Nostalgie amoureuse

A- Thème de l’amour perdu

- passé d’un amour heureux (ligne 4)

- amants unis (ligne 7 et 9)

- peinture d’amants enlacés : métaphore (ligne 9)

- symétrie des deux êtres (ligne 7)

- amour perdu lors de l’écriture (ligne 7) => plus la réalité

- amour = eau qui coule => qui se perd

- imparfait = amour passé / (ligne 4) = souvenir

- passage de l’histoire personnelle à la généralisation (ligne 2 => ligne 13 => ligne 21)

- plus imparfait => impératif : présent de vérité général (ligne 13)

- répétition (ligne 13-14) => insiste sur fatalité

- (ligne 22) => le temps à beau passé l’amour ne reviens pas

- « ni » (ligne 20-21) insiste sur l’impossibilité

La douleur

- la douleur était annoncé (ligne 4, 10)

- (ligne 10) => ennemis de l’amour : annonce la fin

- (ligne 3) => souvenir pénible

- souvenir + espoir = illusion qui fait souffrir

- (ligne 16) il veut s’empêcher d’espérer

- douleur des exclamation : « comme » + anaphore

C- L’enfermement du sujet

- répétition « amour s’en va » (ligne 13-14) + « ni » (ligne 20-21)

- répétition du refrain

- poème cyclique => mime le cercle de la douleur

- (ligne 15) => vie insupportable

- refrain => poème enfermé dans cette vie il regrette de ne pas passé comme l’amour et le temps

Le poète et le temps

A- Thème du temps

- thème du temps ligné thème de l’amour, ils sont comparés à l’eau qui coule

- champ lexical (ligne 4, 5, 6, 10, 15, 19, 20)

- refrain : temps qui passe + vérité : aspect incessant de la fuite du temps

- verbe de mouvement (ligne 1, 9, 13, 14, 19, 22 + refrain)

- (ligne 1, 22) = cliché de l’écoulement de l’eau = écoulement du temps

- (ligne 13, 14, 19, 20 + refrain) : ces verbes disent l’amour emporté par la fuite du temps (ligne 20-21)

B- Fluidité du poème

- absence de ponctuation = écoulement

- les vers se complètent (ex : ligne 20-21)

- refrain = monotonie du temps

- alternance 10, 4, 6, 10 syllabes avec alternance long, court, court, long = bercement de l’eau

- eau = lien entre amour et temps

C- Le poète contre le temps

- poète écrit pour récité

- le pont Mirabeau est le pont où le poète regarde l’eau s’écoulé (ligne 6, 12, 18, 24)

- poète = fixe, stable => poésie qui demeure

- pont = fixe = poème entre le passé et le présent

- (ligne 9) => exprime la permanence dont il rêve + (ligne 10) => image éternité

- deux amants comme des statues

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Aucun vote)
Loading...

Clément M

Freelancer et pilote, j'espère atteindre la sagesse en partageant le savoir que j'ai acquis lors de mes voyages au volant de ma berline. Curieux scientifique, ma soif de découverte n'a d'égale que la durée de demie-vie du bismuth 209.

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide