"Les belles traductions, comme les belles épouses, ne sont pas toujours les plus fidèles." Esaias Tegnér (1782-1846)

Savoir traduire un texte anglais et le retranscrire fidèlement dans un français impeccable est un exercice incontournable pour de nombreux étudiants et élèves de la classe de Terminale, qui doivent désormais maîtriser dans le cadre du contrôle continu des cours anglais au lycée, ou bien pour être reçus aux concours d'entrée des grandes écoles. L'exercice, à priori facile, masque la difficulté de connaître à la fois l'anglais et également le français, dont certains payent les frais de leurs lacunes : étourderies, redondances, fautes d'orthographe, erreurs d'accords grammaticaux, mauvaise préparation... Partant, des pénalités peuvent être infligées aux candidats lors des épreuves d'admission aux concours. Pour éviter cela, nous vous avons préparé une fiche méthode sur la version anglaise !

5 conseils pour réussir une version en anglais

Quelles sont les étapes de traduction d'une version anglaise ?
Maîtriser l'art de passer d'une langue à l'autre : il faut connaître le vocabulaire et la grammaire !

De nombreux étudiants, pris par le temps, se lancent tête baissée dans la traduction de la première phrase dès le début de l'épreuve. Ce n'est pas un gage de réussite, car il ne faut jamais se précipiter : aller trop vite fait courir le risque de mésinterpréter un texte rédigé en langue anglaise. Voici quelques conseils à appliquer avant même de se lancer dans l'exercice.

D'abord lire le texte

Il est fondamental de lire le texte au moins une fois de bout en bout avant de saisir son stylo : cela, afin d'éviter les erreurs d'interprétation, de bien saisir le sens de l'histoire, le moment narratif, les personnage et la thèse de l'auteur dans l'extrait. Prendre connaissance avec le texte, saisir le sens de l'extrait permet de ne pas s'affoler, paniquer ou buter sur des mots de vocabulaire inconnus en début de texte. Des repères spatio-temporels et des éléments textuels peuvent être décelés dès le début du texte, ou se préciser au fil de la lecture : il faut donc lire au moins une fois un texte simple, deux à trois fois un texte plus compliqué.

Comment progresser avec des cours d'anglais en ligne ?

La temporalité du texte

Après la lecture, il faut veiller au temps du texte et aux changements de temporalité éventuels, notamment pour un texte narratif. Quel est le temps du texte : passé, présent, futur ? Notez au brouillon le temps dominant du récit, et pensez bien à la concordance des temps.

Le registre de langue

Avant la traduction encore, il est nécessaire de réfléchir à la tonalité du texte, au registre de langue. Chercher la date de publication de l'ouvrage ou de l'article : êtes-vous confronté à un texte contemporain, de l'époque moderne, du Moyen-Âge ? Et ensuite, le type du texte : s'agit-il d'un ouvrage de littérature, d'un article de presse ? Le texte est-il produit dans un langage familier, courant ou soutenu ? Comment les interactions entre les personnages sont-elles développées par l'auteur ? En fait, il s'agit de faire des choix de traduction plus précis selon le type de texte : par exemple, on traduira le you entre deux amis par un tutoiement, ou par un vouvoiement s'il s'agit d'une famille aristocratique au 19ème siècle ou d'une conversation entre deux personnes inconnues, etc. Pareillement, il faudra user d'un registre de langue équivalent en français à celui qui prévaut dans le texte : si l'auteur emploie un style familier, on traduira dans un langage familier en français. Cela requiert la connaissance d'un vocabulaire étoffé et de quelques synonymes !

Commencer à traduire

Sans l'aide d'un dictionnaire, il faut passer à la première mouture au brouillon de la traduction. Tentez de rester fidèle au texte et au sens de l'ouvrage, sans aller chercher des synonymes dans le dictionnaire. Ce premier jet devrait servir de base pour la suite, notamment pour optimiser la traduction finale, corriger les erreurs ou combler les manques en vocabulaire. Il ne faut jamais laisser de trou dans la version !

Une traduction avec des mots qui ne sont pas traduits, dont on n'a pas trouvé le sens, sera sanctionnée : il faut toujours proposer une traduction complète.

La relecture

Indispensable, la relecture permet d'identifier les éventuelles fautes d'orthographe, coquilles, redondances et non sens. Relire d'abord la traduction en français, puis relire attentivement, phrase après phrase, confrontée au texte d'origine. Cette étape peut paraître fastidieuse, mais elle permet d'éviter les oublis et morceaux de phrase, groupes de mots ou verbes. L'omission fait partie des erreurs les plus fréquentes et les plus sévèrement sanctionnées par les correcteurs et les jurys !

Comment améliorer son anglais ?

Les meilleurs professeurs d'Anglais disponibles
1er cours offert !
Laurent
4,9
4,9 (70 avis)
Laurent
25€
/h
1er cours offert !
Vera
4,9
4,9 (30 avis)
Vera
30€
/h
1er cours offert !
Foster
4,8
4,8 (153 avis)
Foster
20€
/h
1er cours offert !
Linda
5
5 (71 avis)
Linda
50€
/h
1er cours offert !
Nicole
5
5 (35 avis)
Nicole
48€
/h
1er cours offert !
Andrea
5
5 (33 avis)
Andrea
40€
/h
1er cours offert !
Sebastian
4,9
4,9 (53 avis)
Sebastian
28€
/h
1er cours offert !
Jérémy
5
5 (60 avis)
Jérémy
25€
/h
1er cours offert !
Laurent
4,9
4,9 (70 avis)
Laurent
25€
/h
1er cours offert !
Vera
4,9
4,9 (30 avis)
Vera
30€
/h
1er cours offert !
Foster
4,8
4,8 (153 avis)
Foster
20€
/h
1er cours offert !
Linda
5
5 (71 avis)
Linda
50€
/h
1er cours offert !
Nicole
5
5 (35 avis)
Nicole
48€
/h
1er cours offert !
Andrea
5
5 (33 avis)
Andrea
40€
/h
1er cours offert !
Sebastian
4,9
4,9 (53 avis)
Sebastian
28€
/h
1er cours offert !
Jérémy
5
5 (60 avis)
Jérémy
25€
/h
1er cours offert>

4 autres conseils pour réussir une traduction anglaise

Les blocages sur le vocabulaire

Ne pas paniquer si le texte contient des mots techniques, inconnus ou difficiles dont on ne saisit ni le sens, ni la traduction en français. Il arrive que les professeurs d'anglais disséminent ces mots complexes afin de tester leurs candidats : or il y a des chances pour que la majorité des étudiants méconnaissent ces termes difficiles. C'est la capacité d'interpréter le sens d'un mot par rapport à son contexte qui sera valorisée, même si l'on n'en a pas la définition.

Ne pas traduire mot à mot

C'est l'une des erreurs les plus fréquentes en traduction anglaise : le rendu en français d'une phrase traduite mot à mot peut être absolument hirsute, insensé, grammaticalement faux. A chaque phrase du texte anglais, il convient de se demander quel en est le sens et de réfléchir à la place de chaque mot dans la phrase anglaise, pour le retranscrire dans une phrase grammaticalement correcte en français.

Vous cherchez des cours d'anglais lyon ?

Lire en français

Puisqu'il faut avoir un bon niveau de langue française pour réussir la version anglaise, il est fondamental de lire un maximum, dans les deux langues. Par exemple, des romans, nouvelles, pièces de théâtre, des articles de presse et des magazines : cela permet d'étoffer sa connaissance lexicale et donc d'enrichir son vocabulaire. Vous pourrez plus aisément passer d'un champ sémantique à l'autre.

S'entraîner, encore et encore

S'entraîner tout au long de l'année précédant le concours est un moyen de développer des automatismes. L'exercice de la version anglaise exige d'acquérir des techniques spécifiques et que celles-ci découlent naturellement. Il n'y a qu'une recette pour ce faire : s'entraîner un maximum !

Les techniques simples de traduction

S'aider pour traduire : quelles techniques utiliser ?
Passer de l'anglais au français : mais je n'y arriverai jamais !

Pour passer de l'anglais au français, on peut d'abord retenir plusieurs techniques simples, qui seront facilement mobilisables. Il s'agit de trois procédés :

  • Le calque,
  • L'emprunt d'usage,
  • L'adaptation.

Le calque, c'est la traduction littérale d'un groupe de mots. Il faut l'éviter au maximum, sauf si la construction de la phrase le permet. Par exemple, pour les phrases construites avec un prétérit, un objet et le sujet : I took a chair for you/J'ai pris une chaise pour toi, I bought this book for you/J'ai acheté ce livre pour toi, etc. L'emprunt d'usage représente la traduction littérale pour les mots d'orthographe similaire : piano, table, support, weekend, sandwich, kayak, etc. Enfin, la technique de l'adaptation vise faire un choix de traduction en fonction d'une situation socioculturelle ou sociétale. Par exemple, il va falloir adapter les éléments de mesure du système anglais au système métrique français : miles/kilomètres, pounds/kilos, feet/mètres, galons/litres, etc. Exemples : Unfortunately, we ran out of petrol after 10 miles ! On ne va pas laisser la mesure en miles dans la traduction française. On écrira donc : malheureusement, nous sommes tombés en panne d'essence au bout de 10 kilomètres. C'est la même chose pour la stature d'un personnage. Si l'on croise, dans un extrait une phrase de type : John was 6 feet tall, on ne traduira pas par John mesurait 6 pieds. Il faut aller chercher la conversion d'un pied en centimètres : 6 pieds = 182,88 cm. On traduira donc comme suit : John mesurait un peu plus d'un mètre quatre-vingt. Ou John mesurait près d'un mètre quatre-vingt-trois. Il faut être prudent également sur les noms propres du monde anglophone. Si l'on traduit Statue of Liberty par Statue de la Liberté, on laisse tel quel Madison Square Garden ou Times Square. Notez également que les noms de continents, de pays, de villes, d'océans et de fleuves doivent être traduits en français :

  • United States of America devient États-Unis d'Amérique,
  • United Kingdom : Royaume-Uni,
  • Germany : Allemagne,
  • Spain : Espagne,
  • The Atlantic Ocean : l'Océan Atlantique,
  • New-Orleans : la Nouvelle-Orléans.

On ne dit pas, en revanche, la Nouvelle-York pour New-York. Ou le Nouveau-Jersey pour l'État du New-Jersey... Il est donc nécessaire d'adapter la traduction des noms propres en fonction de ce qu'un locuteur Français (ou francophone) est censé connaître. Ces choix de traduction s'adaptent donc au cas par cas, ce qui peut faire se triturer les méninges !

Les techniques avancées de traduction

Afin de faire une bonne et belle traduction de l'anglais vers le français, il est essentiel d'avoir une bonne connaissance du lexique dans les deux langues. Cela signifie qu'il faut pouvoir proposer une définition pour chaque mot d'anglais connu, ainsi qu'en français : c'est le meilleur conseil à donner pour éviter les faux-amis, les non-sens et pour choisir le mot juste en fonction du contexte. On va également regarder du côté des expressions idiomatiques et des proverbes de chacune des deux langues. Par exemple, la comparaison de ces deux expressions :

  • Voir d'où vient le vent : to see which way the wind blows ou to see which way the cat jumps,
  • Ne pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué : don't count your chickens before they're hatched ou it's not over till the fat lady sings.

Si l'on méconnaît les expressions populaires anglaises, on ne pourra pas comprendre le sens dévoilé par l'auteur et le retranscrire en français. Il faut également une bonne connaissance en grammaire, les temps et la syntaxe des deux langues. Et enfin, conserver toujours l'esprit du texte. Pour cela, l'exercice requiert une lecture analytique détaillée.

La transposition

Ce procédé très courant consiste à traduire un mot par un autre appartenant à une catégorie grammaticale différente.

While he was away devient "pendant son absence".

While est une conjonction, tandis que "pendant" est une préposition.

He est un pronom personnel sujet alors que son est adjectif possessif.

Was away est un verbe suivi d'un adverbe, alors que le mot absence est un nom.

On appelle cela le chassé-croisé.

C'est un cas fréquent dans la transposition.

La préposition ou la particule verbale en anglais devient un verbe en français.

Le verbe en anglais devient un adverbe, un complément circonstanciel ou un participe présent en français.

Autres exemples :

  • They hurried across the street : on traduira par "ils traversèrent la rue précipitamment",
  • The match was rained off : le match a été annulé à cause de la pluie,
  • He crawled out : il sortit en rampant.

Le chassé-croisé est souvent incomplet lorsque la langue d'arrivée est le français.

Par exemple : Move along : Circulez !

L'étoffement et l'équivalence

L'étoffement consiste à renforcer un mot en ajoutant d'autres éléments, lorsque ce mot ne se suffit pas à lui-même :

  • A young woman in a turquoise dress was standing not far away : Une jeune femme vêtue d'une robe turquoise se tenait non loin de là,
  • The passengers to or from Calais... : Les passagers à destination ou en provenance de Calais.

L'équivalence quant à elle, consiste à trouver l'expression idiomatique correspondante en français. Elle est nécessaire lorsque la traduction littérale ou transposée aboutit à un énoncé qui peut :

  • Être grammaticalement correct mais ne correspond à rien dans la langue d'arrivée : You shouldn 't wear your heart on your sleeve (Tu ne devrais pas laisser voir tes sentiments (littéralement, Tu ne devrais pas porter ton cœur sur ta manche)),
  • Revêtir un autre sens : Let's have a break : how would you like to go to London ? Ça te dirait d'aller à Londres ? Comment aimerais tu aller à Londres est correct et idiomatique, mais c'est un contre sens, car cette phrase ne correspond pas au message anglais,
  • Être impossible pour des raisons grammaticales : I wouldn 't like her to know à traduire par "je n'aimerais pas qu'elle le sache. On ne dirait pas "Je n'aimerais pas elle savoir se comprend, ce n'est pas correct d'un point de vue grammatical.

L'équivalence est très fréquente pour traduire des expressions idiomatiques ou des proverbes :

  • You need a strong stomach to do this job : Il faut avoir le cœur bien accroché pour faire ce travail,
  • He was offered the job on the nail : On lui a offert le poste sur-le-champ,
  • The news spread like 'wildfire : La nouvelle s'est répandue comme une traînée de poudre,
  • He'll pay us back when pigs can fly : Il nous remboursera quand les poules auront des dents,
  • It's the last straw (that breaks the camel's back) : C'est la goutte d'eau (qui fait déborder le vase.

Voyez, il faut donc bien connaître les expressions des deux langues car on ne saurait traduire mot à mot pour le même sens. On pourra aussi considérer l'expression "it is raining cats and dogs", qui se traduit par "il pleut des cordes", ou "il pleut à verse".

L'emprunt

L'emprunt consiste à conserver le mot de départ dans la langue d'arrivée, soit parce qu'il n'existe pas ou n'a pas d'équivalent, soit parce que l'équivalent n'est presque jamais utilisé dans la langue courante.

Attention néanmoins à ne pas abuser de l'emprunt lorsque le mot existe en français !

L'emprunt est fréquent dans de nombreux domaines (civilisation, sport, technologie, économie, commerce) : cow-boy, jeans, T-shirt, western, drugstore, cookies, corner, sprint, jogging, scanner, web, e-mail, PC, hotline, bulldozer, scooter, marketing, start-up, discount, etc.

Quelques erreurs à éviter en traduction

Comment éviter les erreurs de compréhension en traduction ?
Je me suis trompé ! J'ai écrit Cheep (mouton) au lieu de Cheap (bon marché) !

En somme, il convient d'éviter un maximum de calquer de l'anglais vers le français. Car cela ne peut souvent que produire un malheureux contre-sens. Voici les écueils à éviter :

  • Le faux-sens : prendre un mot pour un autre (maison/mansion au lieu de house, foyer/home au lieu de heart,
  • Le barbarisme : écrire un mot qui n'existe pas dans la langue,
  • Le solécisme : construire une syntaxe qui n'existe pas dans la langue,
  • Le contresens : traduction contraire de ce qui a été énoncé,
  • Le non-sens,
  • L'omission : abandon ou refus de traduire, c'est une faute rédhibitoire et très pénalisée.

Pour récapituler, voici un petit tableau récapitulatif des techniques à connaître et des erreurs à éviter pour bien traduire un texte en anglais :

Les étapesProcédé   
Lecture analytiqueGenre, nature, date du texte, niveau de langue, sens de l'extrait, temporalité.
TranspositionTraduire un mot par un autre de nature grammaticale différente.
L'étoffementRenforcer un mot par d'autres éléments.
L'équivalenceTrouver l'expression idiomatique correspondante en français.
L'empruntConserver le mot de départ dans la langue d'arrivée.

Besoin d'un professeur d'Anglais ?

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 4,00/5 - 5 vote(s)
Loading...

Samuel