Un contexte sombre

La mort au premier sens du terme est la cession d’une activité vitale qui s’est épandue sur une période temporelle précise. La fin du Moyen Age est une époque caractérisée par la tristesse et la désolation, nous n’y retrouvons guère de textes joyeux au contenu romantique faisant naître un sentiment d’espoir.

Les paysans, ainsi que les artisans ont dû mal à survivre ; famine, maladies et guerres sont souvent à l’ordre du jour. Certains idéaux, jadis en vogue, ont perdu de leur influence, c’est ainsi que l’idéal chevaleresque est méprisé et employé le plus souvent ironiquement.

Afin de mieux cerner le 15e siècle, il ne faut pas oublier d’évoquer l’absence d’art, de culture et d’intellect ce qui renforce la position des superstitions dictées par l’ordre ecclésiastique. Ce dernier manipule et profite en toute impunité de sa position.

La mauvaise situation politique et sociale explique donc ce climat décadent qui règne à cette époque. Il est alors plus facile de comprendre les envies suicidaires de la plupart des personnes. En effet on espère une vie meilleure dans l’au-delà, loin de la souffrance et du déclin social. À ce moment le desideratum de mourir occupe une position populaire au sein des communautés françaises, cela dit ce phénomène est rapidement contré par deux autres arguments.

Les meilleurs professeurs de Français disponibles
Cristèle
5
5 (56 avis)
Cristèle
50€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Julie
5
5 (82 avis)
Julie
75€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Albane
4,9
4,9 (99 avis)
Albane
65€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Koffi felicien
4,9
4,9 (46 avis)
Koffi felicien
21€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Chris
5
5 (132 avis)
Chris
96€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Jérémy
5
5 (60 avis)
Jérémy
25€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Julien
4,9
4,9 (49 avis)
Julien
60€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Patrick
5
5 (55 avis)
Patrick
65€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Cristèle
5
5 (56 avis)
Cristèle
50€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Julie
5
5 (82 avis)
Julie
75€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Albane
4,9
4,9 (99 avis)
Albane
65€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Koffi felicien
4,9
4,9 (46 avis)
Koffi felicien
21€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Chris
5
5 (132 avis)
Chris
96€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Jérémy
5
5 (60 avis)
Jérémy
25€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Julien
4,9
4,9 (49 avis)
Julien
60€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Patrick
5
5 (55 avis)
Patrick
65€
/h
Gift icon
1er cours offert !
C'est parti

Mort et religion

Le Grand Schisme d’Occident (1378-1417) plonge les croyants dans un déchirement des plus atroce, car l’existence de deux papotés différentes (Rome / Avignon), est perçue comme une catastrophe, qui outrage dieu. La plupart des personnes pensent qu’en contrepartie il a fermé le paradis et que le bonheur est donc inaccessible.

Le désir de mourir s’est métamorphosé en « horror mortis » qui est soutenu par un second argument religieux : Le suicide est un acte déshonorable et fermement contesté par l’église. Tout être ayant commis une telle affliction se voit refusé un enterrement, ce qui est indirectement synonyme de damnation. Finalement nous avons d’une part le désir vif de mourir, mais d’autre part la crainte justifiée de ne jamais accéder au bonheur suprême.

Littérature du 14ème siècle

Certaines œuvres de l’époque témoignent clairement de cette déchirure dont était victime toute une population. « Moi, douloureux homme, né en éclipse de ténèbres, en épaisses bruines de lamentation » tel est le vers du chroniqueur bourguignon Chastellain. Il réussit à transmettre facilement ses craintes, sa tristesse mais aussi son désespoir ; douleur, ténèbres et épaisses bruines sont au rendez-vous chargeant ainsi l’atmosphère lourde d’un épais voile noir. Ces quelques mots expliquent les raisons qui cultivent cette envi de mourir mais ils s’opposent aussi à la problématique précédente.

Olivier De La Marche, un des premiers poètes français, n’hésite pas à communiquer son indignation en utilisant des tournures choquantes : « Ces doux regards, ces yeux faits pour plaisance, Pensez y bien, ils perdront leur clarté, Nés et sourcils, la bouche d’éloquence Se pourriront… » N’est-ce pas là une pointe qui transmet clairement le sentiment de « horror mortis » ? Finalement tout pourrira et il ne restera plus rien !

La fameuse Ballade des Pendus de François Villon témoigne du sentiment répugnant que les citoyens éprouvaient à l’époque face à la mort. Le phénomène de décomposition est de nouveau décrit, avec la seule différence que l’intervention des pendus se voit déjà attribuer le caractère de morbidité. Cette description choquante, repoussante et exagérée transmet parfaitement bien le sentiment de crainte face à la mort. « Vous nous voyez cy attachez cinq, six : Quant de la chair que trop avons nourrie elle est piéça décorée et pourrie Et nous, les os, devenons cendre et poudre. »

À ces exemples s’ajoute aussi la contribution de Jean Maschinot qui explique carrément la problématique liée autour de la mort. Il désire tout simplement s’éteindre afin d’accéder au bonheur suprême, ceci dit l’auteur fait aussi allusion aux deux arguments qui s’opposent au désir de mourir. Heureusement après la tempête succède l’accalmie, l’histoire nous prouve bien que le gouffre est atteint au Moyen Age, désormais le temps est propice à la fleuraison des arts et de la littérature.

En effet, la renaissance succède au siècle de la mort, il est vrai que le changement ne s’est pas opéré du jour au lendemain, mais au fur et à mesure la situation s’améliore et le pessimisme semble s’estomper pour finalement atteindre au 17e et 18e siècle un point culminant. Comme quoi il ne faut jamais céder au désespoir, car une période meilleure suivra forcément, il s’agit juste d’une question de temps.

>

La plateforme qui connecte profs particuliers et élèves

Vous avez aimé cet article ? Notez-le !

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 5,00 (1 note(s))
Loading...

Agathe

Professeur de langues dans le secondaire, je partage avec vous mes cours de linguistique !