En quoi consiste l’épreuve de traduction anglaise ?

La traduction en anglais est une épreuve réservée aux élèves de la filière littéraire qui ont l’anglais en LV1. Il se peut que cet exercice soit également proposé aux autres séries mais cela n’est pas obligatoire. Dans ce cas, l’exercice de traduction est alors intégré à la partie de compréhension écrite de l’épreuve. Les LV2 anglais de la série L ne sont pas non plus concernés.

En combien de temps traduire le texte ? L’épreuve d’anglais dure trois heures.

En littéraire, l’épreuve d’anglais dure trois heures au total. Mais les trois heures ne sont pas uniquement réservées à la traduction anglaise. L’épreuve se partage entre de la compréhension écrite, de l’expression écrite, et pour finir, la traduction. Le coefficient de cette épreuve est un coefficient 4. Les élèves ayant suivi la spécialité anglaise ont quant à eux une épreuve orale de vingt minute en plus.

Le sujet du bac est la plupart du temps basé sur un long texte. Des questions seront posées dessus dans la partie de compréhension écrite. Il est ensuite demandé de traduire une partie de ce texte. La consigne ressemble à :

« Traduire de la ligne … à la ligne …. »

La traduction est le procédé de passer de l’anglais au français. Dans le sens inverse, cela est appelé un « thème ».

L’épreuve d’anglais a pour but d’examiner si vous avez bien compris le sens du texte et êtes capable d’adapter la traduction selon le type de texte que vous avez devant vous. Il faut donc bien comprendre le niveau de langue utilisé pour adapter le mots de vocabulaires et expressions à employer.

La correction de cet exercice se fait ensuite phrase par phrase. Le système de notation est ainsi fait pour être le plus objectif possible et ne pas pénaliser un élève qui n’aurait pas compris une phrase à cause d’un mot ou autre.

Pour vous aider, voici un tableau afin de gérer au mieux votre temps :

EtapeTemps estimé
Lecture du passage à traduire10 minutes
Traduction50 minutes
Relecture et correction si besoin15 minutes
Recopier le brouillon15 minutes

Les éléments à prendre en compte dans la traduction

Avant de traduire, vous devez tenir compte de trois éléments essentiels:

  • Nature du passage : extrait de roman ou de piece de théâtre, article de presse.
  • Contexte : milieu socio-culturel des personnages, leur relations, époque..
  • Niveau de langue : soutenu (je suis quelque peu à court d’argent), formel (je n’ai pas d’argent), familier (je n’ai pas un sou), populaire (j’ai pas un sou), argotique ( j’ai pas une tune) .

La nature du passage doit être la première chose à laquelle faire attention.

Le type de traduction ne sera pas le même en fonction de si le passage à traduire est un extrait de roman ou bien de lettre. De plus, connaître et faire attention à la nature de texte peut très bien faciliter la traduction. Il est ainsi possible d’en déduire des mots ou des phrases si vous vous sentez bloqué par un mot ou autre.

Le contexte est également très important.

Qui sont les personnages ? Des enfants ? Des adultes ? Des adolescents ?

La traduction ne sera pas la même selon l’âge des personnages mais aussi de leur milieu social. L’époque où se déroule l’action ou l’histoire peut aussi jouer sur le type de mots employés et les formules de phrases. Le niveau de langue est très important dans la traduction. Il peut arriver que vous hésitiez entre différents mots. Connaître l’identité du personnage permet de comprendre comment celui-ci parle et donc choisir le mot le plus correct.

Comprendre les relations qui se jouent entre les différents personnages peut également donner de précieuses informations. Car la traduction est avant tout un exercice de compréhension. C’est d’ailleurs pour cette raison que la traduction est donnée en fin d’épreuve. Toutes les questions posées sur l’étude de texte doivent aider les étudiants à mieux comprendre toutes les subtilités de celui-ci.

Au cours de l’épreuve d’anglais, il peut être utile de réaliser un petit schéma afin d’être sûr d’avoir bien compris les relations entre personnages et l’action principale du texte. Ce petit schéma peut ensuite vous servir dans la traduction.

Comment commencer la traduction ? Il est important de bien travailler le brouillon avant de recopier.

Comment envisager la traduction ?

Comme pour la correction, la traduction doit se faire phrase par phrase.

Cela permet de comprendre le sens global. La traduction mot par mot est une très mauvaise idée puisque les mots qui suivent ou qui sont en fin de phrase peuvent faire changer le sens de la phrase entière. En effet, il existe des groupes de mots qui ne peuvent pas être traduits seuls. Cela peut être le cas des verbes à particule par exemple.

Traduire la phrase complète peut également servir si vous bloquez sur un mot précis. Encore une fois, le contexte est extrêmement important pour traduire correctement une phrase.

Relire la phrase précédente et la phrase suivante permet également de mieux comprendre la phrase que vous êtes en train de traduire. Si vous avez un trou de mémoire sur un mot, essayez de trouver une autre manière de tourner la phrase ou bien analysez le mot en lui-même.

La traduction est aussi un exercice d’invention. En effet, c’est à vous de trouver la meilleure façon de le dire, du moment que le sens est toujours bon. Évitez de laisser des espaces blancs. Il vaut mieux reformuler la phrase pour montrer que vous avez compris le sens plutôt que de laisser des espaces vides.

Une fois la traduction terminée, pensez à relire pour vérifier que la syntaxe est bonne, que vous n’avez pas fait de fautes de conjugaison ou de grammaire, ou de sens. Si tout vous semble correct, il ne reste plus qu’à recopier au propre.

Faire attention à la ponctuation anglaise

Lorsqu’on passe de l’anglais au français, ou vice-versa, la ponctuation n’est pas toujours utilisée de la même manière. Beaucoup d’élèves l’oublient.

Les majuscules peuvent ainsi induire en erreur lors de l’épreuve du baccalauréat. En anglais comme en français, les noms propres sont écrits avec une majuscule. Seulement, en anglais, l’adjectif lié au nom propre conserve sa majuscule contrairement au français.

Il en est de même lorsque l’on parle de nationalité. En français, l’adjectif « français » ne prend pas de majuscule. Ce mot prend une majuscule uniquement si l’on désigne « un Français ». En langue anglaise, les deux cas prennent une majuscule. Ainsi la « nourriture française » donnera « French food ».

Parmi les mots possédant une majuscule en anglais et non en français, on peut également regrouper :

  • Les jours,
  • Les mois,
  • Les noms des institutions (qui ne sont pas toujours en majuscule en français).

Il faut également faire attention à remplacer les tirets par des parenthèses lorsqu’il s’agit d’un aparté. Les tirets ne sont pas utilisés pour cet usage dans la langue de Molière.

Comment se débloquer en traduction ? Quand vous bloquez, changez d’expression ou cherchez un synonyme.

Les procédés de traduction

La traduction littérale

C’est le premier procédé de traduction, celui qu’il faut choisir chaque fois que c’est possible.
La phrase traduite mot à mot doit aboutir à un énoncé ayant du sens.

  • He doesn’t really Janey scuba diving.
    ~ Il n’aime pas vraiment la plongée sous-marine.

Lorsque la traduction littérale est impossible, vous aurez recours à d’autres procédés de traduction: transposition, étoffement, équivalence ou emprunt.

La transposition

Ce procédé très courant consiste à traduire un mot par un mot appartenant à une catégorie grammaticale différente.

  • While he was away… ~ Pendant son absence.. .
    · while: conjonction ~ pendant: préposition · he: pronom personnel ~ son: adjectif possessif · was away : verbe + adverbe ~ absence: nom

Le chassé-croisé est un cas fréquent de transposition. La préposition ou la particule verbale en anglais devient un verbe en français. Le verbe en anglais devient un adverbe, un complément circonstanciel ou un partidpe présent en français.

  • They hurried across the street.
    ~ Ils traversèrent la rue précipitamment.
  • The match wasrainedoff.
    ~ Le match a été annulé a cause de la pluie .
  • He crawled out.
    ~ Il sortit en rampant.

Le chassé-croisé est souvent incomplet lorsque la langue d’arrivée est le français.

  • Move along ! ~ Circulez !

L’étoffement

L’étoffement consiste à renforcer un mot en ajoutant d’autres éléments quand ce mot ne se suffit pas  lui-même.

  • … passengers to or from Calais…
    ~ … les passagers à destination ou en provenance de Calais..

Comment traduire des petits mots anglais ? L’exercice de traduction est aussi un exercice créatif.

L’équivalence

L’équivalence consiste à trouver l’expression idiomatique correspondante en français. Elle est nécessaire lorsque la traduction littérale ou transposée aboutit à un énoncé :

*Qui est grammaticalement correct mais ne correspond à rien dans la langue d’arrivée:

  • YOu shouldn ‘t wear your heart on your sleeve.
    Tu ne devrais pas laisser voir tes sentiments. (Tu ne devrais pas porter ton CŒur sur ta manche.)

*Qui aurait un autre sens:

  • Let’s have a break.’How would you like to go to London?
    Ça te dirait d’aller à Londres?

(Comment aimerais tu aller à Londres est correct et idiomatique, mais c’est un contre sens, car cette phrase ne correspond pas au message anglais.)

*Qui serait impossible pour des raisons grammaticales:*

  • I wouldn ‘t like her to know.Je n’aimerais pas qu’elle le sache.

(Je n’aimerais pas elle savoir se comprend [!] mais n’est pas correct.)

L’équivalence est très fréquente pour traduire des expressions idiomatiques ou des proverbes:

  • You need a strong stomach to do this job.Il faut avoir le cœur bien accroché pour faire ce travail.
  • He was offered the job on the nail.On lui a offert le poste sur-le-champ.
  • The news spread like ‘wildfire.
    La nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre.
  • He’ll pay us back when pigs tan fiy.
    Il nous remboursera quand les poules auront des dents.
  • It’s the last straw (that breaks the camel’s back).
    C’est la goutte d’eau (qui fait déborder le vase).

L’emprunt

L’emprunt consiste à conserver le mot de départ dans la langue d’arrivée, soit parce qu’il n’existe pas ou n’a pas d’équivalent, soit parce que l’équivalent n’est presque jamais utilisé dans la langue courante. Attention néanmoins à ne pas abuser de l’emprunt lorsque le mot existe en français!

L’emprunt est fréquent dans de nombreux domaines (civilisation, sport, technologie, économie,
commerce…):

  • cow-boy, jeans, T-shirt, western, drugstore, cookies, corner, sprint, jogging, scanner, web, e-mail, PC, hotline,bulldozer, scooter, marketing, start-up, discount. . .

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Aucune note pour le moment)
Loading...

Isaline

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide