalisme

Le réalisme est un courant qui vise à dépeindre la réalité de son temps en représentant tous les milieux sociaux, même les plus défavorisés. Le naturalisme, lui, suivent la continuité des réalistes en appliquant au roman les savoirs et méthodes scientifiques ainsi que les mécaniques sociales du milieu.

L'objectif est bien de représenter les Hommes comme ils sont vraiment dans des romans, contes ou pièces, jugées comme du bon sens face aux invraisemblances du romantisme. Pour cela, on utiliser la description, le discours indirect libre, la focalisation interne ainsi que l'effet de réel et l'exposé didactique des savoirs.

Parmi les œuvres les plus connues des réalistes et naturalistes, nous retrouvons :

  • Le Rouge et le Noir de Stendhal (1830),
  • La Comédie Humaine de Balzac (1842-1848),
  • Madame Bovary de Flaubert (1857),
  • Germinie Lacerteux de Goncourt (1865),
  • Les Rougon-Macquart de Zola (1871-1893).

Outre un rejet total de l'idéalisme, les réalistes et naturalistes souhaitaient dénoncer les problèmes sociaux de la société et en trouver les causes !

Le symbolisme à la fin du XIXème siècle

Le symbolisme est un courant littéraire qui part du principe que le monde réel n'est que le reflet d'un univers supérieur et invisible. Il s'oppose donc totalement au réalisme : il suscite l'imagination et la rêverie tout en explorant les ressources du langage sans craindre le risque d'hermétisme.

"Le monde est un interminable défilé de symboles" - John Gardner

Les grands auteurs de ce mouvement sont Mallarmé, Raimbaud, Verlaine ou encore Moréas. Ils utilisent notamment la poésie mais également le théâtre.

Les grands courants du XXème siècle

Que faut-il savoir sur les grands courants littéraires en français ? Écrivaine, réalisatrice, scénariste, éditrice, romancière, dramaturge, journaliste et féministe, autant de mots pour qualifier la grande Marguerite Duras (source : Pinterest.fr).

Le surréalisme en littérature

Le surréalisme est un genre de la littérature française qui cherche à exprimer la puissance des rêves et des désirs. S'appuyant notamment sur la psychanalyse, il tente de prouver l'importance du hasard dans la création poétique (notamment avec l'écriture automatique ou les jeux sur les mots).

Voici quelques unes des idées majeures du courant surréaliste :

  • Combattre la censure morale et contester l'ordre bourgeois,
  • Revendiquer la liberté de créer sans se limiter aux formes esthétiques établies,
  • Exprimer la puissance de l'inconscient (hasard, rêve, désir, folie),
  • Combattre la censure morale et contester l'ordre bourgeois,
  • Revendiquer la liberté de créer sans se limiter aux formes esthétiques établies,
  • Exprimer la puissance de l'inconscient (hasard, rêve, désir, folie),
  • Représenter l'homme et la société tels qu'ils sont,
  • Rendre compte des mécanismes sociaux qui déterminent la vie de l'individu,
  • Appliquer au roman les savoirs et méthodes scientifiques.

Les surréalistes comme André Breton, Paul Eluard ou Louis Aragon passent par la poésie, mais aussi les collages et les maximes afin d'explorer l'univers onirique mais aussi de mettre en avant la place de la Femme en tant que fusion du rêve, du réel et du désir ultime.

Le mouvement absurde

"Celui qui désespère des événements est un lâche, mais celui qui espère en la condition humaine est un fou" - Albert Camus

Tout comme le montre cette citation du Pape de l'absurde, les écrivains de ce mouvement dévoilent une image tragique de l'Homme dans un univers insensé et voué à l'échec, à la solitude ainsi qu'à la tristesse. Ils combattent contre les illusions idéalistes, mettent en évidence l'absurdité de la condition humaine et montrent les limites de la communication.

Ces auteurs pas vraiment positifs sur la vie sont notamment Albert Camus (L'Étranger, 1942 ; La Peste, 1947), Jean-Paul Sartre (La Nausée, 1938 ; Huis Clos, 1944), Eugène Ionesco (La Cantatrice Chauve, 1950 ; La Leçon, 1951, Le Roi se Meurt, 1962), Samuel Beckett (En Attendant Godot, 1953) et Arthur Adamov (Le Ping-Pong, 1955).

Le Nouveau Roman

Apparût vers le milieu du XXème siècle, le Nouveau Roman est un style littéraire qui transcende totalement les normes de bases du roman traditionnel : nouvelles formes narratives, nouveaux types de personnages, restitution de la pensée et des consciences et reconstitution de la complexité du monde sont au programme.

Dans ces romans, on retrouve toujours des objets décrits de manière froide et très précise. De plus, la chronologie est souvent bouleversée par des souvenirs du passé. Enfin, l'intrigue se passe souvent dans un lieu labyrinthique comme une ville ou à l'intérieur de soi, ce qui entraîne des répétitions de scènes.

Les auteurs majeurs du Nouveau Roman sont Alain Robbe-Grillet, Michel Butor, Nathalie Sarraute ou encore Marguerite Duras.

Voici un tableau récapitulatif des différents mouvements littéraires :

CourantConceptsAuteurs CélèbresŒuvres Majeures
HumanismePlacer l'Homme au centre des questions, diffuser les arts et les savoirsThomas More, Rabelais, Érasme, MontaignePatagruel, Gargantua, Utopia, Essais
PléiadeS'inspirer de la culture antique, enrichir la culture et la langueRonsard, Du Bellay, Jodelle, DoratLes Amours de Cassandre, Art Poétique, Les Regrets
BaroqueFantaisie, mettre en scène les métamorphoses du mondeUrfé, Aubigné, Corneille, ViauL'Illusion Comique, Les Tragiques, Œuvres Poétiques
PréciositéDévelopper une littérature raffinée, thèmes amoureuxMme de La Fayette, Mlle de Scudéry, UrféLa Princesse de Clèves, Poésies de M. de Voiture, Cléopâtre
ClassicismeInstruire et distraire, retrouver la simplicité , établir des règles pour chaque courantMolière, Racine, La Fontaine, Corneille, Boileau, Mme de La Fayette, La BruyèreLe Cid, Andromaque, Le Bourgeois Gentilhomme, Fables
LumièresSuivre la raison, combattre les injustices, le fanatisme, le despotisme, promouvoir la libertéVoltaire, Montesquieu, Rousseau, Diderot, BeaumarchaisCandide, Micromégas, De l'Esprit des Lois, Du Contrat Social
RomantismeExprimer sa sensibilité et son imagination, libérer les arts des contraintesVictor Hugo, Chateaubriand, Lamartine, Musset, Alexandre DumasHernani, Méditations Poétiques, Lorenzaccio, Mémoires d'Outre-Tombe
Réalisme et NaturalismeDépeindre la réalité, montrer les inégalités, utiliser les sciences dans le romanÉmile Zola, Stendhal, Honoré de Balzac, Gustave FlaubertMadame Bovary, Germinal, Le Rouge et le Noir, La Comédie Humaine
SymbolismeSuggérer l'existence d'un univers supérieur oniriqueRaimbaud, Verlaine, Mallarmé, MoréasSagesse, Poésies, Les Complaintes, Les Illuminations
SurréalismeExprimer les rêves, le hasard et les désirsAndré Breton, Paul Eluard, Louis AragonNadja, Le Paysan de Paris, Les Champs Magnétiques
AbsurdeCombattre l'idéalisme, montrer l'absurdité du monde et de l'humainAlbert Camus, Jean-Paul Sartre, Eugène Ionesco, Samuel Beckett, Arthur AdamovL'Étranger, Huis Clos, La Cantatrice Chauve, En Attendant Godot
Nouveau RomanNouvelles formes du roman (narration, personnages, thèmes)Marguerite Duras, Alain Robbe-Grillet, Michel Butor, Nathalie SarrauteLe Ravissement de Lol V. Stein, Le Planétarium, La Modification, Les Gommes

Vous savez désormais tout ce qu'il y a à savoir sur les styles d'œuvres littéraires majeurs de l'époque moderne et contemporaine ! Superprof peut vous aider à vous perfectionner en consultant nos autres fiches de Littérature ou en prenant des cours de français !

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (3,40/ 5 pour 5 votes)
Loading...

Mathieu

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide