Shiro Hayami

Avec les artistes du Land Art, la nature n’est
plus simplement représentée mais c’est au cœur d’elle-même (in situ)
que les créateurs travaillent.


Running Fence, Christo

Ils veulent quitter les ateliers, les
musées et les galeries . Les œuvres sont souvent gigantesques  mais
peuvent également être très modestes et éphémères.


Imbrication, Elisabeth Miller


Les artistes
utilisent des matériaux de la nature (bois, terre, pierres, sable,
rocher…) et creusent, déplacent, transportent, accumulent, griffent,
tracent, plantent… 

Ils introduisent aussi des produits manufacturés :

400 poteaux d’acier attirant la foudre dans le désert du Névada par
Walter De Maria :


2 700 parasols jaunes ou bleus sur la côte
californienne et simultanément au Japon, gigantesques nénuphars de
tissu rose autour des îles de Floride par Christo et Jeanne-Claude :




Les
artistes travaillent souvent dans des lieux éloignés et c’est alors que
la photo retrouve un rôle essentiel pour montrer, témoigner, garder le
souvenir et…financer ces projets. Des croquis, reportages et vidéos
sont présentés au public et permettent à l’artiste de vivre et de
réaliser d’autres œuvres.

Pont neuf à Paris, croquis préalable et photo, Christo
Christo
et Jeanne-Claude, communément Christo, est le nom d’artiste sous lequel
est connue l’œuvre commune de Christo Javacheff (né le 13 juin 1935 à
Gabrovo en Bulgarie) et de Jeanne-Claude Denat de Guillebon (née aussi
le 13 juin 1935 à Casablanca au Maroc)
Ce couple d’artistes
contemporains s’est rendu célèbre par ses objets empaquetés.
Naturalisés américains, ils vivent à New York dans le quartier de SoHo.

Reichtag à Berlin, Christo

Ils
utilisent le tissu pour créer des œuvres éphémères en « emballant » des
paysages, des monuments, des lieux. Ils pratiquent ensemble le land
art,  interviennent sur des lieux naturels ou
architecturaux,  et
modifient le paysage de manière provisoire ou durable.
Grandiose et éphémère, leur travail met en valeur des sites et
monuments en les « habillant ». Mais ce n’est pas une tenue de soirée,
puisqu’ils les camouflent ! On ne perçoit plus que grossièrement leur
volume, pour mieux les redécouvrir après le « désabillage »… Ce n’est pas le principe du strip-tease, ça ?

Statue de Vinci à Milan, Christo

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Aucune note pour le moment)
Loading...

Mathieu

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide