Introduction

Montesquieu, philosophe des Lumières, et après avoir traversé toute l’Europe, il cherche à nous éclairer sur la situation politico-social de l’Europe en écrivant De l’Esprit des Lois, traité donc de sociologie et de politique, qu’il publie en 1748, et dans lequel il tente d’analyser comment le climat, les mœurs, l'économie, les lois ... ont influé sur les différents régimes politiques qui se sont succédés dans l'Histoire.

Dans cet extrait du chapitre 5 du livre 15, l'auteur se feint d'être l'avocat de l'esclavage des noirs en nous proposant un plaidoyer en neuf arguments.

Un réquisitoire

Etude de la structure du texte

1er paragraphe : présentation de la situation de communication.
N.B. : fait que Montesquieu présente celle-ci sous forme d'hypothèse :
Si + imparfait + conditionnel = entretient une ambiguïté puisque cette tournure peut exprimer à la fois le potentiel (pour l'adversaire) et l'irréel (pour le lecteur).
OBJECTIF : donner le signal que ce texte est à lire comme une pure hypothèse et que le plaidoyer annoncé est en fait un réquisitoire.

Paragraphes suivants : Dans la logique de ce qui est annoncé, il développe en neuf parties, les arguments du pseudo-plaidoyer :

·         2 arguments historiques et économiques situant le problème au niveau du travail -> 2 premiers paragraphes

·         2 arguments d'ordre racial (l.7-10) -> 2 paragraphes suivants

·         2 arguments fondés sur un raisonnement par analogie liés à la sagesse des nations (l.11-17) -> 2 paragraphes suivants

·         1 argument sociologique (l.18-20) -> paragraphe suivant

·         2 arguments religieux et politiques faisant culminer la thèse des esclavagistes et l'indignation de Montesquieu -> 2 derniers paragraphes

Chaque argument des esclavagistes se détruit lui-même

·         Prouver en quoi, ils se détruisent eux-mêmes.(cf explication linéaire)

Transition

On voit donc que la stratégie utilisée consiste à démonter de l'intérieur chaque argument des esclavagistes en montrant son ineptie. Reste qu'en parallèle, Montesquieu maîtrise aussi parfaitement tous les outils rhétoriques, et ceci rend son texte plus efficace.

Le pamphlet

(Pamphlet = cour extrait satirique qui attaque avec violence les institutions)

L'usage de l'antiphrase

Ex : l.3 : "Ils ont dû " : en fait, aucune nécessité n'apparaît dans la réalité : en aucun cas l'anéantissement d'une autre ethnie ne peut justifier l'asservissement d'une race.

La juxtaposition de petits paragraphes incisifs

Avantage : On peut passer sans transition d'un domaine à l'autre et donc accumuler en un minimum de temps différents arguments décisifs.
Ex : entre l'argument 6 et 7 : d'un raisonnement par analogie basé sur une perception gratuite des Egyptiens, on passe à une réflexion qui paraît venir d'une conversation entre mondains (l.18-21), ce qui permet à Montesquieu d'égratigner au passage la passion des nations civilisées pour l'or et de rappeler que, dans la traite des nègres, le troc se fait contre de la verroterie, et donc constitue un vol.

Des traits de bouffonnerie ou de burlesque

Ils apparaissent dans la présentation comme d'irréfutables arguments qui ne résistent pas à l'analyse.
Ex : Le rapport entre la couleur de la peau et l'essence de l'âme (l.11)
Ex : Les affirmations péremptoires par rapport au symbolisme des couleurs (ironie dans l'emploi de la tournure emphatique " d'une si grande conséquence ") (l.16-17)

Montesquieu use de l’ironie puisqu’il expose ses affirmations comme irréfutables, or cela est pour insister sur leur aspect absurde, donner exemples.

L'utilisation habile de deux raisonnements par l'absurde
(2 derniers arguments)

l.21-23, Montesquieu prête aux esclavagistes le raisonnement suivant :
-> Les chrétiens doivent traiter tous les hommes en frère
-> Or nous ne traitons pas les noirs comme nos frères
-> Donc les noirs ne sont pas des hommes
Ce qui conduit le lecteur à une conclusion diamétralement opposée :
-> Donc nous ne sommes pas de vrais chrétiens

l.24-25, même principe
-> Les princes d'Europe font beaucoup de conventions inutiles
-> Or ils n'en font pas en faveur des esclaves
-> Donc c'est qu'il n'y a pas lieu d'en faire
(Lecteur : Donc les princes d'Europe sont sans cœur)

Conclusion

Chaque argument de cette "plaidoirie " repose sur un argument vicié qui le rend inopérant, et ceci permet à Montesquieu de dénoncer différentes manières l'esclavage :

·         La mauvaise foi

·         Le détournement de la religion

·         L'égoïsme, le cynisme

·         La présentation comme sure d'arguments douteux

De l'Esclavage des nègres est brillant dans sa forme, il est aussi généreux et clairvoyant dans son ironie. Mais il faudra cependant attendre 1848 pour que l'esclavage soit définitivement aboli en France !

Explication

- Lignes 1 et 2 : phrase hypothétique qui montre qu'en réalité Montesquieu ne souhaite pas soutenir l’esclavage.

- " le droit " : ce mot indique une justification de l’esclavage (commerce triangulaire après découverte Amérique très répandu : abolition avec Guerre de cessecion au 19ème siècle)

argument 1 : de type économique et historique. Il y a une logique apparente grâce au lien de cause à conséquence et une idée de nécessité avec le verbe devoir. En apparence argument inattaquable. En réalité la logique est fausse : exploiter des terres ne nécessite pas de rendre des hommes esclaves. Montesquieu rappelle le massacre perpétué par les Européens contre le peuple d’Amérique. Cet argument, comme tout ceux du texte, est une antiphrase.

argument 2 : de type économique, logique exprimée par le système hypothétique. Réfutation de l’argument : le sucre est un produit de luxe et non de première nécessité. Il n’est donc pas acceptable qu’on maltraite des hommes pour la gourmandise d’autres. De plus, l’esclavage a pour but de réaliser un profit pour les Européens.

argument3 : physique ou esthétique. Logique dans le rapport cause / conséquence : " si...que " et dans l’affirmation péremptoire : " Il est presque impossible de ". Argument inacceptable car on ne doit pas juger quelqu'un d’après son apparence physique. C’est comme si les Européens se considéraient comme le modèle esthétique unique. Montesquieu dénonce l’intolérance physique.

argument 4 : de type religieux (= théologique) et esthétique. Logique apparente dans l’expression péremptoire : " on ne peut se mettre dans l’esprit que ". Il renforce l’argument par l’évocation de Dieu qui sert de " caution " mais les esclavagistes lui font dire ce qui les arrange. Ils transforment la sagesse divine. Selon eux Dieu ne considère pas les noirs comme porteurs d’une âme bonne. En réalité la sagesse divine véritable est que tous les hommes naissent égaux. Montesquieu dénonce le fait que les esclavagistes se déchargent de leurs responsabilités sur Dieu. Ce sont des manipulateurs.

Arguments 5 et 6 : ils utilisent des comparaisons avec d’autres peuples :

Argument 5 : La couleur de la peau est bien quelque chose d’important puisqu’il y a d’autres peuples que les occidentaux qui maltraitent les noirs. Les Asiatiques sont plus cruels puisqu’ils en font des eunuques. Logique apparente avec l’affirmation péremptoire : " il est si naturel de penser que " et rapport de cause à conséquence : " si... que ". Réfutation : Ce ‘est pas parce que les autres peuples maltraitent les noirs que les occidentaux doivent en faire autant. Les esclavagistes tentent une fois encore de se décharger de leur responsabilité

Argument 6 : les égyptiens tuaient les hommes roux comme les occidentaux maltraitent les noirs ; Logique apparente : " on peut juger " lien cause/conséquence : " Une si grande conséquence que ". Réfutation : les esclavagistes citent les égyptiens comme un exemple à suivre et pour montrer que leur attitude est bonne ils les qualifient de " meilleurs philosophes du monde " cf. Dieu

Argument 7 : de type sociologique et culturel qui fait référence au comportement social. Logique apparente : " Une preuve que.. c’est que " affirmation péremptoire. Cet argument critique un comportement aberrant des noirs vis à vis de la richesse. Réfutation : rien ne prouve que l’or soit la valeur suprême pour tout le monde (cf. L’Eldorado dans Candide de Voltaire) la richesse est relative selon les sociétés. La verroterie était ce que les esclavagistes proposaient aux noirs pour les faire monter sur les bateaux en leur faisant croire que c’étaient des objets de valeur. L’argument se moque d’un comportement voulu par les esclavagistes.

Argument 8 : de type théologique. Logique apparente avec la formulation péremptoire : " Il est impossible que ", rapport de cause avec " parce que " et un système hypothétique : " Si nous les supposions (...) on commencerait... ". Argument qui justifie l’esclavage : il y a un principe chrétien qui dit que tout les hommes sont égaux et qu‘on doit respecter son prochain. Pour rester en accord avec ce principe les esclavagistes affirment que les noirs ne sont pas des hommes. Ainsi ils restent des chrétiens. Réfutation : les esclavagistes modifient le principe chrétien qui interdit l’esclavage et qui dit que tout les hommes sont égaux.

argument 9 : de type politique. La logique apparente de l’argument : l’absence de réaction des princes vis à vis de l’esclavage signifie que ce n’est pas grave. Système hypothétique : " si elle était telle que... ne serait-il pas ", et la cause avec " car ". Réfutation : la cause véritable de l’absence de réaction des princes est le profit qu’ils ont dans l’esclavage. L’expression " conventions inutiles " laisse à penser que le gouvernement laisse de côté ce qu’il y a d’important : c’est une attaque directe de Montesquieu. " miséricorde " et " pitié " sont deux mots qui indiquent le sentiment de Montesquieu vis à vis des esclaves : comme ils sont à la fin du texte ils prennent un relief particulier.

Conclusion de l'analyse du texte

C’est un texte constitué de neuf arguments construits de la même façon (logique apparente). Ces neufs arguments font appel à cinq domaines : esthétique, sociologique, économique, religieux et politique. Texte dans lequel Montesquieu reproche aux esclavagistes de chercher à se donner bonne conscience et à se décharger de leur responsabilité en cherchant des exemples dans d’autres peuples et en transformant les préceptes religieux pour justifier leurs actes. Il leur reproche aussi leur intolérance (aspects physiques), de n’avoir aucun sentiment de pitié et de faire passer leurs intérêts personnels avant les gens.

Texte qui se rapproche de L’Eldorado et de le nègre de Surinam dans Candide de Voltaire.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (5,00/ 5 pour 1 votes)
Loading...

Clément M

Freelancer et pilote, j'espère atteindre la sagesse en partageant le savoir que j'ai acquis lors de mes voyages au volant de ma berline. Curieux scientifique, ma soif de découverte n'a d'égale que la durée de demie-vie du bismuth 209.

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide