Résumé de Candide

Candide est dans  le château du baron de Thunder-ten-tronckh en Westphalie. Il aimait en secret la fille du baron, une demoiselle de 17 ans, Mademoiselle Cunégonde. Ensemble, ils suivaient les leçons du philosophe Pangloss «tout-en-langue» qui enseignait la métaphysique. Un jour, après le dîner, Candide embrassa Cunégonde derrière un paravent. Le baron les vit et chassa Candide à grands coups de pieds dans le derrière.

Candide est amené de force dans l'armée Bulgare. Il dut être fustigé trente six fois par tout le régiment suite à une promenade interdite. Il est gracié par le roi des Bulgares  qui empêche qu'on lui casse la tête. Il se retrouve dans le champ de bataille entre les Abares et les Bulgares où il assiste à une boucherie héroïque.

Candide  arrive en Hollande où il espère être mieux traité car c'est un pays chrétien. Mais il découvre l'intolérance. Il rencontre l'anabaptiste Jacquesqui lui donne à manger et qui soigne,  à ses dépens, le mendiant Pangloss que Candide a retrouvé. Tous les trois embarquent pour le Portugal. Jacques périt dans un naufrage, Candide et Pangloss sont arrivés quand il y a un tremblement de terre à Lisbonne. Ils assistent à un autodafé  organisé par l'Inquisition pendant lequel Pangloss est pendu et Candide fessé.

Soigné par une vieille, Candide retrouve Cunégonde  qui lui raconte son histoire.  Elle appartient à un juif don Issacharet au grand Inquisiteur. Candide tue les deux hommes.

Candide, la vieille et Cunégonde s'enfuient à Cadix. De là, ils embarquent vers l'Argentine  avec le valet Cacambo. Candide, recherché par les autorité portugaises, s'enfuit en laissant Cunégonde et la vieille chez le gouverneur de la ville qui est tombé amoureux d'elle.

Candide et Cacambo vont au Paraguay où le frère de Cunégonde est révérend jésuite. Il annonce au jeune baron qu'il veut épouser sa sœur. Le baron s'oppose en se jetant sur lui avec une épée. Candide, en se défendant, le tue.

Candide et Cacambo s'enfuient et se retrouvent dans le pays des Oreillonsqui veulent les manger mais leur font grâce comme étant ennemis des jésuites.

Ils arrivent dans l'Eldoradoen suivant le cours d'une rivière. C'est le pays où tout va bien: plein de diamants, pas de prisons, un roi proche de ses sujets. Candide quitte  au bout d'un mois ce pays avec cent moutons rouges, chargés d'or et de pierres précieuses pour retrouver Cunégonde.

Candide et son valet arrivent à Surinam. Ils voient un nègre étendu à terre et à qui il manquait une jambe et une main. Il est victime de l'esclavage du négociant Vanderdendur.

Les deux amis se séparent en se donnant rendez-vous à Venise. Cacambo part pour Buenos Aires à la recherche de Cunégonde, tandis que Candide, volé par Vanderdendur, embarque pour l'Europe.

Candide discute avec un vieux savant Martinpendant son voyage vers l'Europe. Ils arrivent en Franceoù Candide est volé et dupé.

Puis ils vont en Angleterreoù ils assistent à l'exécution d'un amiral.

Ils arrivent à Veniseoù ils rencontrent Paquette et frère Giroflée. Ils rendent visite à Pococurantéqui est un noble vénitien. Il passait pour l'homme le + heureux de la terre. Pendant le carnaval, Candide soupe avec 6 rois détrônés. Cacambo qui servait à table vient dire à Candide  de le suivre pour retrouver Cunégonde qui est esclave en Turquie.

Candide rachète Cacambo et ils partent pour Constantinople. Candide reconnait parmi les galériens Pangloss et le frère de Cunégonde. Il achète leur liberté  ainsi que celles de Cunégonde et de la vieille qui sont esclaves chez un prince.Cunégonde s'est enlaidie mais Candide l'épouse par bonté. Tout le monde fait partie de la métairie sauf le frère de Cunégonde qui est  renvoyé aux galères pour avoir refusé de donner la main de Cunégonde à Candide. Candide et ses amis sont allés consulter le dervicheafin de savoir pourquoi il y avait autant de mal sur la Terre. Il leur répond que Dieu n'a pas le temps de se préoccuper des humains et leur ferme la porte au nez. Au chemin du retour ils rencontrent un vieillard qui semblait heureux et paisible. Son secret du bonheur était de travailler. Candide et ses amis cultivèrent donc leur jardin.

Thèses de Candide

Voltaire critique la théorie optimiste de Leibniz qui estimait que l'humanité, placée sous le sage gouvernement de Dieu, vivait dans le moins imparfait des mondes possibles. Pangloss  symbolise cette théorie en disant: «tout est au mieux dans le meilleur des mondes».

Martin, représentant la doctrine  pessimiste, pense que le monde est dominé par le Mal. Ainsi il  fait douter Candide de l'optimisme de Pangloss.

Voltaire était déiste: il croyait en l'existence de Dieu mais il rejetait toute pratique religieuse. Il refusait d'admettre l'autorité de l'Église. Candide apprend qu'en Eldorado, les habitants croient en Dieu mais ils n'ont pas de prêtres car personne n'a besoin de guide pour vénérer Dieu.  Voltaire nous fait passer le message que c'est une folie de se laisser dicter sa conduite par des guides religieux qui prétendent savoir ce que Dieu veut ou ce qu'il ne veut pas.  Les religions sont intolérantes: chacune d'elle pense qu'elle possède la seule Vérité. Dans le pays des Oreillons les jugent paraissent raisonnables, à l'opposé de l'Inquisition.

Voltaire dénonce aussi le fanatisme religieuxqui incite les hommes à haïr ceux qui ne pensent pas comme eux et qui croient à un autre Dieu qu'eux (ex. guerres de religions entre catholiques et protestants.)

L'hypocrisie religieuseest dénoncée à travers l'exemple des protestants hollandais qui refusent d'aider Candide. C'est un homme qui n'a pas été baptisé qui l'aide. Et aussi à travers les personnes du juif don Issachar, et de l’Inquisiteur.

Voltaire dénonce la cruauté et l'absurdité de la guerreà travers la «boucherie héroïque du chapitre 3. Dans la guerre entre les Abares et les Bulgares, les innocents sont massacrés. Ce thème revient souvent, par exemple : la guerre entre les français et les anglais à propos du Canada.

L'obscurantismeest dénoncé à travers l'autodafé, qui selon la superstition des gens va arrêter le tremblement de terre.

Voltaire critique l'esclavagismeet particulièrement le commerce triangulaire des esclaves réalisé par les européens dans leurs colonies. Ces états n’hésitent pas à utiliser de véritables bandits comme Vanderdendur.

Il critique la violence faite aux femmes, considérées comme des objets sexuels (ch.3).

Voltaire souhaite un monarque aimable et familierqui n’exige pas qu’on s’aplatisse devant lui ou qu'on lèche la poussière de la salle. Absence de tribunaux et de prisons : un genre de « despotisme éclairé ». Une économie fondée sur le travail: Eldorado est une société qui encourage les activités utiles, comme la science, le commerce(les hôtelleries sont payées par l’État pour favoriser la circulation des marchands).

Dans l'Eldorado, la pauvreté n'existe pas, l'argent n'est pas important. Les pierres précieuses sont étalées sur la route. Tout est fondé sur le partage. Le mythe d’une société sans argentest un idéal inaccessible. Le noble vénitien Pococuranté nous montre que la  fortuneet l’abondancede biens ne font pas nécessairement le bonheur.

Refus de la métaphysique, méfiance vis à vis de la politique, choix d’un bonheur modeste dans le travail : telle est la triple morale du conte.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Aucun vote)
Loading...

Clément M

Freelancer et pilote, j'espère atteindre la sagesse en partageant le savoir que j'ai acquis lors de mes voyages au volant de ma berline. Curieux scientifique, ma soif de découverte n'a d'égale que la durée de demie-vie du bismuth 209.

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide