"Tomber est permis... Se relever est ordonné !" Proverbe russe

Devenir traducteur de russe n'est pas compliqué en soi mais ce n'est pas non plus chose aisée. Il faudra vous accrocher et bien connaître la culture et la langue russe pour faire partie des 4 000 traducteurs salariés en France ou devenir indépendant et traduire du russe vers le français.

"J'ai souvent l'image qui va d'un cerveau à un autre, de celui de l'émetteur au récepteur. La traduction, c'est extraire l'essence du message et le véhiculer jusqu'à l'audience. Pour traduire de façon efficace, il faut débarrasser le message de toute ambiguïté, de toute imprécision pour que la traduction soit claire et fidèle au message d'origine." Anne-Sophie Aboké, traductrice indépendante

Découvrez quelles sont les débouchés après votre formation de traducteur de russe et à quel salaire vous pouvez prétendre.

Les meilleurs professeurs de Russe disponibles
Irina
5
5 (17 avis)
Irina
20€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Vera
4,9
4,9 (23 avis)
Vera
30€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Claire
5
5 (28 avis)
Claire
40€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Ekaterina
5
5 (14 avis)
Ekaterina
34€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Estelle
4,9
4,9 (16 avis)
Estelle
20€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Iana
5
5 (32 avis)
Iana
40€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Grigoriy
5
5 (10 avis)
Grigoriy
35€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Marina
5
5 (21 avis)
Marina
26€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Irina
5
5 (17 avis)
Irina
20€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Vera
4,9
4,9 (23 avis)
Vera
30€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Claire
5
5 (28 avis)
Claire
40€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Ekaterina
5
5 (14 avis)
Ekaterina
34€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Estelle
4,9
4,9 (16 avis)
Estelle
20€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Iana
5
5 (32 avis)
Iana
40€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Grigoriy
5
5 (10 avis)
Grigoriy
35€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Marina
5
5 (21 avis)
Marina
26€
/h
Gift icon
1er cours offert !
C'est parti

Que faire après votre diplôme de traducteur russe ?

Comment devenir traducteur de russe ?
Quel statut voulez-vous avoir ?

Un traducteur en russe a de multiples possibilités après l'obtention de son diplôme (d'ailleurs même si vous n'avez pas de diplôme, vous pouvez vous lancer dans la traduction).

Libéral ou salarié ?

Les débouchés sont nombreux et dépendent de vos envies. Vous devrez d'abord choisir un statut : libéral ou salarié. Vous pouvez d'ailleurs aisément faire les deux, il n'y a aucune interdiction à cela (à part celle de ne pas faire de concurrence déloyale : concrètement ne volez pas de clients où vous travaillez pour collaborer en direct avec eux ^^).

Vous pouvez trouver un poste de traducteur salarié au sein d'une agence spécialisé dans la traduction. Néanmoins, même si elles constituent le premier débouché pour un traducteur du russe vers le français, sachez que les agences font principalement appel à des traducteurs indépendants. Elles peuvent ainsi gérer le nombre de traducteurs freelances en fonction des missions sans devoir payer un salaire fixe à un employé lorsque la charge de travail est plus faible.

Si vous travaillez au sein d'une agence, vous serez d'ailleurs peut-être amené à faire un travail de relecture et de correction sur des textes produits par un traducteur indépendant.

Autre possibilité : être employé par une organisation internationale ou un ministère. C'est une bonne solution si vous souhaitez voyager dans le cadre de votre travail et effectuer des déplacements professionnels pour traduire des documents officiels. Vous serez généralement rattaché au Ministère des Affaires Etrangères et Développement International en tant que traducteur ou traductrice.

Vous avez également la possibilité de travailler au sein d'un grand groupe multinational. De nombreuses entreprises sont développées à l'international et emploient des salariés dans plusieurs langues différentes. Elles ont donc besoin de traducteurs pour traduire tous les documents produits dans la bonne langue que ce soit pour ses collaborateurs ou pour le grand public dans le cadre d'une campagne de publicité par exemple ou pour la notice d'utilisation de leurs produits.

Le traducteur peut aussi être salarié dans une maison d'édition pour traduire des textes littéraires ou dans une société de production pour faire du sous-titrage.

Enfin, vous pouvez vous lancer à votre compte en tant que traducteur freelance et chercher vos propres clients.

Découvrez le témoignage d'Anne-Sophie Aboké, traductrice indépendante pour vous faire une idée de son métier et des contraintes liées à l'indépendance :

Traducteur de russe mais avec quelle spécialité ?

En tant que traducteur, vous avez pu constater que vous avez de multiples possibilités d'exercer votre métier. Mais vous allez également devoir choisir votre spécialité ! Car chaque domaine possède des spécificités.

Quels débouchés après des études dans la traduction russe ?
Choisissez votre spécialité !

Peut-être avez-vous d'ailleurs déjà choisi une spécialité lors de votre formation de traducteur à la faculté ou en école spécialisée ? Peut-être avez-vous un double diplôme et des connaissances accrues dans un domaine spécifique comme la santé ou le droit ?

Voici différentes spécialités que vous pouvez endosser en tant que traducteur :

  • Le traducteur littéraire : c'est celui qui travaille pour l'édition. Vous pouvez être salarié par une maison d'édition ou travailler en tant qu'indépendant avec des éditeurs. Vous vous engagez par contrat à traduire un ouvrage destiné à être publié. Vous pouvez être amené à traduire toute sorte de livres : romans, nouvelles mais aussi guides pratiques ou livres de cuisine. Le traducteur littéraire peut également travailler avec la presse et traduire des articles étrangers ou des interviews du russe vers le français.
  • Le traducteur technique : c'est là que le double cursus peut vous servir ! Si vous décidez de devenir traducteur technique, vous devez maîtriser un autre domaine et son vocabulaire parfaitement. Il peut s'agit d'être traducteur médical, traducteur juridique, électronique, multimédia ou encore dans les télécommunications (pour les secteurs les plus porteurs). Généralement, l'anglais doit également être parfaitement maîtrisé en plus du russe et vous devrez apprendre à vous servir d'équipements spécifiques et des nouvelles technologies pour effectuer vos traductions.
  • Le traducteur audiovisuel : vous serez spécialisé dans la traduction de sous-titre et le doublage pour le cinéma, la télévision ou la radio. Concrètement, ce n'est pas vous qui doublerez les films (c'est le travail d'un acteur). En revanche, dans le cadre du doublage, vous devez vous assurer que la traduction colle parfaitement avec les paroles originales, la longueur des phrases, la manière de parler et les mouvements de bouches des acteurs en langue originale. Passionnant, n'est-ce pas ?
  • Le traducteur post-éditeur : vous serez chargé de corriger et réviser des textes variés (romans, guides d'utilisation...) traduits automatiquement par un logiciel de traduction.
  • Le traducteur terminologue : c'est un métier plus spécifique de la traduction. Vous vous affirmez en tant qu'expert linguistique et vous serez chargé de trouver les équivalents français à des termes étrangers notamment dans des domaines techniques comme l'aéronautique ou le médical. Il y a cependant peu de possibilités en tant que traducteur de russe.
  • Le traducteur réviseur : il est chargé de vérifier une traduction et d'en améliorer le style par rapport au texte original. Il est alors indispensable de connaître les différences culturelles pour les adapter. Il peut aussi être amené à ajouter des notes de bas de page pour donner des explications culturelles et contextuelles à la traduction.
  • Le traducteur localisateur : il est spécialisé dans les domaines du web, du multimédia, de l'informatique ou des jeux vidéos. Vous serez chargé d'adapter des interfaces complètes de jeux, de sites internet ou encore d'applications à des utilisateurs d'un autre pays et d'une autre culture.
  • Le traducteur assermenté : c'est le seul habilité à traduire certains documents officiels (pièce d'identité, acte d'état civil, jugement...) et ses traductions ont une valeur légale. Pour devenir traducteur assermenté, il faut recevoir un agrément des autorités judiciaires. vous pouvez en faire la demande en remplissant un dossier auprès du Tribunal de Grande Instance. Vous serez ensuite amené à travailler avec la police, la gendarmerie ou encore les tribunaux lors de gardes à vue, d'audience, d'instruction ou encore de procès.

Combien gagne un traducteur de russe ?

Combien gagne un traducteur de russe ?
Money, money, money !

Comme il existe de multiples façons d'être traducteur, la rémunération peut être extrêmement variable. Elle dépend de votre expérience, de votre spécialisation et de votre statut (libéral ou salarié).

En tant que traducteur salarié, vous aurez un salaire fixe et débuterez à 2 000 € bruts en moyenne (source APEC). Votre salaire pourra évoluer jusqu'à 3 000 € bruts en fonction de l'entreprise dans laquelle vous évoluez.

En tant qu'indépendant, votre salaire variera en fonction des missions que vous effectuez. Vous aurez probablement du mal au début à avoir un SMIC mais petit à petit, vous pourrez très bien vivre de la traduction, aux mêmes salaires qu'un salarié en moyenne avec des mois à 1 000 € et d'autres à 6 000-7 000 €.

Il faudra fixer vos tarifs qui peuvent être au mot, à la ligne, au feuillet, au forfait, à l'heure, à la journée, en fonction de votre client et la langue (par exemple 250 € bruts par jour). Votre tarif évoluera sans doute avec l'expérience et il sera fonction de votre spécialisation. La traduction technique est mieux rémunéré (car c'est une compétence plus rare) que la traduction de livres de cuisine par exemple.

En tant qu'indépendant, vous aurez le statut de micro-entrepreneur. N'oubliez pas de prendre en compte les charges que vous devrez payer à l'Urssaf (de l'ordre de 22 %) : votre chiffre d'affaires n'est pas votre salaire final. De même, en tant qu'indépendant, vous n'avez pas de congés payés, vous ne cotisez pas au chômage et vous cotisez moins pour votre retraite.

Ce sont des paramètres à prendre en compte lorsque vous déciderez de vous lancer en tant qu'indépendant ou salarié.

Vous pouvez mettre en place un complément de revenus en donnant des cour de russe par exemple.

Quelles évolutions pour le traducteur en russe ?

Quelles évolutions sont possibles en tant que traducteur de russe ?
Vous pouvez faire évoluer votre métier !

Si vous êtes traducteur depuis plusieurs années, vous pouvez continuer sur votre lancée en augmentant vos tarifs et en vous spécialisant en tant que terminologue par exemple ou traducteur judiciaire (DU traducteur interprète judiciaire de l'ESIT par exemple).

Vous pouvez aussi évoluer vers d'autres postes au sein d'une agence de traduction ou d'une entreprise vers des postes de coordination, de chef de projet traduction, de responsable de pôle traduction, de réviseur...

Enfin, vous avez également la possibilité d'ajouter une corde à votre arc et de vous orienter vers l'enseignement des langues (cours russe), l'édition, le journalisme ou encore la création de fictions.

Alors, prêt à devenir traducteur de russe ? Quelle spécialisation allez-vous choisir ? 

>

La plateforme qui connecte profs particuliers et élèves

1er cours offert

Vous avez aimé cet article ? Notez-le !

5,00 (1 note(s))
Loading...

Alexia

Passionnée de danse, de musique et de voyages, je suis curieuse et j'aime apprendre et découvrir sans cesse de nouvelles choses.