DOCUMENTS

Document 1 : Lettre d’un paysan au journal Notre village, vers 1930.

Camarades, vous écrivez dans votre
journal que tous les paysans pauvres et moyennement aisés adhèrent
volontairement au kolkhoze, mais ce n’est pas vrai. Ainsi, dans notre
village, tous n’entrent pas au kolkhoze de bon gré. Quand circula le
registre des adhésions, 25% seulement signèrent, tandis que 75%
s’abstenaient. Ils ont collecté les semences par la terreur, en
multipliant procès-verbaux et arrestations. Si quelqu’un exprimait son
opposition, on le menaçait d’emprisonnement et de travail forcé.
Vous vous êtes trompés sur ce point, camarades : la vie collective peut
exister seulement à condition que la masse entière des paysans l’adopte
volontairement, et non par la force. […] Je vous prie de ne pas
révéler mon nom, car les gens du parti seraient furieux.

Document 2 : Affiche de propagande.

« Merci à notre cher Staline pour notre enfance heureuse »

Document 3 : Dossier d’un accusé pendant la grande terreur de 1936-1938.

Eléments du dossier
Nom : Sidorov
Prénom : Vassili Klementovitch
Lieu et date de naissance : Setchevo, région de Moscou, 1893
Profession : employé dans une coopérative
Origine sociale : je me considère comme fils de paysan moyen
Passé politique : sans-parti
Appartenance au Parti Communiste Russe : non
Arrêté le 13 février 1938

Acte d’accusation (extraits)
Sidorov, malintentionné envers le pouvoir en général et le
parti en particulier, menait systématiquement une propagande
anti-soviétique, disant : « Staline et sa bande ne veulent pas quitter
le pouvoir, Staline a tué des tas de gens, mais il ne veut pas s’en
aller. Les bolcheviks gardent le pouvoir, arrêtent les gens honnêtes,
et même de ceci on ne peut pas parler, sinon on vous met en camp pour
vingt-cinq ans. »
Le prévenu Sidorov a plaidé non coupable, mais a été démasqué par plusieurs témoignages.

La décision, 16 juillet 1938 (extraits)
Accusé d’avoir mené, parmi les kolkhoziens, une propagande
contre-révolutionnaire, caractérisée par des propos défaitistes,
accompagnée de menaces contre les communistes, de critiques contre la
politique du Parti et du gouvernement.

Verdict : FUSILLER Sidorov Vassili Klementovitch, confisquer tous ses biens.
La sentence a été exécutée le 3 août 1938.

D’après Stéphane Courtois et autres,
Le livre noir du communisme, crimes, terreur et répression, R. Laffont, 1997.

QUESTIONS

Question 1 :
Documents 1, 2 et 3 : quels moyens utilise Staline pour soumettre et encadrer la population russe ?

Question 2 :
Documents 1 et 3 : montrez que tous les Soviétiques ne sont pas d’accord avec la politique stalinienne.

Question 3 :
Documents 1, 2 et 3 : l’image que la propagande souhaite donner
de Staline est-elle conforme aux informations apportées par les deux
autres documents ? Justifiez votre réponse.

PARAGRAPHE ARGUMENTE

Rédigez un paragraphe
argumenté d’une vingtaine de lignes répondant au sujet suivant :
« L’URSS de Staline, un régime totalitaire ».
Vous utiliserez en priorité vos connaissances ainsi que les informations prélevées dans les documents.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Aucune note pour le moment)
Loading...

Mathieu

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide