L'origine

Comme celles de tout objet à fort pouvoir
mythologique, les origines historiques du Jean restent entourées d'un certain mystère. À cela différentes
raisons dont la principale tient sans
doute
à l'incendie qui, en 1906, lors du grand
tremblement
de terre de San Francisco, a détruit
les
archives de la firme Levi Strauss, créatrice du célèbre pantalon un demi-siècle
plus tôt. C'est en effet au printemps 1853 que le jeune Levi Strauss
(curieusement son prénom véritable demeure incertain), petit colporteur juif de
New York, originaire de Bavière et âgé de vingt- quatre ans, arrive à San
Francisco, où depuis 1849 la fièvre de l'or découvert dans la Sierra Nevada
provoque un accroissement de population considérable. Il apporte avec lui une
grande quantité de toile de tente et des bâches pour chariots avec l'espoir de
gagner convenablement sa vie. Mais les ventes se révèlent médiocres. Un
pionnier lui explique que dans cette partie de la Californie on n'a pas tant
besoin de toile de tente que de pantalons solides et fonctionnels. Le jeune
Levi Strauss a alors l'idée de faire tailler des pantalons dans sa toile de
tente. Le succès est immédiat, et le petit colporteur de New York devient
confectionneur de prêt-à-porter et industriel du textile. Il fonde avec son
beau-frère une société qui ne cesse de
croître au fil des années. Bien que
celle-ci
diversifie sa production, ce sont les
salopettes
(overalls) et les pantalons qui se vendent le mieux. Ceux-ci ne sont pas encore
bleus mais de différents
tons s'inscrivant entre le blanc cassé et le brun foncé. Mais la toile de
tente, si elle est très solide, constitue un tissu vraiment lourd, rêche et
difficile à travailler. Entre 1860 et 1865, Levi Strauss a donc l'idée de la
remplacer progressivement par du denim, tissu de serge importé d'Europe et
teint à l'indigo. Le jean bleu est né.

 

L'origine
de ce terme anglais denim est controversée. Il est possible qu'il s'agisse au
départ d'une contraction de l'expression française « serge de Nîmes », étoffe
faite de laine et de déchets de soie fabriquée dans la région de Nîmes depuis
au moins le XVII siècle. Mais ce terme désigne aussi, à partir de la fin du
siècle suivant, un tissu associant le lin et le coton, produit dans tout le
Bas-Languedoc et exporté vers l'Angleterre. En outre, un beau drap de laine,
produit sur les bords de la Méditerranée entre la Provence et le Roussillon,
porte le nom occitan de nim. Il est peut-être lui aussi à l'origine du
mot denim. Tout cela reste incertain, le chauvinisme régional des
auteurs ayant écrit sur ces questions ne facilitant pas la tâche des historiens
du vêtement.

Quoi
qu'il en soit, au début du XIXe siècle, c'est un tissu de coton très
solide, teint a 1 indigo, qui porte en Angleterre et aux Etats-Unis d'Amérique
le nom de denim ; il sert notamment à fabriquer les vêtements des mineurs, des
ouvriers et des esclaves noirs. C est donc lui qui, à l'horizon des années
1860, remplace peu à peu le jean,
étoffe dont Levi Strauss se servait jusque-là pour tailler ses pantalons et ses
salopettes. Ce mot jean correspond a la transcription phonétique du terme
italo-anglais genoese, qui signifie tout simplement « de Gènes ». La toile de
tente et de bâche dont se servait le jeune Levi Strauss appartenait en effet a
une famille de tissus autrefois originaires de Gènes et de sa région; faits
d'abord d'un mélange de laine et de lin, plus tard de lin et de coton, ils
servaient à fabriquer, depuis le XVIe siècle, des voiles de navire, des
pantalons de marin, des toiles de tente et des bâches de toutes sortes.

À
San Francisco, le pantalon Levi Strauss par une sorte de métonymie, avait pris
dès les années 1853-1855 le nom de son matériau : jean. Lorsqu'une
dizaine d'années plus tard ce matériau changea, le nom resta. Les jeans
furent désormais taillés dans du denim et non plus dans de la toile de
Gênes, mais leur nom ne fut pas changé pour autant.

Vous souhaitez prendre des cours de peinture pour découvrir la mode ?

Un vêtement de travail

En 1872, Levi
Strauss s'associa avec un tailleur juif de Reno, Jacob W. Davis, qui deux ans
plus tôt avait imaginé de confectionner des pantalons pour bûcherons ayant sur
l'arrière des poches fixées au moyen de rivets. Bien que l'expression blue
jeans ne fasse son apparition commerciale qu'en 1920, les jeans Levi
Strauss, dès les années 1870, étaient tous de couleur bleue, car le coton denim
était teint à l'indigo. Il était trop épais pour absorber totalement et
définitivement toute la matière colorante, si bien qu'il ne pouvait être
garanti « grand teint ». Mais c'est justement cette instabilité de la
teinture qui fit son succès : la couleur apparaissait comme une matière
vivante, évoluant en même temps que le porteur du pantalon ou de la salopette.
Quelques décennies plus tard, lorsque les progrès de la chimie des colorants
permirent de teindre à l'indigo n'importe quelle étoffe de manière solide et
uniforme, les firmes productrices de jeans durent blanchir ou décolorer
artificiellement leurs pantalons bleus afin de retrouver la tonalité délavée
des origines.

À
partir de 1890, en effet, la patente juridico-commerciale qui protégeait les
jeans de la firme Levi Strauss prit fin. Des marques concurrentes virent le
jour qui proposèrent des pantalons taillés dans un tissu moins épais et vendus
moins cher. La firme Lee, créée en 1911, eut l'idée de remplacer les boutons de
braguette par une fermeture Éclair en 1926. Mais c'est la firme Elue Bell
(devenue Wrangler en 1947) qui, à par tir de 1919, fit la plus forte
concurrence aux jeans Levi Strauss. Par réaction, la puissante firme de San
Francisco (dont le fondateur était mort milliardaire en 1902) créa le « Levi's
50l»,taillé dans un coton denim double et gardant fidèlement les rivets et les
boutons métalliques. En 1936, pour éviter toute confusion avec des marques
concurrentes, une petite étiquette rouge portant le nom de la marque fut cousue
le long de la poche arrière droite de tous les authentiques jeans Levi Strauss.
C'était la première fois qu'un nom de marque s'affichait de manière ostensible
sur la partie extérieure d'un vêtement.


Marilyn Monroe, 1953

Un vêtement de loisirs

Entre-temps, le jean avait cessé d'être
seulement un vêtement de travail. C'était devenu aussi un vêtement de loisirs
et de vacances, notamment pour la riche société de l'est des Etats-Unis venant
passer ses vacances à l'ouest et voulant y jouer aux cow-boy et aux pionniers.
En 1935, la luxueuse revue Vogue accueillit sa première publicité pour
ces jeans « bon genre ». En même temps, sur certains campus
universitaires, le jean était adopté par des étudiants, notamment ceux de
deuxième année qui s'efforcèrent pendant un temps d'en interdire le port aux
« bizuths » de première année. Le jeans devenait un vêtement de
jeunes et de citadins, plus tard de femmes. Après la seconde guerre mondiale sa
vogue toucha l'Europe occidentale. On s'approvisionna d'abord dans les
« stocks américains », puis les différents fabricants installèrent
leurs usines en Europe même. Entre 1950 et 1975, une partie de la jeunesse se
mit progressivement à porter des jeans. Les sociologues virent dans ce
phénomène, largement relayé (sinon manipulé) par la publicité, un authentique
fait de société, un vêtement androgyne, un emblème de contestation ou de la
révolte des jeunes. Toutefois, à partir des années 1980, beaucoup de jeunes, en
Occident, commencèrent à se détourner du jean au profit de vêtement de coupes
différentes, taillés dans d'autres tissus de textures et de couleurs plus
variés. Sur les jeans, en effet, malgré des tentatives faites dans les années
1960 et 1970 pour diversifier les couleurs, le bleu et ses différentes nuances
restaient et restent encore aujourd'hui nettement dominants.


Jane Birkin, 1972

Un vêtement contemporain

Alors
qu'en Europe occidentale le port du jeans était en recul (le fin du fin, à
partir des années 1980, était de ne plus en porter), celui-ci devint dans les
pays communistes (et aussi dans les pays en voie de développement, et même dans
les pays musulmans) un vêtement contestataire, une ouverture vers l'Occident,
ses libertés, ses modes, ses codes, ses systèmes de valeurs. Cela dit, si on
tente un bilan, réduire l'histoire du jean à celle d'un vêtement libertaire ou
contestataire est abusif, sinon faux. Sa couleur bleue le lui interdit. C'est à
l'origine un vêtement de travail masculin, dont le port s'est étendu aux femmes
puis à l'ensemble des classes et catégories sociales. A aucun moment, même dans
les décennies les plus récentes, la jeunesse n'en a eu le monopole. Quand on
regarde les choses de près, c'est à dire quand on prend la peine de considérer
l'ensemble des jeans portés en Amérique du Nord et en Europe entre la fin du
XIXe siècle et la fin du XXe, on s'aperçoit que le jean est un vêtement
ordinaire, porté par des gens ordinaires, ne cherchant nullement à se mettre en
valeur, à se rebeller, à transgresser quoi que ce soit, mais bien au contraire
à porter un vêtement solide, sobre et confortable, voire à oublier qu'ils
portent un vêtement. A la limite, on pourrait dire que c'est un vêtement
protestant – même si son créateur est juif- tant il correspond à l'idéal
vestimentaire véhiculé par les valeurs protestantes : simplicité des
formes, austérité des couleurs, tentation de l'uniforme (cours de dessin).

Dans
les années 2000, après des années où le jean cédait devant la suprématie du
jogging, il revint en force auréolé de nouveautés techniques : coutures
tournantes, tissu élastiss, incrustations de dentelles ou autres, et motifs
délavés (cours dessin) imitant l'usure du vieux jean (moustache), impressions, etc... . Depuis, il n'a pas quitté
nos penderies !

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (5,00/ 5 pour 1 votes)
Loading...

Margaux

Spécialiste des arts et loisirs, je partage avec vous mes cours sur ces différentes thématiques !

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide