Grammaire

Les déterminants du nom : articles et adjectifs

Ponctue les phrases suivantes selon que quel est adjectif interrogatif ou exclamatif.

  • Quel beau bébé …
  • Quels loisirs a donc cette jeune fille…
  • Peux-tu me dire quelles chaussettes je porte…
  • Quel imbécile …
  • Quel imbécile a mit du sel dans mon café…
  • Elle vivait dans ce taudis, quelle honte …
  • Sais-tu quelle sorte de soupe cette sorcière t’as servie…

Souligne les déterminants (articles et adjectifs) et indique leur nature

Un jour, pendant les vacances, nous sommes allés sur la plage de Berck. Cette journée était ensoleillée, mais quel vent ! Plusieurs cerfs-volants décoraient le ciel de leurs mille couleurs. Ce spectacle était magnifique. Pour Halloween, mon oncle a acheté une grosse citrouille et quelques déguisements.

Les pronoms

Relève les pronoms, indique leur nature et ce qu’ils représentent quand ils renvoient à un élément de la phrase.

  • Mon xylophone ? Je l’ai apporté.
  • Encore un effort… Voilà, vous y êtes !
  • Les fantômes, je n’y crois pas, les châteaux ne m’intéressent pas ; je n’ai aucune raison de vous rejoindre en Ecosse cet été !

Sujet et attribut du sujet

Souligne le sujet et le verbe d’état. Encadre l’attribut du sujet et précise sa nature.

  • Il est devenu quelqu’un.
  • Elle était folle de joie.
  • Cette voiture était performante.
  • Il était étudiant en 1975.
  • Il a l’air intelligent !
  • Vous semblez épuisés.

COD / COI/ COS

Souligne les COD et précise leur nature.

  • Ramène moi un bouquet de fleurs s’il te plait.
  • Il dit qu’il a chaud !
  • Appelle-moi demain.
  • Elle aimerait s’occuper de ce chaton.

Indique si les mots en gras sont des COD, COI ou des COS. Précise de quel verbe.

  • Voulez-vous du pain ?
  • Tout le monde parle de sa tarte aux pommes.
  • Je lui apporte des oranges tous les jours.
  • Reprendrez-vous de la tarte aux pommes ?
  • Que me demandez-vous ?
  • Je me préoccupe de sa santé.
  • Il nous a laissé une lettre.

L’attribut du COD

Souligne le COD et le verbe transitif. Encadre l’attribut du COD.

  • A force de regarder la télévision, tu vas te rendre idiot !
  • Je juge cet homme coupable.
  • Les épinards rendent les enfants costauds.
  • D’un coup de baguette magique, la fée a rendu le monstre tout petit.
  • Vous m’avez rendu fou !

L’adjectif qualificatif

Indique si les mots en gras sont des adjectifs qualificatifs ou des participes passés (nature) ? Précise s’ils sont épithètes ou attributs (fonction).

  • Enorme, ce lapin ne rentrera pas dans la cage !
  • On vendait sur le marché d’énormes lapins !
  • Un lapin énorme traversa soudain la route.
  • Epuisé, il s’endormit à table…
  • Affamé, il se jeta sur le poulet carbonisé.

Nature et fonction

Précise la nature et la fonction des mots.

Le toit de l’église est abîmé.

  • Nature :
  • Fonction :

Magali mage des raviolis.

  • Nature :
  • Fonction :

Nous allons travailler soigneusement.

  • Nature :
  • Fonction :

Il travaille avec méthode.

  • Nature :
  • Fonction :

Il est épaulé par elle.

  • Nature :
  • Fonction :

Nathalie est fière de son dessin.

  • Nature :
  • Fonction :

Elise prête une pelle à Louis.

  • Nature :
  • Fonction :

Adjectif verbal, participe présent, gérondif

Indique si les formes en –ant sont des participes présents, des adjectifs verbaux ou des gérondifs. Justifie ta réponse.

  • Les élèves participant à la kermesse seront dispensés de cours samedi matin.
  • Noël approchant, nous allons décorer toute la maison !
  • En sautant le dernier obstacle, la jument s’est blessée.
  • Il avançait sur des rochers pointus et glissants.
  • As tu acheté une table roulante ? C’est très pratique.
  • Nous sommes allés cueillir des fraises en chantant !

Les adverbes

Précise la nature des adverbes (opinion, interrogation, négation, liaison, temps, manière, quantité).

  • Hector, passez-moi mes chaussons puis préparez du thé.
  • Certainement monsieur. Monsieur a bien dormi ?
  • Pourquoi cette question Hector ?
  • Je ne voudrais pas que Monsieur soit fatigué.
  • Non ?
  • Voulez-vous que je revienne plus tard ?
  • Je vous le demande avec beaucoup de gentillesse.

Les propositions indépendantes, principales, subordonnées relatives

Chaque phrase est composée de deux propositions indépendantes juxtaposées. Transforme les afin d’obtenir une proposition principale et une proposition subordonné relative.

Exemple : On m’a donné un chaton ; ce chaton est gris.

  • On m’a donné un chaton qui est gris.
  • Il commanda une soupe à l’oignon ; il versa cette soupe sur la tête de son patron.
  • Hélène observa la lettre ; cette lettre était pliée de travers.
  • Je vous conseille la lecture du roman Madame Bovary ; ce roman a été adapté au cinéma.
  • Je me souviens de cette maison ; les volets de cette maison étaient bleus.

Relève les pronoms relatifs et nomme leurs antécédents.

  • Le bruit qui m’a fait peur n’était que le miaulement d’un chat.
  • Le toi en haut duquel je vais monter est abîmé.
  • Le roman dont je te parle est captivant.
  • La proposition subordonnée conjonctive introduite par « que »

Indique si que est un pronom relatif ou une conjonction de subordination.

  • Dis lui que nous venons.
  • Il me dit que nous abusons.
  • La guitare que tu vois m’appartient.
  • Prends le livre que tu veux.
  • Il jure que ce n’est pas lui !
  • Apporte moi l’album photo que j’aime tant.

Les compléments circonstanciels de temps et de lieu

Souligne les compléments circonstanciels de temps et de lieu.

  • Dans son laboratoire, Frankenstein créa une créature monstrueuse.
  • Un vieillard l’aperçut le lendemain à l’aube.
  • Le monstre lui dit qu’il s’apprêtait à partir pour la France car il voulait aller à Paris.

Cause et conséquence

Transforme chaque phrase pour inverser le rapport de cause en rapport de conséquence en utilisant si bien que, si … que, donc.

  • Parce que maxime s’est trop exposé au soleil, il a des cloques.
  • Faute d’avoir su garder le secret, caroline a fait souffrir Aurore.
  • Le chat t’a griffé car il ne supporte pas qu’on le touche !
  • Personne ne voudra partir avec toi, tant tu as mauvais caractère.
  • Les connecteurs logiques

Souligne les connecteurs logiques puis indique quelle relation logique implique chacun de ces connecteurs. (opposition, cause, conséquence, addition, explication)

Double « exploit » de l’argentine lors de la finale de la coupe du monde. En effet, pour la première fois à ce niveau, deux joueurs ont été expulsés après avoir commis une faute grave.

Relations logiques :

Qu’en est-il du téléphone mobile ? Tout d’abord, cet appareil révolutionnaire est léger, maniable, discret. Ensuite, il rend d’importants services puisqu’on peut l’emmener partout, à n’importe quel moment. Toutefois, son prix souvent trop élevé le rend inaccessible à certaines personnes. Par conséquent, il s’agit pour les fabricants de trouver la formule qui allie le service et la rentabilité.

Relations logiques :

Etude de texte, le discours

Les valeurs du présent

Précise la valeur du présent. (itératif, vérité générale, fait qui a lieu dans le passé ou le futur proche, présent d’énonciation)

  • Le marché s’installe sur la place samedi.
  • Ma soeur t’appelle dès son retour.
  • Le soleil se lève à l’est et se couche à l’ouest.
  • Le train part à l’instant.
  • Vous chantez trop fort, vous voyez pourtant que je me repose !

Emplois du passé simple et de l’imparfait

Précise pour chaque verbe en gras à quel temps il est conjugué et à quelle nuance cela correspond par rapport au contexte (action ponctuelle, répétition ou description).

Quand on arriva devant le magasin, on se mit à regarder dans la vitrine, et c’était formidable. Il y avait des tas de cadeaux terribles : des petites statues, des saladiers en verre avec des plis, des carafes comme celles dont on ne se servait jamais à la maison […]. Ce qu’il y avait de plus beau, c’étaient les statues. Il y en avait une avec un monsieur en slip qui essayait d’arrêter deux chevaux pas contents ; une autre avec une dame qui tirait à l’arc […]. Quand nous entrâmes dans le magasin, le monsieur vint vers nous, en faisant des tas de gestes avec les maisons.

-Allons, allons, nous dit-il, dehors !

-On est venu acheter un cadeau pour la maîtresse, dit Alceste.

-c’est combien ça ? demanda Clotaire en prenant deux chevaux sur le comptoir.

-Attention, c’est fragile ! cria le monsieur car Clotaire, qui était très maladroit, cassait toujours tout .

Sempé-Goscinny, Les récrés du petit Nicolas

Rétablis le passé.

Antoine Richis est des très loin le bourgeois le plus fortuné de tout le pays. Il possède des propriétés terriennes non seulement dans la région de Grasse, où il cultive l’oranger, l’olivier, le froment et le chanvre, mais aussi près de Vence et du coté d’Antibes, où il a des métayers. Il possède des immeubles à, Aix, des maisons à la campagne[…]. Pourtant, ce que Richis possède de plus précieux, c’est sa fille. Elle est son unique enfant, elle vient juste d’avoir seize ans, elle a les cheveux d’un roux profond et les yeux verts.

Suskind, Le parfum.

L’impératif présent

Quelle nuance exprime chacun des impératifs : ordre, conseil, défense, prière ou invitation ?

Armez-vous de patience, ne vous découragez pas !

Sortez d’ici !

Nageons jusqu’à la bouée.

Je vous en prie, aidez-moi !

Montre moi tes mains, vite !

Servez-vous du pain.

Relisez bien les consignes qu’on vous donne.

Les temps composés de l’indicatif (passé composé, passé antérieur, plus-que-parfait, futur antérieur).

Indique à quel temps les verbes en gras sont conjugués et précise quelle nuance exprime ce temps.

  • Philippe est en retard, il aura sûrement pris une mauvaise route.
  • Quand Léo eut raconté son histoire, ils se mirent tous à rire.
  • Quand nous avions terminé nos devoirs, nous nous retrouvions devant le cinéma.
  • Lorsque tu seras arrivé, téléphone-moi.
  • As-tu coupé le chauffage ? Je suis gelée !
  • J’ai ouvert la fenêtre.
  • Marion est partie.

Le mode subjonctif

Justifie l’emploi du mode subjonctif dans chaque phrase (ordre, supposition, souhait, imposé par la conjonction de subordination, imposé après un verbe de sentiment).

  • Pourvu que le professeur ne soit pas trop énervé !
  • Que le ciel exauce nos prières !
  • Il faut que je le voie.
  • J’attendrai près du pont jusqu’à ce que tu reviennes.
  • Bien qu’il fasse froid, ton grand-père a mis son short pour sortir.
  • Léa craignait qu’il ne fît froid.
  • Qu’elle sorte !

Mets le verbe entre parenthèses au mode et au temps qui conviennent.

  • Nous disposons au mieux les tables afin que tous les invités (pouvoir) ……………………. se voir.
  • Nous souhaitons que tu (venir)………………….
  • Il faudrait que je le (voir)……………………….
  • Bien qu’il (vivre) ……………………pendant de longues années en Afrique, nous sommes toujours restés amis.
  • Elle affirme que tu (avoir) …………………raison.
  • Prends ton jeu de cartes, je doute qu’il (faire) ……………………… beau demain.
  • Il est temps que nous (partir) …………………………
  • J’attends avec impatience qu’ils (arriver) ……………..
  • Je ne voudrais pas qu’elle (savoir …………………….que je (être) là.
  • Je doute que tu (prendre) …………….. le bon chemin !
  • J’ai inventé toute cette histoire pour que tu (venir)……………………
  • Il faut que tu (prendre) ……………………..ton mal en patience.
  • Fais comme tu veux, pourvu que tu (réussir)………………….
  • Qu’il (savoir) ……………………….à qui il a affaire !
  • Avant que tu ne (courir) ………………………..acheter ce cédérom, vérifie le bon fonctionnement de ton ordinateur.

Enoncé et situation d’énonciation (émetteur, récepteur, circonstances du message)

Relève les pronoms et indique s’ils renvoient ou non à la situation d’énonciation.

  • J’ai apporté mon livre. Où est le tien ?
  • Du pain ? Nous en apporterons.
  • Partez-vous à La Baule ou restez –vous ici ?
  • Rapporte moi cela.
  • Tous voulaient aller au cinéma mais personne ne connaissait les horaires des films.

Ces énoncés sont – ils ancrés dans la situation d’énonciation ou en sont ils coupés ? Dans le premier cas, relève mes mots qui sont des indices de la situation d’énonciation.

Mouquet, en s’en allant, se rencontra avec son père, le vieux Mouque, qui sortait aussi du Voreux ; et les deux hommes se dirent simplement au revoir.

Zola, Germinal.

Sans m’écouter, il m’expliqua que son livre chanterait la fraternité de tous les hommes.

J.-L. Borgès, Le livre de sable.

Dans la classe qui sentait les châtaignes et la piquette, il n’y avait que deux balayeurs qui déplaçaient les tables. Je m’approchais du poêle pour m’y chauffer paresseusement.

Fournier, Le grand Meaulnes.

 

« C’est tout ça ! On nous estropie les petits maintenant !… les deux jambes, mon Dieu ! Qu’est ce qu’on veut que j’en fasse ?

-Tais toi donc ! dit le docteur Vanderhagen, qui avait suivi pour panser Jeanlin. Aimerais-tu mieux qu’il fût resté là-bas ? »

Zola, Germinal.

Je dois partir maintenant ; on m’attend. Je vous parlerai de ce dossier la semaine prochaine. Vous n’êtes pas un peu fou, non, de donner des idées comme ça aux gosses ?

Sempé-Goscini, Les vacances du petit Nicolas.

Périphrase

Retrouve ce que désigne la périphrase.

  • Le meilleur ami de l’homme (faune) :
  • Le petit écran (vie quotidienne) :
  • Le septième art (art) :
  • La patrie des droits de l’homme (pays) :
  • La grande boucle (sport) :
  • Le quinze de France (sport) :
  • La cité phocéenne (une ville de France) :
  • La fleur des rois (botanique) :
  • La grande bleue (géographie) :
  • L’habit de lumière (culture) :

Emploie une périphrase pour désigner ces mots.

  • Le lion :
  • Le coq :
  • Le sapin :

La métonymie

Désigne quelque chose ou quelqu’un par l’une de ses particularités.

  • Le tout par la partie : une voile=un bateau
  • Le contenu par le contenant : boire un verre
  • L’objet par la matière : un cuir=un blouson en cuir
  • Un pluriel par un singulier : le français =les français.

A partir des métonymies suivantes :

  1. Retrouve le mode de construction (le tout par la partie, l’objet par la matière, etc.)
  2. Identifie la chose désignée.
  • Il a bu son bol.
  • Le contenu par le contenant.
  • Lait , café, chocolat…
  • Le gouvernement présente son projet.
  • Le voleur est derrière les barreaux.
  • Ils ont croisés le fer.
  • Finis ton assiette !
  • Le cheval est la plus belle conquête de l’homme.
  • Voulez vous une coupe ?
  • Tu as oublié tes Kleenex dans la voiture.
  • Je lui offrirai un cachemire pour son anniversaire.

Emploie une métonymie pour désigner ces mots.

Un tableau de Picasso :

Un couteau :

Un ruban adhésif :

Un logis :

Orthographe

L’accord du participe passé

Verbes non pronominaux

  • Auxiliaire être : accord avec le sujet
    • La mer est démontée ce matin.
  • Auxiliaire avoir : accord avec le COD s’il est placé avant le participe passé.
    • J’ai vu des baleines.
    • Décris-moi les baleines que tu as vues !

Verbes pronominaux

Le participe passé s’accorde avec le sujet pour les verbes pronominaux de sens passif et pour les verbes essentiellement pronominaux.

  • Ces voitures se sont bien vendues. (Verbe pronominal de sens passif)
  • Elle s’est enfuie. (Verbe essentiellement pronominal)

Pour les autres verbes pronominaux

Quand le COD est différent du pronom réfléchi se, le participe s’accorde avec le COD seulement quand ce COD est placé devant.

  • Chantal s’est offert des fleurs.
  • Voici les fleurs qu’elle s’est offertes.

Accorde les participes passés entre parenthèses comme il convient.

  • (Posé) ………………….. en travers, la grande table occupait la position centrale.
  • Ils se sont (parlé) ……………………….longuement.
  • Mes gants étaient (resté) ………………………dans ma valise !
  • L’homme n’avait pas (bougé) ………………………
  • La jeune maman devait être (penché) ………………sur son bébé.
  • Les valises que j’avais (laissé) …………………. à la gare ont été (récupéré) ………………. par mes neveux.
  • Pauline avait (décidé)………………………..de porter la robe bleue qu’elle avait (acheté) ………………. à Paris.
  • Ces mots, je les avais (entendu) …………………si souvent qu’il finissait par ne plus vouloir rien dire !
  • Marie et sa cousine sont (venu)…………………….. à la maison ; elle ne t’ont pas trouvé)………………….. et elles sont (reparti)……………………

Le pluriel des noms composés

  • Nom + nom = 2 noms s’accordent (des chiens-loups)
  • Adjectif + nom : l’adjectif et le nom s’accordent (des petites-filles)
  • Adjectif + adjectif= les deux adjectifs s’accordent (des sourds-muets)
  • Adverbe + nom : l’adverbe est invariable, le nom s’accorde (des avant-gardes)
  • Verbe + nom= le verbe est invariable, seul le nom s’accorde ( des tire-bouchons)

Sont invariables

  • Les adjectifs nu et demi s’ils sont placés devant le nom. (une demi-heure, des nu-pieds)
  • Les adjectifs en o (abrégé) (les îles anglo-normandes)

Transformez ses phrases en mettant le nom composé au pluriel.

  • Son passe-temps préféré est la peinture.
  • Le petit-gris est un escargot.
  • J’ai acheté un bloc-notes jaune.
  • J’ai oublié d’allumer mon réveille-matin !
  • J’ai téléphoné à ma belle-soeur.
  • Le maître- nageur est très attentif.
  • Le pêcheur a fait grillé des poissons-chats.

Tout / tous / toute(s)

Employé devant un adjectif dans le sens de tout à fait, entièrement, tout est adverbe et ne s’accorde pas.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (4,00/ 5 pour 3 votes)
Loading...

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide